Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Deux ouvrages de critique par Maurice Hébert et Harry Bernard1

Texte intégral

  • 1 « Chronique littéraire — Quelques livres de l’année dernière », L’Avenir du Nord, 21 mars 1930, p. (...)
  • 2 Edmond Lareau (1848-1890), essayiste et journaliste, auteur de la première Histoire de la littératu (...)
  • 3 Maurice Hébert, De livres en livres, Montréal, Carrier, 1929, 251 p. ; Harry Bernard, Essais critiq (...)
  • 4 Maurice Hébert (1888-1960), poète et critique littéraire. Ses articles dans Le Canada français (192 (...)
  • 5 Harry Bernard (1898-1979), journaliste, essayiste et romancier, auteur de L’Homme tombé (1924), La (...)

1C’est un signe très heureux pour notre littérature que l’étude critique s’y intensifie. C’est une surveillance plus étroite exercée sur les œuvres de nos écrivains, propre à les maintenir dans les normes de la correction et du goût ; c’est un tonique encourageant pour les auteurs eux-mêmes, qui se voient lus, analysés, loués, blâmés peut-être, en tout cas pris au sérieux. Et la critique chez nous, depuis quelque temps, non seulement accroît sa masse, mais se creuse et s’élargit. Elle va plus avant dans le sens des œuvres, les pénètre avec plus de sympathie, les juge avec plus de tranquillité. Il est hors de doute que Mgr Camille Roy, M. Jean-Charles Harvey distancent de beaucoup leurs ancêtres Lareau ou Darveau2. Par ces volumes nouveaux3, MM. Hébert4 et Bernard5 se révèlent à leur tour esprits cultivés, aiguisés, ayant à dire sur notre pensée et notre art des mots intelligents, plausibles.

***

2M. Maurice Hébert nous promène « de livres en livres », et cette excursion est très variée, allant de Crémazie à Alice Lemieux en passant par Laure Conan, Eugène Achard et Robert de Roquebrune. Ce qui frappe d’abord chez le guide, c’est une érudition sérieuse, bien au courant de la filiation des œuvres, sachant les replacer dans leur terrain et dans leur milieu et les interpréter à la lumière des temps qu’elles reflètent. Il est très facile d’ouvrir Crémazie et d’en porter, séance tenante, un jugement quelconque ; mais on le comprendra bien mieux si l’on date ses poèmes par les jalons de sa vie tourmentée, si l’on en pose les gradations comme celles mêmes de son âme vivante. On peut se contenter de résumer une thèse sur « L’enseignement du français en Acadie » ; mais l’esquisse n’aura de valeur que si elle sait contrôler, compléter les données produites, les rectifier au besoin, discuter la justesse des conclusions tirées. M. Hébert ne manque jamais d’ajouter à ses analyses la touche historique qu’elles comportent ; et l’on sent qu’il n’a pas tout appris sur le sujet dans le livre même qu’il dissèque. Ce sérieux d’idées se retrouve dans ses théories esthétiques et dans ses verdicts sur les œuvres. Ses analyses dénotent de la logique, de la finesse, et cette qualité élusive qui s’appelle le tact. Sans se payer de mots en l’air, d’allusions vagues, de phrases métaphoriques, il démonte l’œuvre par morceaux, cherchant à en fixer le sens, le caractère et à la graduer selon sa valeur. Chose étrange, mais heureuse, il ne nous dit jamais ses impressions d’enfance, les épreuves de sa vie, son émoi en face de tel paysage entrevu un soir de septembre, ni ses désillusions d’amour. On n’en sait pas plus long sur M. Hébert en personne qu’avant d’avoir ouvert son livre ; mais cela est très bien : cela repose de tant de mémoires intimes dont d’autres émaillent leurs opinions. Quand il apprécie les poètes, ce n’est pas « la poésie » qu’il découvre en eux, mais leur poésie. Dans les distiques il démêle l’âme, la voix, le soupir individuels. Robert Choquette pour lui n’est pas une ombre indéfinie qu’on prendrait aussi bien pour Fréchette ou Blanche Lamontagne : il se retrace et se précise avec des traits et un contour. De plus, ce goût critique est affiné, discret : ni la prétention solennelle ni l’hystérie sentimentale ne lui en imposent. Le vers qu’il cite pour sa beauté le mérite par un souffle, un mot, une image rare, et celui qu’il condamne a quelque chose qui louche. Discernement sans doute essentiel, presque élémentaire, moins commun cependant qu’on ne s’imagine. Enfin tout ceci est écrit dans une langue leste et brève, sûre de son pas, éclairée de tours vifs et de formules piquantes. Rien de lourd, d’endormant, quoique la virtuosité ne s’étale jamais pour elle-même ou aux dépens d’une bienveillante justice. Cette bienveillance parfois nuit-elle à la justice ? Le crayon bleu trace-t-il toujours une ligne assez nette sur le futile, le médiocre ? M. Hébert ne tape, ou ne pique même pas, très fort : il est de ceux que restreignent leur bon cœur et les conventions sociales : comment rester bien élevé en disant toujours tout ce qu’on pense ? Mais cette critique pondérée et modérée arrive, malgré tout, à se faire comprendre, à fixer l’échelle des valeurs et, sans décourager l’effort littéraire, à lui montrer ses défaillances. Ne nous plaignons pas trop de la politesse en critique : mieux que l’invective peut-être elle excite, dirige, redresse et, à l’occasion, démolit.

***

  • 6 « Je regrette que Nelligan n’ait pas au moins démarqué la part imitative de son œuvre en donnant un (...)
  • 7 Les Sacrifiés (1927), roman d’Olivier Carignan (voir supra, p. 328-333) ; Chez nous (1914), recueil (...)

3Les Essais critiques de M. Bernard ont un caractère un peu autre. La théorie y tient plus de place. Ils contiennent, à côté d’études individuelles, des dissertations générales sur « Le régionalisme littéraire », « La jeune poésie canadienne », « L’idée baudelairienne au Canada » ; d’autres ayant pour titre : « Langue et roman », « Culture et travail ». C’est dire que l’auteur, non content d’appliquer ses idées-principes à la mesure des œuvres, aime à les établir directement, avec la suite, l’ampleur de plaidoyers ou de leçons. Il se montre par là capable de synthèse, de système lié, organique, et assoit ses jugements sur des bases plus larges : mais il s’expose aussi à plus de discussion, étant forcé de choisir ses écoles et de définir ses critères. Ainsi il prend parti pour un régionalisme qui me paraît un peu étroit. Tout en prônant l’idée terrienne, l’expression des choses et des mœurs de chez nous, doit-on limiter le talent des nôtres à cet orbite restreint, leur faire entendre qu’ils ne pourront trouver que là l’originalité ou la force ? N’est-ce pas enchaîner fort arbitrairement la pensée, l’instinct esthétique, peut-être la vocation de nos écrivains ? Notre cerveau, il faut l’espérer, est aussi large que celui des autres peuples, qui sortent tous de leurs frontières pour exprimer par l’art, l’histoire, la fantaisie, la poésie, ce qui est étranger, lointain, humain, universel. Il n’est pas nécessaire qu’une littérature nationale soit nationaliste : autrement les plus grands génies eussent été piètres citoyens, et la littérature française devrait plus à Paul Déroulède qu’à Victor Hugo. La liberté, c’est ce qu’il faut ici ; que chaque esprit suive sa pente, dise ce qui l’intéresse ou l’émeut. S’il vous plaît de chanter la tasserie, la cabane à sucre, la guerre des Cinq-Cantons, tant mieux, qu’il en sorte une merveille ; mais si le chalet suisse, ou la hutte congolaise, ou l’invasion des Goths, me semblent, à moi, plus pittoresques, c’est donc qu’à tort ou à raison j’en écrirai plus artistiquement et en meilleurs vers. Vous eussiez coupé en morceaux Émile Nelligan sans lui donner l’âme d’un Chapman, et j’ai eu grand tort autrefois de lui en faire une faute6. Vous ne parqueriez pas davantage Chopin, Morin, Choquette et DesRochers, qui sont pourtant notre quatuor de « bravoure ». Et qui empêchera un de nos historiens futurs de faire l’histoire la plus fouillée qui soit de la révolution chinoise ? M. Jean Bruchési n’est-il pas hanté, lui, de l’état social des russes ? Bref, un terroirisme exclusif ferait de nous de simples miniaturistes, nous enclorait dans un segment infime du cercle de l’art. Ce serait encore pis si ces reflets laurentiens devaient tous s’exprimer en langue « québécoise ». C’est pourtant ce que M. Bernard nous conseille dans un autre article. Il voudrait voir notre langage « se dégager de sa gangue parisienne » (comme elle est mince, hélas ! cette gangue !), de ces mots qui, « pour être d’un français très pur, ne peuvent rendre justement nos pensées canadiennes ». Il faudrait revenir à notre « parler original, mais dégagé d’anglicismes et de canadianismes détestables, d’un certain argot local, de ce que nous lui ajoutons en trop par la fréquentation des écrivains français ». Sachons écrire comme s’expriment « ces bons habitants des vieilles régions du Québec, qui parlent tout le jour, ne s’en doutant même pas, le plus riche et le plus savoureux des français ». Et je sais que l’auteur s’explique, qu’il restreint ce précepte au genre du roman : — mais il suppose alors que tous nos romans seront canadiens par le thème ; et puis, même en ce cas, veut-il que la trame du récit, l’évolution des caractères, le dialogue entre gens instruits, s’énoncent en « langage canadien » ? Il amène ici Maupassant et ses histoires normandes : mais Maupassant, comme tout artiste, a simplement adapté son style à ses sujets divers, répandu sur sa toile la couleur locale, mis dans la bouche de ses acteurs le langage qui pouvait leur convenir. Il fait parler ses Normands en Normands, ses Parisiens en Parisiens, et ses cocottes en cocottes. Est-ce la tout ce qu’on nous demande ? qu’ayant à décrire des scènes canadiennes rurales, nous y mettions l’atmosphère et la langue de nos campagnes ? Ceci n’est pas du régionalisme, c’est un conseil d’art pur et simple. Et ce n’est guère non plus une trouvaille : car tous nos romanciers ont suivi la recette avec plus ou moins de succès. Dans les contes de Fréchette comme dans ceux de Wilfrid Larose, dans Les Sacrifiés, dans Chez nous, dans Les Rapaillages7, le langage canadien s’étale avec abondance et ampleur. Il n’a cependant pas suffi a échafauder de grandes œuvres ! C’est qu’au fond la recette n’est rien : c’est le savoir-faire qui est tout. Louis Hémon, avec des traits clairsemés, discrets, de canadianisme (qui, de sa part, était un exotisme) a rendu nos mœurs plus vivantes cent fois que Gérin-Lajoie ou Taché. Ce n’est pas la langue qui nous manque, c’est la manière de s’en servir, avec aussi dans la vision je ne sais quoi de hardi, de large. Il nous faudrait, avec la liberté française à voir et a peindre la vie, un goût français à manier la langue canadienne.

4Dans « L’idée baudelairienne », M. Bernard nous pose un autre genre de menottes. Il nous interdit la névrose, la mélancolie, la tentation, la chute, l’ennui, le dégout, le désespoir, nous asservit à la « littérature sereine ». A-t-il songe qu’il raie ainsi de l’art la moitié de la vie humaine et les trois-quarts des chefs-d’œuvre qui l’ont exprimée ? Quelle est, en règle, l’œuvre profonde, puissante, significative et splendide : celle qui creuse la souffrance de l’âme ou celle qui s’ébat, demi-aveugle, dans une accalmie de surface, dans de fades et fausses illusions ? On se plaint que nos lettres sont incolores, insipides, indifférentes : c’est justement qu’elles s’enclosent trop dans cet optimisme mesquin. N’allons pas leur en faire une loi. Admettons tout au moins la liberté des souffles, sauvegardant ainsi la vérité et la variété de l’art.

5Par ailleurs, M. Harry Bernard a d’excellentes idées sur l’état présent de notre culture, sur la nécessité de notions étendues, de préparations lointaines, de travail patient, soigneux, dans l’élaboration de l’œuvre littéraire. Il insiste sur le fait patent que nos auteurs produisent trop vite et avec trop de nonchalance. Il est ici sur le plus solide des terrains.

6Dans ses études sur des œuvres particulières, celles de Jules Fournier, Jean Chauvin, Émile Coderre et autres, il fait preuve à la fois de bon sens et de goût. Il prononce, je crois, le mot juste sur le dernier livre de Blanche Lamontagne : Ma Gaspésie : il en mesure très bien les horizons et les limites, discute même son régionalisme, apparemment superficiel. A-t-il aussi bien compris le talent de nos autres poétesses ? Certaines phrases sur Simone Routier, Jovette Bernier, Alice Lemieux, en feraient douter.

7L’idiome de ces pages critiques est, grâce a Dieu, la langue française moderne, dénuée de stigmate provincial : celle qu’il nous faut, bon gré mal gré, apprendre et suivre en son évolution constante, à moins de rester isolés, séquestrés dans une île mentale, réduits bientôt à balbutier une langue morte.

Notes de fin

1 « Chronique littéraire — Quelques livres de l’année dernière », L’Avenir du Nord, 21 mars 1930, p. 1 ; Gloses critiques, t. II, p. 29-37.

2 Edmond Lareau (1848-1890), essayiste et journaliste, auteur de la première Histoire de la littérature canadienne (1876). En 1877, il rassemble ses articles sous le titre Mélanges historiques et littéraires. Louis-Michel Darveau (1833-1875), journaliste, fondateur et rédacteur de L’Observateur, de La Réforme (1860) et de La Tribune (1863).

3 Maurice Hébert, De livres en livres, Montréal, Carrier, 1929, 251 p. ; Harry Bernard, Essais critiques, Montréal, Librairie d’Action canadienne-française, 1929, 196 p.

4 Maurice Hébert (1888-1960), poète et critique littéraire. Ses articles dans Le Canada français (1925-1939) seront réunis en trois volumes : De livres en livres (1929), D’un livre à l’autre (1932), Les Lettres au Canada français (1936).

5 Harry Bernard (1898-1979), journaliste, essayiste et romancier, auteur de L’Homme tombé (1924), La Terre vivante (1925), La Maison vide (1926), Juana, mon aimée (1931).

6 « Je regrette que Nelligan n’ait pas au moins démarqué la part imitative de son œuvre en donnant un cachet canadien à ses souvenirs étrangers, ou, plus généralement, qu’il n’ait pas pris plus près de lui ses sources habituelles d’inspiration. Sa poésie y eût gagné, certes, en personnalité et en vérité » (ENSO, p. 81).

7 Les Sacrifiés (1927), roman d’Olivier Carignan (voir supra, p. 328-333) ; Chez nous (1914), recueil de douze récits d’Adjutor Rivard ; Les Rapaillages (1916), « souvenirs » de Lionel Groulx.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter