Version classiqueVersion mobile

Cultures courtoises en mouvement

 | 
Isabelle Arseneau
, 
Francis Gingras

La culture courtoise et le livre

L’escripvain, le bibliophile et le philologue. Le manuscrit en moyen français comme lieu d’échanges à la cour

Olivier Delsaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Déclarer que le poète et le prince des XIVe et XVe siècles français se caractérisent par leur amour des livres, est devenu un topos des études sur la littérature de cour en moyen français1. Cependant, est-ce à dire que l’intérêt du prince et du poète pour ces livres étaient similaires ? Le poète et le prince se situaient-ils de la même façon par rapport au livre alors que, précisément, à l’époque, deux grands types d’approche des textes gagnaient alors en pouvoir symbolique : la philologie préhumaniste et la bibliophilie flamboyante ? Ces deux tendances correspondent grosso modo à deux schémas de lecture. D’un côté, la lecture professionnelle, c’est-à-dire une approche spécialisée de l’écrit, conditionnée par une lecture individuelle et par une appropriation du livre plume à la main ; elle se fait à partir de mises en livre utilitaires assez modestes, dont le choix est guidé par leur qualité textuelle. D’un autre côté, la lecture amateur, c’est-à-dire une approche superficielle de l...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search