Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Lill — Étude d’âme enfantine par Gaëtane Beaulieu1

Texte intégral

  • 1 « Chronique littéraire — Quelques livres de l’année dernière — Lill », L’Avenir du Nord, 21 mars 19 (...)
  • 2 Lill. Étude d’âme enfantine, Montréal, L’Éclaireur, 1929, 205 p.
  • 3 Gaëtane Beaulieu, née en 1900, est la fille de Germain Beaulieu, membre fondateur de l’École littér (...)

1Lill2 est une gracieuse histoire, emplie de la fraîcheur, du mouvement léger, de la folie heureuse des âmes enfantines. C’est la monographie d’une petite fille comme bien d’autres : mais toutes les petites filles, et les petits garçons, d’ailleurs, sont des mondes en raccourci, extrêmement compliqués et intéressants. Mlle Gaëtane Beaulieu, qui a pour père un savant-poète3, a su joindre ici l’observation détaillée et fine à des dessous latents de psychologie et de poésie. Lill a quatre ans. Elle est à la campagne avec son oncle Paul, qui pratiquement lui tient lieu de père et de mère. Et c’est la vie bucolique de Lill, la révélation qu’elle reçoit des champs, des arbres, de l’eau, de la montagne, des chiens, des canards et des poules, qui fait la trame de ce récit. Pas très romanesque, n’est-ce pas ? Mais cela nous captive pourtant par la sûreté de l’esquisse, par la délicatesse des touches, et surtout par l’effluve intense qui jaillit de l’âme de l’enfant. Tous ces incidents se rehaussent de quelque aperçu plus intime qui nous montre en ce petit être le germe de la femme et l’apprentissage de la vie. Il y a dans ce cœur naissant des désirs, des joies, des chagrins, tout ce qui agite, en somme, nos cœurs mûris par les années ; et l’on s’éprend de cette enfant en qui bouillent les beaux rêves que nous n’arrivons pas à faire mourir. Le style de ces récits est remarquable de qualités plastiques : sa phrase est brève, directe et pittoresque ; ses descriptions posent les objets en contours lucides et précis. On rencontre à chaque page de ces traits ramassés qui condensent en un point la lumière, la ligne d’un tableau. « Je suis allé près du vieil arbre, et là, au pied du tronc dont la rondeur énorme la cachait à mes yeux, j’ai trouvé Lill, vêtue de soleil, endormie parmi les fraisiers, pendant que, le nez tout rose, Riquet montait la garde, vautré dans les fraises qu’elle avait cueillies. » — « Les enfants jouaient dans le foin, s’y cachaient avec des rires étouffés, et le chien les cherchait, faisant des bonds énormes, puis s’arrêtant soudain, reniflant et grattant, il découvrait les petits corps roulés en boule, et sa grosse langue douce lavait les visages. » — En présence du marmot à peine plus vieux qu’elle, « Lill... consciente de sa puissance fascinatrice, le regarde, immobile, la joue frôlant l’épaule, les yeux clignotants dans la lumière trop vive, et rit légèrement, en petits sons si modulés, si doux, que l’on croirait entendre une tourterelle ». Et tout ceci est imagé, graphique, réaliste autant que charmant. Il me faut pourtant signaler un défaut assez grave. Si la personne de Lill est très naturelle, sa conversation l’est beaucoup moins. Elle dépasse de beaucoup la portée probable d’une intelligence de quatre ans, tout en s’exprimant en formules qui semblent au-dessous de cet âge. Et comme les monologues de Lill occupent une bonne part du volume, il y répandent un peu d’artificiel, empêchent la sensation d’une vérité complète. C’est très bien d’avoir éclairé la psychologie enfantine, mais fallait-il qu’elle s’exprimât par la bouche même de l’enfant ? C’est celle-ci pourtant à chaque pas qui s’explique et qui s’analyse, ou qui disserte de toutes choses avec une réflexion prématurée. Est-il vraisemblable qu’ayant entendu un air triste, la petite en éprouve une crise comme le ferait une névropathe ? Dans ses apostrophes aux érables, aux poissons, à l’orage, n’est-elle pas à la fois trop naïve et trop grande personne ? Et ce tableau d’un clair de lune, malgré ses tournures puériles, n’est-ce pas l’auteur qui nous le trace plutôt que sa mignonne créature ? « L’étais dehors toute seule ; la m’en revenais de la cabane. Y faisait tout noir : l’avait rien que l’un petit bout de lune. La voyais pas clair beaucoup, puis l’avais peur juste l’un petit peu... Le morceau de lune était juste en haut de l’hamac ; faisait l’une tache en lumière blanche dessus l’herbe. » L’interprète, en un mot, ne semble pas saisir le langage de l’enfance aussi bien que son âme. — Cela, bien entendu, n’ôte pas à ce volume son caractère et son attrait. Il reste vrai par le tracé des mouvements, des scènes, et par sa chaleur sympathique. — Et si le style de l’héroïne est discutable, celui de Mlle Beaulieu ne laisse rien à désirer. On souhaite que l’auteur, entraînée par cet excellent début, s’attaque bientôt à quelque thème adulte, où son beau talent pourrait s’affirmer avec encore plus de vigueur.

Notes de fin

1 « Chronique littéraire — Quelques livres de l’année dernière — Lill », L’Avenir du Nord, 21 mars 1930, p. 1 ; Gloses critiques, t. II, p. 113-116.

2 Lill. Étude d’âme enfantine, Montréal, L’Éclaireur, 1929, 205 p.

3 Gaëtane Beaulieu, née en 1900, est la fille de Germain Beaulieu, membre fondateur de l’École littéraire de Montréal et ami de Dantin.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter