Version classiqueVersion mobile

Cultures courtoises en mouvement

 | 
Isabelle Arseneau
, 
Francis Gingras

Discours et contre-discours de la courtoisie

« Il fault mentir pour un moiien trouver quant le requiert li cas. » Melyador : une courtoisie entre ombre et lumière

Nathalie Bragantini-Maillard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il fault mentir pour un moiien trouver quant le requiert li cas1 ». C’est par ce propos que Florée, véritable spiritus movens du roman Melyador, justifie auprès de sa cousine Hermondine, la quête chevaleresque qu’elles s’apprêtent à organiser pour évincer un indigne prétendant, Camel de Camois. Discours aux antipodes de la courtoisie, dont se prévaut l’œuvre, dira-t-on ! Et pourtant. Il fonde l’intrigue de ce dernier roman arthurien versifié, à l’allure faussement lisse, à la courtoisie et aux amours faussement stéréotypées et insipides. Dans Melyador, Jean Froissart me semble en effet s’amuser du contre-emploi possible de l’idéologie courtoise et de sa composante amoureuse, sans rien leur enlever de leur caractère opératoire, signe d’une réception bien moins passive et plus critique qu’il n’y paraît. C’est l’hypothèse que je me propose de présenter à la lumière de quelques indices.

En quête d’un renouvellement de l’amour arthurien

Une question de casuistique amoureuse

Melyador racon...

Auteur

Université catholique de Louvain

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search