Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Alice Lemieux. Poèmes1

Texte intégral

  • 1 « Poèmes par Alice Lemieux », L’Avenir du Nord, 21 mars 1930, p. 1 ; La Tribune, 29 novembre 1930, (...)

Alice Lemieux, née en 1906, publia ses premières compositions, d’inspiration religieuse, dans la revue Pages du foyer. Outre Poèmes (1929), elle a publié Les Heures effeuillées (1926), Silences (1962), L’Arbre du jour (1964) et Jardins d’octobre (1973).

Le 20 janvier 1929, Dantin écrivait à Alfred DesRochers : « Cette muse charmante avec qui vous avez “flirté” est, selon moi (et c’est une confidence en réponse à une autre), la plus “complète” sans contredit de toutes nos poétesses passées et présentes, la seule qui sache parler en vers une langue absolument châtiée et pure, et joindre à l’art des images des trouvailles ou des renouvellements d’idées... Son dernier volume m’a positivement charmé, et si la femme est aussi captivante que l’auteur, je ne m’étonne pas qu’elle vous ait fait une “impression”. Je suis sûr que ce poème où vous allez le dire sera de vos meilleurs, parce qu’il aura jailli d’un choc intérieur, vif et spontané. Il n’y a que ce qui brûle dans l’âme qui éclate et resplendit au dehors. Choquette lui-même est si vivant dans sa “poésie de nature” parce qu’il est panthéiste et s’assimile tous les courants et toutes les sèves terrestres. Leconte de Lisle, qu’on croit “impassible”, ne serait qu’un rimeur vulgaire si sa poitrine n’était gonflée de tant de mystère de l’Orient. »

À l’automne de 1930, Alfred DesRochers chargera Dantin de faire savoir à Rosaire Dion-Lévesque qu’il est désormais « libre d’aimer et de se faire aimer » de la jeune poétesse. Dantin lui répond alors : « C’est gentil à vous, généreux même, de songer à nos deux amis et à leur bonheur ; et je m’acquitterai discrètement de cette mission... mais quant à prendre une part active au rapprochement de leurs cœurs, cela dépasse, je le crains, mes attributions. Il vaudra mieux laisser, pour eux comme pour vous, les événements parler et agir. La même sagesse qui vous écarte pourra les diriger l’un vers l’autre ; — mais il faut se défier des convenances a priori que les résultats ont parfois d’étranges façons de démentir. Souhaitons seulement que votre souffrance puisse avoir l’effet indirect de les rendre heureux » (lettre du 31 octobre 1930). Le 14 novembre 1930, Dantin apprend à DesRochers qu’il a transmis le message à l’intéressé et que celui-ci lui a paru « à la fois épris et craintif », mais pourtant « reconnaissant » de l’« amitié généreuse » du chantre de l’Orford. Rosaire Dion-Lévesque épousera Alice Lemieux le 7 septembre 1935.

Selon ses confidences à Gabriel Nadeau, Alice Lemieux devait transcrire dans son journal le compte rendu de ses conversations avec Dantin lors de leurs rencontres à Boston et à Nashua (New Hampshire), lieu de résidence du jeune couple.

***

  • 2 Alice Lemieux, Poèmes, Montréal, Librairie d’Action canadienne-française, 1929, 164 p.

1Inutile de vouloir cacher que j’adore ces poèmes2. Ils sont de ceux qui me séduisent avant que ma critique ait pu prendre haleine et les traiter comme de simples « sujets ». Et c’est là, pour moi tout au moins, un critérium de beauté non commune. Si, en lisant un livre, la critique s’éveille la première, c’est mauvais signe ; si elle reste d’abord conquise, hypnotisée, et se traîne à la suite du charme produit, c’est que le charme ici est l’essence principale ; elle n’a guère plus alors qu’à justifier son admiration, en cherchant, comme par habitude, quelques brins échappés aux mailles ou quelques taches sur le poli.

2Mais, après y avoir songé, voici comme je m’explique mon impression première et pourquoi elle persiste à la froideur de l’analyse. Je constate que les éléments qui composent l’œuvre poétique et en déterminent la valeur sont ici réunis, tous et chacun d’entre eux, dans une mesure notable et une proportion balancée ; qu’ils forment un faisceau non seulement brillant, mais logique et compact, satisfaisant l’esprit autant que le goût esthétique. La pensée, l’imagination, le sentiment, la langue, la métrique, tout cela, dans ces vers, est ferme, délicat, distingué, dénote l’inspiration et l’art, se fond en une juste harmonie. Ces strophes se lisent sans que rien vous y choque comme fruste, lâche, mal bâti ; elles ont l’aisance de choses venues toutes seules et la ligne pure de choses travaillées ; à chaque instant elles vous surprennent par une idée, par un envol, par un trope éclatant, par un filet d’émotion rare ; leur grammaire est immaculée et leur musique est une caresse. En vérité, que leur manque-t-il ? Et j’ai l’air de faire là un bien gros éloge, mais je n’y puis rien. — Je vois toutes sortes de qualités superbes ; comme envers je ne trouve que des vétilles. On dira que je passe au camp de l’encensement intégral : tant pis, ma confession est faite ; et cette humiliante franchise est pour moi affaire de conscience.

3Reprenons pourtant, comme défense, les divers points que j’ai cités. J’aperçois d’abord que ce livre, sans aucune prétention à la hauteur philosophique, porte un courant de pensée réfléchie qui perce à travers son lyrisme, d’autant plus lumineux, vivant, qu’il fait corps avec lui. C’est parfois un problème posé, une leçon déduite ; ce n’est souvent qu’un simple éclair, un aphorisme vif, la pointe subtile d’un hémistiche, l’éclat intellectuel d’une image ; — mais c’est partout l’empreinte d’un esprit sérieux, qui creuse les symboles et sait en faire jaillir le sens, l’étincelle d’en dessous. Ces vers, en nous berçant, laissent quelque chose à l’âme pensante, l’exercent à interpréter, lui font tendre l’oreille à de moelleuses résonnances. Quand je lis ce distique :

  • 3 « Lamento » (ibid., p. 55) : « Songe que par [...] chagrin. »

Songe que, par un soir si calme et monotone,
Mourir ne semblerait qu’un peu plus de chagrin3,

4je sens autre chose que la plainte d’une mélancolie pénétrante : je vois se révéler toute la cruauté de la vie, qui fait qu’on l’égale à la mort. Cette apostrophe aux roses n’est pas une effusion banale : c’est un pressentiment très psychologique et très fin :

  • 4 « Avant l’Amour » (ibid., p. 23) : « corolles / Ô rosés qui [...] l’Amour ! »

Je ne sais pas encor la beauté des paroles,
Mais je goûte la vie au sein de vos corolles,
Ô roses, qui n’aurez ni le même velours
Ni le même parfum, quand j’aimerai l’Amour4.

5On croit que ce morceau : « Les regards des enfants », va être un refrain de nursery, mais il vous souffle ces notations :

  • 5 « Les regards des enfants » (ibid., p. 73) : « ancêtres / [...] inconnus, qui n’ont pas besoin, pou (...)

Ils sont créés du feu de l’âme des ancêtres,
On y voit des bonheurs qui passeront demain,
Des chagrins inconnus qui n’ont besoin pour naître
Que d’un jouet brisé sur le bord du chemin5.

6Et ce n’est pas un discours de petite fille que ce long hymne « À la nature », où chante, avec une tendresse panthéiste pour l’âme universelle, l’angoisse de n’être pas comprise, la souffrance engendrée par la froideur du monde, enfin la désillusion qui rejette le cœur vers les émotions humaines :

Tu fécondes les champs sans amour et sans rêve ;
Les printaniers frissons qui finissent en nous
Ne troublent pas ton cœur, et les soirs les plus doux
Ne mettent pas de feu dans le sang de ta sève.

Tu n’aimes pas, ô Toi que l’on aime toujours !
Et pourtant, tout fiévreux des blessures trop chères,
Et pourtant, lourds encor des tendresses dernières,
Te reviennent les cœurs assoiffés de l’amour.

  • 6 « À la nature » (ibid., p. 80) : « rêve, / [...] toujours. / [...] embraser, / [...] ».

Mais tu ne peux frémir du grand rêve et du doute,
Tu ne sais pas les mots qui peuvent embraser.
Sur la route m’appelle un plus vivant baiser,
Nature ! Et je retourne souffrir sur la route6.

7Mme Ackerman avait dit, d’un accent plus fier, mais combien moins ému et touchant !

Je puis avec orgueil, au sein des nuits profondes,
De l’éther étoilé contempler la splendeur.
Gardez votre infini, cieux lointains, vastes mondes,
J’ai le mien dans mon cœur.

8Soyez sûrs que la distinction des vers d’Alice Lemieux tient, pour une large part, à leur qualité intellectuelle, à la lueur mentale qu’ils projettent. Mais ces rayons sont chauds, mouvants, multicolores ; ils éclatent en reflets et en fusées ; ils suscitent pour les yeux une féérie d’images. En fait, cette poésie semble être une image continue, tant le symbole la pénètre, lui est naturel et intime. Et, ce qui est la marque d’un art personnel, inventif, ces métaphores sont rares et neuves ; elles ne traînent pas depuis des siècles dans la friperie du Parnasse ; elles sont faites sur mesure, et si justes, et si fraîches ! On en citerait des centaines que le poète ainsi a marquées de son sceau : non de gonflées, de contournées, d’étranges, mais de toutes simples apparemment, et qu’il fallait seulement trouver !

Comme une fleur fanée entre ses doigts vermeils
Le soir, de son balcon, a jeté le soleil.
Mais il ouvre aussitôt, pour en broder ses voiles
Le merveilleux écrin des vivantes étoiles.

  • 7 « Moments de rêve » (ibid., p. 49) : « vermeils, / [...] soleil ! / [...] voiles. »

Et le soleil, tombé dans les bras de la mer,
Renversant sur les flots ses pétales divers,
En fait un chemin d’or par où l’heure divine
Vers nos cœurs s’achemine7.

9N’est-ce pas éblouissant de pittoresque et de couleur ? Et sommes-nous étonnés que le poète ajoute :

  • 8 Ibid. : « mourir, / [...] ».

C’est l’heure de prier, d’aimer, ou de mourir8 ?

10Croyez-vous que ce trope soit commun ou facile ?

  • 9 « Sur le lac » (ibid., p. 138) : « rire. »

Légèrement, sous le geste de l’aviron,
Notre beau lac se froisse avec un bruit de rire9 ;

11que cet autre soit indifférent ?

Car souvent sur un lac se doublent à la fois
Les échos de nos cœurs et les pins de la grève.

12et qu’à défaut d’être une image, ceci n’en soit pas moins une très étincelante pensée :

  • 10 Ibid. : « Il fait bon [...] / Plus doux que ».

Il est bon de savoir qu’il n’est pas de chemins
Plus sûrs que le sillage où me guident tes mains ;
Qu’on peut perdre sa route et retrouver son rêve10.

13Tout cela dans un seul sonnet ! Images, images, par bouquets, par brassées ! traçant non seulement la gloire des spectacles, mais les figures de l’âme : l’exaltation, la joie, le désir, la tristesse ; les parant toutes de teintes et de formes.

  • 11 Extraits de « Quinze ans » (ibid., p. 21), de « Hiver, comment veux-tu que je puisse t’aimer ? » (i (...)

Qui me consolera d’avoir des souvenirs
Si bleus de crépuscule et si roses d’aurore ?
Mon cœur tout rouge encor des roses du printemps.
Mon cœur mélodieux, blessé par l’infini.
... Mon cœur désert et nu,
Et vaste à contenir le jardin des étoiles11.

14Et ces conceptions, ces symboles, s’échauffent d’un souffle ardent, roulent au courant d’une émotion fiévreuse. Car c’est le sentiment, en somme, qui les crée, les anime et qui reste au tréfond de leur inspiration totale. Alice Lemieux est avant tout une sensitive ; et toute sa poésie traduit son cœur chaleureux et vibrant. Cœur très jeune qui en est encore à des passions vagues et sans but, à l’enthousiasme épandu sur la beauté naïve des choses, mais en qui sourd déjà le grand flot des tendresses humaines. « Avant l’Amour », le titre d’une de ces pièces, pourrait être celui du volume. C’est l’âme avant l’amour, mais tout proche de lui, voyant déjà s’entr’ouvrir ses portes et se creuser son précipice. — En attendant, comme elle se livre aux roses, aux astres, aux saisons ! Comme elle les étreint et les baise !

  • 12 « Avant l’Amour » (ibid., p. 23) : « Du rêve [...] troublés / [...] lumière. / [...] ».

Au rêve de mes yeux que n’ont encor troublé
Ni les pleurs par lesquels le regard est doublé,
Ni les baisers d’amour qui ferment les paupières,
Je m’enivre de Toi, rayonnante lumière,
Jour : temple de soleil aux colonnes d’azur,
Je voudrais te fleurir de mon cœur jeune et pur12.

15Comme elle s’ingénie à saisir dans les parfums et les musiques des signes lui parlant, l’invitant :

  • 13 « Musique, berce-moi... » (ibid., p. 43) : « dits ».
  • 14 « Parfums » (ibid., p. 93) : « parfums dont [...] rosiers, / [...] baisers ; / [...] ».

Musique, berce-moi, toi qui sais me comprendre !
Dis-moi les mots d’amour que l’on ne m’a pas dits13,
Chers parfums, dont la danse, autour de nos rosiers
Met dans l’air un goût de baisers14 !

16Chez les soleils, les flots, les printemps, ces amants splendides, elle veut trouver toutes les caresses et toutes les souffrances d’un amour de chair et de sang. Ils lui sourient, ils lui répondent, ils l’entourent de leurs bras. Mais parfois ils la boudent, et leur froideur est une torture.

  • 15 « Beau soir, tu me fais mal... » (ibid., p. 54) : « doux et calme, et musical ! / [...] comprendre  (...)

Beau soir, tu me fais mal à force d’être tendre,
À force d’être doux, et calme, et musical.
Ne dis pas ces chansons qu’on pleure de comprendre.
À force d’être aimant, beau soir, tu me fais mal15.

  • 16 « Près des derniers parfums... » (ibid., p. 100) :« amour ? / <5 vers> / [...] de mes poèmes, / Et  (...)

Été, mon bel été, mon décevant amour...
Je reviens te bercer du chant de mon poème
Et tu n’as pas de cœur pour sentir que je t’aime16.

17Elle sait pourtant qu’un autre amour viendra, qui saura l’arracher à ces tendresses cosmiques ; d’avance elle le devine plus intime, plus consolateur ; elle en éprouve la nostalgie.

  • 17 « Je n’entends que le vent » (ibid., p. 29) : « Mon front lourd [...] pleurés... »

Je voudrais appuyer au profond d’une épaule
Mon cœur lourd des chagrins que je n’ai pas pleurés17.

18Il n’est même pas certain qu’elle ne mêle pas son culte à celui du soleil, qu’elle n’explore pas déjà le bord de son mystère. Dans un aveu bien humble, mais pas trop pénitent, elle confesse à sa chère Nature plus d’une trahison vénielle.

  • 18 « Veux-tu me pardonner... » (ibid., p. 116 : « bleu ? / <8 vers> / Pardonne-moi [...] un vers d’amour, sur </8>

Veux-tu me pardonner, Nature qui demeures
Belle éternellement, d’avoir pendant une heure
Trouvé moins de clarté dans l’azur de tes cieux
Que dans le double ciel d’un regard jeune et bleu ?
Pardonne-moi d’avoir, pour être un peu jolie,
Piqué dans mes cheveux tes grappes d’ancolie.
Nature ! J’ai gravé la date d’un aveu
Et tout un vers d’amour sur un bouleau si vieux
Que son écorce était aussi dure que blanche...
Et même, en souvenir, j’ai cassé quelques branches18.

19Quelques pièces (« Quand les prés », « Villanelle », etc.) nomment déjà l’« ami », le concevant encore dans le décor des paysages, mais pourtant lui disant des mots que les arbres ne peuvent comprendre. Et, s’offrant toute au nouvel Éros, elle lui promet comme à l’ancien un don inouï et suprême :

  • 19 « Billet » (ibid., p. 132) : femme / — Eut-elle [...] deux — / Ne put jamais [...] mieux ! »

Et je voudrais vous aimer tant qu’aucune femme,
Eût-elle en ses regards capté l’azur des cieux,
Ne pût jamais vous aimer mieux19.

20Est-elle rassasiée ? Pas encore. Pour que son cœur sache tous les frissons, c’est l’Infini lui-même, la Divinité, qu’elle appelle ; c’est un Éden surnaturel qu’elle entend gravir, où tous les spectacles du monde seront centuplés, affinés pour une extase transcendante.

  • 20 « Pour toi » (ibid., p. 154) : « juillet ; / [...] inquiet / C’était ».

Si je chantais l’azur et si j’ouvrais ma porte
Pour regarder passer la ronde de juillet,
Et si j’ai tout aimé d’un amour inquiet,
C’était pour agrandir le cœur que je T’apporte20.

21Et si ce dernier rêve lui donne un peu de paix, c’est qu’il ne laisse rien plus à désirer et à poursuivre.

22Excusez du peu ! Cette âme, certes, ne pèche pas par un languissant appétit. Mais la sobriété n’est pas une qualité lyrique ; et Mlle Lemieux est essentiellement, absolument poète lyrique. L’enthousiasme, l’excès, l’envoûtement, la frénésie, sont juste ici ce qui convient.

23Si j’en crois Jules Lemaître, Lamartine est le seul, de tous les grands poètes de France, qu’on puisse vraiment se figurer avec une lyre. Les autres sont des messieurs traçant des fugues sur du papier, maniant un burin ou un pinceau soigneux (quelques-uns même entassent des blocs à la truelle). Lamartine seul, ceint de laurier, improvise une musique : — ce qui, en soi, ne le fait pas plus grand, mais qui pourtant le rapproche mieux de la notion traditionnelle de l’aède, du vates qu’Apollon agite. Mlle Lemieux, elle aussi, porte décidément une lyre, et se distingue par là de quelques autres de nos muses, qui jouent d’instruments différents dans leur très charmant orchestre : — de Jovette Bernier, par exemple, pinçant d’un doigt nerveux une capricieuse guitare ; ou de Simone Routier, touchant agilement une flûte gracieuse et trillante. Elle est plus sœur d’Éva Senécal, qui comme elle déverse son âme en notes jaillies et passionnées. Et elle est sûrement fille de Lamartine, comme Gonzalve Desaulniers, Robert Choquette sont ses fils : d’un Lamartine toutefois en qui auraient passé l’âme d’une jeune femme et celle du vingtième siècle.

24Ai-je besoin de prouver, après les citations ci-haut, que Mlle Lemieux connaît la langue française, et qu’elle possède la science du vers jusqu’en ses plus menus secrets ? On ne trouverait pas, je crois, dans ces strophes une faute de grammaire ; on n’y trouverait pas douze chevilles, j’entends d’authentiques, de patentes. Elles sont limpides, naturelles, musicales ; on les dirait coulantes, si ce mot n’était devenu synonyme de facile et de négligé. Elles coulent pourtant, mais entre de belles rives régulières et solides. Concevez-vous miniature plus ingénieuse, plus gracieuse, mieux dite et plus rythmiquement parfaite, que ces deux quatrains ?

Comme un riant bouquet de roses, que le ciel
Tisse avec les rayons mourants de la lumière
Les nuages pourprés sont la beauté dernière
Que laisse, au bord du jour, le baiser du soleil.

  • 21 « Comme un bouquet de roses » (ibid., p. 142) : « lumière, / [...] ».

Ainsi lorsque l’on voit la douceur d’un sourire
Dans le dernier regard que nous donne un ami,
L’adieu se fait moins lourd, car dans le cœur frémit
La floraison des mots qu’il n’ose pas nous dire21.

  • 22 L’orthographe fautive est de Dantin (voir aussi supra, p. 124) : le titre du poème d’Alice Lemieux (...)

25Alors, pas de défauts ? Non, nul défaut grossier, qui s’étale, qui tranche comme une tache. Mais, comme c’est naturel, des degrés de valeur, et des fautes vénielles à comparer à celles que l’auteur confessait aux frênes. Il y a quelques pièces qui frisent la médiocrité : ainsi « Le sens de la douleur », trop général et trop abstrait ; « À Marcelline Desbordes-Valmore22 », plutôt pâle ; « Plénitude », où l’idée n’a guère de suite. Il en est d’autres qui frôlent la mièvrerie, où le sentiment fond en sucre et se puérilise. — Ainsi ces dialogues entre oiseaux, arbres, ruisseaux et lilas ; c’est très joli, mais ce l’est trop ; c’est maniéré, c’est factice ; si ce n’était si tendre, on croirait que ce fut écrit au couvent. Quand j’entends le rossignol roucouler à la rossignole : « Mon oiselle d’amour », et celle-ci lui répondre :

De tout ce mois de mai le merveilleux poème,
C’est ta chanson, mon rossignol !

26cela me crispe légèrement.

27En d’autres morceaux, mais très rares, Lamartine, dirait-on, est plus qu’une influence, devient un modèle qu’on imite. Et on l’imite si bien qu’il semble que c’est lui ; mais alors ce n’est plus assez Mlle Lemieux.

Lorsque je fermerai la porte
De tous mes horizons humains,
Que mon dernier regard emporte
Pour fleurir mes nouveaux chemins,

  • 23 « Pour que mon âme se résigne... » (ibid., p. 65) : « emporte, / [...] chemins : / / Le meilleur ba (...)

Le dernier baiser de ma mère,
Un bouquet de pure clarté,
Et que se ferme ma paupière,
Mon Dieu, dans ta sérénité23 !

28On se dit : « Comme c’est bien ! » et, tout de suite après : « Où donc ai-je lu cela ? »

  • 24 Pseudonyme de Claude-Henri Grignon, qui publiera, en 1933, un recueil d’articles sous le titre Ombr (...)

29J’ai fini, malgré tout, par découvrir des ombres : il faut bien faire plaisir à Claude Bâcle24 ! Mais j’en tiens pour l’admiration globale et définitive ; et je déclare qu’Alice Lemieux est une nymphe d’Ionie égarée dans nos bois d’érables, qui les fait résonner d’une chanson extrêmement douce, et dans lesquels elle cherche un jeune dieu qui lui-même l’appelle et qui, peut-être, est déjà venu.

Notes de fin

1 « Poèmes par Alice Lemieux », L’Avenir du Nord, 21 mars 1930, p. 1 ; La Tribune, 29 novembre 1930, p. 88 ; Poètes de l’Amérique française, t. II, p. 146-160.

2 Alice Lemieux, Poèmes, Montréal, Librairie d’Action canadienne-française, 1929, 164 p.

3 « Lamento » (ibid., p. 55) : « Songe que par [...] chagrin. »

4 « Avant l’Amour » (ibid., p. 23) : « corolles / Ô rosés qui [...] l’Amour ! »

5 « Les regards des enfants » (ibid., p. 73) : « ancêtres / [...] inconnus, qui n’ont pas besoin, pour naître, / [...] ».

6 « À la nature » (ibid., p. 80) : « rêve, / [...] toujours. / [...] embraser, / [...] ».

7 « Moments de rêve » (ibid., p. 49) : « vermeils, / [...] soleil ! / [...] voiles. »

8 Ibid. : « mourir, / [...] ».

9 « Sur le lac » (ibid., p. 138) : « rire. »

10 Ibid. : « Il fait bon [...] / Plus doux que ».

11 Extraits de « Quinze ans » (ibid., p. 21), de « Hiver, comment veux-tu que je puisse t’aimer ? » (ibid., p. 113) et de « Solitude » (ibid., p. 35) : « par l’Infini, / [...] le cœur [...] / Et vaste... à [...] étoiles ! ».

12 « Avant l’Amour » (ibid., p. 23) : « Du rêve [...] troublés / [...] lumière. / [...] ».

13 « Musique, berce-moi... » (ibid., p. 43) : « dits ».

14 « Parfums » (ibid., p. 93) : « parfums dont [...] rosiers, / [...] baisers ; / [...] ».

15 « Beau soir, tu me fais mal... » (ibid., p. 54) : « doux et calme, et musical ! / [...] comprendre ; / [...] ».

16 « Près des derniers parfums... » (ibid., p. 100) :« amour ? / <5 vers> / [...] de mes poèmes, / Et ».

17 « Je n’entends que le vent » (ibid., p. 29) : « Mon front lourd [...] pleurés... »

18 « Veux-tu me pardonner... » (ibid., p. 116 : « bleu ? / <8 vers> / Pardonne-moi [...] un vers d’amour, sur ».

19 « Billet » (ibid., p. 132) : femme / — Eut-elle [...] deux — / Ne put jamais [...] mieux ! »

20 « Pour toi » (ibid., p. 154) : « juillet ; / [...] inquiet / C’était ».

21 « Comme un bouquet de roses » (ibid., p. 142) : « lumière, / [...] ».

22 L’orthographe fautive est de Dantin (voir aussi supra, p. 124) : le titre du poème d’Alice Lemieux donne le prénom avec un seul « l ».

23 « Pour que mon âme se résigne... » (ibid., p. 65) : « emporte, / [...] chemins : / / Le meilleur baiser ».

24 Pseudonyme de Claude-Henri Grignon, qui publiera, en 1933, un recueil d’articles sous le titre Ombres et clameurs.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter