Version classiqueVersion mobile

Cultures courtoises en mouvement

 | 
Isabelle Arseneau
, 
Francis Gingras

Discours et contre-discours de la courtoisie

Et si Renart n’était que l’envers de Lancelot ? De la parodie arthurienne des branches anciennes au contre-modèle courtois des branches tardives (XIIe-XIVe siècles)

Jenny Brun

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Par les rapports étroits qu’il entretient depuis toujours avec l’homme, le monde des animaux est une source inépuisable pour l’imaginaire. L’animal peut tour à tour être perçu comme familier, dangereux, mystérieux, incarner les forces du bien et du mal. Il peut aussi, par des caractéristiques qu’on lui attribue à tort ou à raison, devenir la matérialisation d’une attitude humaine et, en allant plus loin, l’illustration d’une certaine conception du monde. La fable animale possède l’avantage d’être moins abstraite qu’une allégorie et par conséquent plus accessible. S’il n’était pas donné à tout le monde de comprendre les dialogues des vertus personnifiées – « notion abstraite rendue concrète par la fiction d’une forme humaine1 » –, chacun en revanche pouvait saisir l’ironie d’un conte où Renart, symbole de la ruse, chante une messe ! Comme le souligne Armand Strubel, « avec la renardie, comportement moins rigide que les vices catalogués, on dispose d’une notion commode pour la polémiq...

Auteur

Université du Québec à Chicoutimi

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search