Version classiqueVersion mobile

Cultures courtoises en mouvement

 | 
Isabelle Arseneau
, 
Francis Gingras

Discours et contre-discours de la courtoisie

L’Âtre périlleux ou la courtoisie en question

Laurence Mathey-Maille

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au milieu du XIIIe siècle, un roman arthurien illustre de manière stimulante les enjeux de la notion, si problématique, de « courtoisie ». Il s’agit de L’Âtre périlleux1, qui met en scène Gauvain, miroir et modèle de toute courtoisie, en questionnant les valeurs qu’il représente. Emblème – depuis le Roman de Brut – de la chevalerie courtoise, Gauvain est par tradition un personnage plein, positif, auquel l’auteur de L’Âtre périlleux fait subir une déconstruction radicale en s’employant à vider le personnage de ses qualités pour ensuite le recomposer selon une esthétique du puzzle très complexe. La déconstruction, on le sait, passe par l’annonce de la mort du héros dont le corps aurait été dépecé, défiguré, ce qui suggère une perte totale d’identité. Victime d’une méprise, dépossédé de son nom, le vrai – et bien vivant – Gauvain doit affronter de multiples épreuves avant de faire taire la fausse rumeur de sa mort et de pouvoir se reconstruire. Il y parvient au terme d’une trajectoire...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search