Version classiqueVersion mobile

Cultures courtoises en mouvement

 | 
Isabelle Arseneau
, 
Francis Gingras

Discours et contre-discours de la courtoisie

À propos du melhurar dans le Roman de Flamenca

Gérard Gouiran

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En dépit du nombre des troubadours et de la diversité de leurs conceptions de la littérature comme de la place de la dame, leur commun choix de composer en langue vulgaire et d’accorder à l’amour un rôle primordial les réunit dans la vaste entreprise d’une laïcisation dont les ambitions ne se bornaient pas à la sphère de la culture, et je serais assez d’accord avec l’assertion de René Nelli pour qui « l’originalité de la morale érotique occitane a consisté à faire dépendre de l’amour, et non point directement de Dieu, l’apparition et le perfectionnement de toutes les bonnes dispositions de l’âme chez l’amant1 ». De fait, la plupart des troubadours prônaient un idéal de vie qui n’avait rien à voir avec l’idéal monastique et qui prenait, avec une conscience plus ou moins claire (je songe bien sûr au Chrétien du Chevalier de la charrette), ses distances avec celui de la chevalerie, sans pour autant tomber dans l’individualisme de la passion amoureuse. Le fait est que le couple idéal de...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search