Version classiqueVersion mobile

Cultures courtoises en mouvement

 | 
Isabelle Arseneau
, 
Francis Gingras

Les langues de la courtoisie

Esthétique de la réception médiévale arabe : le poète de ghazal et ses interprètes d’après Le Livre des Chants

Aya Espère-Sakkal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au Ier siècle de l’Hégire, une culture courtoise prend son essor en Arabie notamment sous les Omeyyades, première dynastie arabe (660-750). Cette nouvelle culture profane prend naissance, paradoxalement, au cœur des deux villes les plus sacrées de l’Islam, la Mecque et Médine, où émergera une poésie de type nouveau, dédiée exclusivement à l’amour courtois al-ghazal1.

La poésie pré-islamique, celle des Mu‘allaqât – dits « poèmes suspendus » car ils étaient brodés sur des tentures suspendues sur les murs de la ka‘ba pour avoir été primés – ne consacraient que leur prologue au thème de l’élégie (appelée Nasîb) basée sur le motif des pleurs sur les vestiges du campement de la bien aimée al-bukâ’ ‘ala al-atlâl. La suite de l’œuvre, en majeure partie, était partagée entre vers de jactance fakhr et panégyrique de la tribu madh.

La nouvelle création poétique propose une autre conception de l’amour al-ghazal qu’illustrent deux groupes de poètes : d’une part, les poètes bédouins, les ‘Udhrîtes,...

Auteur

Université de Strasbourg

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search