Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures courtoises en mouvement

 | 
Isabelle Arseneau
, 
Francis Gingras

Les langues de la courtoisie

Paroles rouges et blanches : des âmes sœurs de Médée s’examinent

Raymond Cormier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une honnête femme rougira d’une offre de mariage, qui lui est faite par un homme digne de son amour, et deviendra rouge, si cette même offre part d’un homme vil et abject. (Pierre Benjamin Lafaye, Synonymes français, Hachette, 1841, p. 178)

Il y a dans trois romans français du milieu du XIIe siècle quelques personnages féminins et masculins qui ne cessent de nous fasciner : il s’agit de Lavine (Roman d’Énéas), de Médée, Diomède et Achille (Roman de Troie de Benoît de Sainte Maure) et de Soredamors et Fénice (Cligès de Chrétien de Troyes). Tous passent des moments profonds et tendus à méditer sur leur amour naissant et usent d’une langue qui incorpore des paroles émotionnelles essentiellement féminines, rouges (embarras) et blanches (pâmoison). Le commentaire qui suit vise à mettre en évidence le parallélisme de leur langage courtois (et au-delà) et à démontrer leur fonction-clé dans ces œuvres. Mais nous ne pourrons prétendre à une étude exhaustive dans le cadre de cette brève interv...

Auteur

Longwood University

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter