Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures courtoises en mouvement

 | 
Isabelle Arseneau
, 
Francis Gingras

La culture courtoise et le livre

« E de lur sen le surplus mettre » : les lais anonymes, relecteurs critiques des lais de Marie de France

Nathalie Koble et Mireille Séguy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la production littéraire médiévale, le corpus des lais narratifs donne lieu à un paradoxe remarqué par la critique qui s’est efforcée d’en définir les contours génériques : restreint en volume autant que dans le temps, puisque les lais qui nous sont transmis ne dépassent pas la trentaine de textes, dont la vogue, inaugurée dans les années 1170 par Marie de France, s’est éteinte à la fin du XIIIe siècle, le corpus de ces récits brefs d’inspiration courtoise résiste à toute tentative satisfaisante de caractérisation : féerique ou pas, labellisé breton ou non, nostalgique, parodique, comique ou critique, le lai finit par se réduire à l’exigence de brièveté qui l’apparente à la future nouvelle, aux accents malléables au gré des anthologies1. En témoignerait la titulature proposée par ce recueil-bibliothèque du XIIIe siècle, Paris, BnF fr. 1553, qui revendique pour les textes brefs qu’il compile le terme de « lai », sans qu’aucun lai narratif pour nous reconnaissable y soit conservé...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter