Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Gonzalve Desaulniers. Les bois qui chantent1

Texte intégral

  • 1 « Préface », dans Gonzalve Desaulniers, Les Bois qui chantent, Montréal, Librairie Beauchemin, 1930 (...)
  • 2 Gonzalve Desaulniers (1863-1934), avocat et juge, journaliste, directeur de la Revue canadienne (18 (...)
  • 3 Petits poèmes sur deux rimes et à refrain.
  • 4 Recueils de décisions d’anciens juriconsultes romains, faits par ordre de l’empereur Justinien (482 (...)

1M. Gonzalve Desaulniers nous offre l’aventure peu commune d’un poète reconnu, estimé depuis des années, dont les vers ont sonné maintes fois dans nos réunions littéraires et patriotiques, ont même volé jusqu’aux rives de France, et qui en est encore à publier son premier livre2. Les bardes allaient ainsi semant leurs virelais3 au hasard de leurs longs pèlerinages bien avant de songer à les écrire. Il y a quarante ans, davantage peut-être, que M. Desaulniers, alors en pleine jeunesse, sentit germer sa vocation poétique. Vocation, il est vrai, enchevêtrée à beaucoup d’autres, qui devait tour à tour le pousser vers la presse, la politique, les œuvres d’avance nationale, les joutes d’une carrière d’avocat extrêmement remplie, et finalement l’asseoir sur le siège honoré du magistrat. Mais ces activités elles-mêmes se sont toujours mêlées pour lui de certain élan chaleureux, de certaine vision large et qu’on pourrait dire poétique. Apôtre, dans le journalisme, d’un libéralisme élevé ; défenseur, au barreau, des droits de la parole et des causes qu’on croyait perdues ; missionnaire en tout temps de nos affinités françaises, il a su mettre à tout cela comme un souffle idéal, comme un rythme exalté et généreux. Il n’est même pas un magistrat tout à fait comme un autre : les pandectes4 n’ont pas raidi sa conversation, ses manières ; s’il est grave quand il faut, rien n’a pu le faire solennel, et jusqu’en ses verdicts paraît l’aisance de l’homme du monde. La toge posée, il se délecte comme jadis à des soirées d’art ou de lettres où se poursuit l’inutile Beauté, où il jette les factums par-dessus les moulins. Serait-ce trop de conclure qu’il fut toujours, en tout, et peut-être avant tout, poète ?

2Il est temps, dès lors, que finisse la tradition orale où flottaient vaguement ses vers. Ce recueil nous les livre enfin, moulés dans un galbe définitif, soustraits ainsi au risque de l’oubli. Et ce fait marque un bon moment dans l’histoire de nos lettres canadiennes. Elles s’enrichissent par là d’une œuvre sérieuse et brillante, ayant son caractère à part et comblant une lacune que garderait, à son défaut, la suite de notre poésie. Avez-vous remarqué que Crémazie, Lemay, Fréchette, ces artisans de notre renaissance poétique, ont pris surtout du romantisme la conception épique, l’émotion tourmentée, la période pompeuse, l’image grandiose et éclatante ? tandis que Nérée Beauchemin, précurseur en cela des écoles futures, dépassa, lui, la mode romantique et s’installa avec Coppée, Sully Prudhomme et les parnassiens, en un cénacle épris surtout de précision, de finesse et de ciselure ? Il semble qu’un grand et fort courant ait été négligé ; celui qu’avaient ouvert Chénier, Vigny et Lamartine : le torrent du lyrisme pur, où l’âme épanche ses rêves en effusions plus libres, avec la chaleur, l’abandon des forces spontanées ; poésie faite surtout d’imagination, de tendresse, de mélancolie et de grâce ; dont la musique est mélodie plutôt qu’accord de gammes savantes ; dont l’art se dissimule sous une splendeur égale et discrète. Poésie franchement idéaliste, partant de la nature pour la dépasser, soucieuse de refaire et d’agrandir la réalité plutôt que de s’asservir à elle ; dédaignant, dans la forme, les contrastes heurtés, les traits durs, les couleurs criantes ; gardant aux sentiments, aux êtres, une ligne onduleuse et fluide, des demi-teintes fondues, des reflets vaporeux, certain vague mystique et berceur. M. Desaulniers, le premier chez nous, représenta cette influence distincte, la conception lamartinienne et purement lyrique de l’art ; je ne sais après lui que Robert Choquette qui l’ait reprise et poursuivie.

  • 5 Pindare (518-438 av. J.-C.), auteur d’odes triomphales, Les Épicénies, dédiées aux athlètes vainque (...)
  • 6 Alphonse de Lamartine.

3Or s’il est vrai que le lyrisme ait paru vieillir et faire place à beaucoup de théories plus froides, il n’en reste pas moins un des éléments éternels, intrinsèques, de la poésie, et aucun vrai poète, même en le niant, ne lui échappe. C’est par lui que la poésie est un chant, un essor, s’élève au-dessus des idées vulgaires et des platitudes réelles, divinise les soupirs de l’âme, transforme l’univers en l’exaltant. Nul caprice esthétique ne saurait bannir du poème l’idéal et l’enthousiasme, ses deux ailes nécessaires, en faire un simple bruissement de mots et de syllabes. Même les écoles où le lyrisme restreint ses envolées, se revêt de formules compassées et plastiques, lui rendent hommage en le déguisant. M. Desaulniers reste donc dans la tradition la plus haute en s’avérant poète lyrique, disciple de ce Lamartine qui le fut de Pindare5 et de Sapho. Il a d’ailleurs sa personnalité ; il sait renouveler l’imagerie des maîtres, infuser leur esprit à des thèmes présents. À côté d’harmonies fraternelles aux leurs, il module des airs plus légers où l’observation fine, le sentiment ténu, même le marivaudage subtil, confinent à la chanson, jettent une note souriante, spirituelle et vive. Le chantre de Milly6 se reconnaîtrait dans « Le golfe », dans « Le tisserand », dans « Soir gaspésien » ; mais M. Desaulniers réclame pour lui seul « Caprice », « Comme dans un rêve », « Les fleurs jalouses » et « Vous souvenez-vous ? »

4Que nous importent, après tout, ses ascendances mentales ? Prenons son œuvre pour ce qu’elle est. Parcourons ces poèmes, et surtout les plus étendus, ceux où l’auteur développe à l’aise sa pensée, son inspiration, sa technique. Il est incontestable que ces alexandrins semés en jets prodigues, se suivant comme les flots déferlent, sont beaux, symboliques, expressifs, se pressent tous d’un mouvement large vers une impression unique et intense. Ils ont la fermeté de la réflexion et la mollesse du songe, l’émotion concentrée et chaude, l’éclat d’images révélatrices, l’aisance d’une langue pure et choisie. Ce sont des vers classiques où l’âme de nos jours se déverse, qu’elle emplit de vie bouillonnante sans en briser le moule parfait. La plupart ont jailli en face de la nature ; ils en dégagent le calme, le mystère, les voix sympathiques et profondes, surtout la nostalgie pénétrante.

  • 7 Alfred de Vigny, « Le cor » (« Dieu, que »), Poèmes antiques et modernes (1837).

Oh ! que le son du cor est triste au fond des bois7 !

  • 8 Probablement « Le matin à La Malbaie » (op. cit., p. 163).

5Les bois eux-mêmes sont tristes, et ils n’en sont que plus charmeurs. Mais parfois ils sourient, et alors ils nous baignent de joie à nous faire pleurer. Ces sensations se dressent, vivantes, dans des églogues comme « Les pins », « Vita et Mors », « Matin8 », « Lettre de la montagne ». Le poète communie aux sèves, aux vieux troncs, aux feuillages, entre dans leur silence, s’absorbe dans leur vie secrète.

Mêler mon âme éparse à l’âme de la sève,
N’être plus qu’un reflet qui nage sur les eaux,
Murmurer comme font la branche et les roseaux,
Ou comme fait le vent qui rôde sur la grève ;

  • 9 « Le silence des bois » (ibid., p. 128) : « roseaux / Ou ».

Dans l’orme, le bouleau, la source et le ravin,
Recevoir la caresse immense de la vie,
Et rejoindre, animant la matière asservie,
Le principe éternel dans l’atome divin9.

6Sous ces ramures quasi sacrées, il aime à replacer l’homme primitif, l’Indien qui y régnait et dont l’ombre y circule encore. C’est le thème de plusieurs morceaux : « Naouitha », « La fille des bois », « La chanson des bois », « Le pardon des bois ». Et sans doute cet Indien s’idéalise de pied en cap ; c’est un Indien travaillé, sculpté ; c’est l’Indien de Chateaubriand ; il pense et soupire comme René, il parle comme Atala et Chactas. Mais, tout factice qu’il soit, il exprime noblement des idées, des aspirations humaines, les rêves de cœurs naïfs, les regrets d’une race disparue. L’amour de la fille des bois, c’est l’amour séculaire chantant en elle sa chanson magique, la même que dans le cœur d’une princesse. Si les Grecs peuplaient leurs forêts de nymphes purement imaginaires, nous est-il défendu de voir ces fantômes mi-réels rôder autour de nos érables ?

7L’amour civilisé lui-même prend volontiers chez le poète un tour idyllique et Sylvain. Ce sont les grèves, les sentiers ombreux, les champs de marguerites, qu’il voudrait pour décors aux confidences et aux baisers.

  • 10 « Épître » (ibid., p. 51-52) : « déclives, / [...] fossés, bordés de fleurs tardives, / [...] tranq (...)

Nos rires éclataient sur les routes déclives
Alors que les fossés bordés de fleurs tardives
Embaumaient l’air et que dans mon blanc tablier
Tu cueillais la framboise et le fruit du mûrier.
Quand les soirs déroulaient le voile des pénombres,
Muets, nous regardions se détacher les ombres
Des flancs de la montagne, et sur les bois épais
Mélancoliquement redescendre la paix.
Des silences soudains montaient des lacs tranquilles,
Et nos yeux, s’égarant aux pieds de leurs presqu’îles
Qu’un cercle de clartés nocturnes entourait,
Reflétaient l’infini du ciel qui s’y mirait.
Puis, lorsque retombaient les ultimes ténèbres,
Semant d’étoiles d’or leurs tentures funèbres,
Tu t’asseyais comme un amant à mes genoux,
Et la douceur des nuits se glissait entre nous10.

8Mais c’est la fuite des éléments qui lui révèle, par contre, l’inconstance fugace des cœurs (« Ne cherchons pas », « Automne »). Et ces appels, ou ces regrets, empruntent à la nature une sincérité fraîche, une tendresse profonde et tranquille.

  • 11 Adolphe-Basile Routhier (1839-1920), poète, dramaturge, essayiste, avocat, auteur du poème « Ô Cana (...)

9En dehors de ces bois qui chantent et de ces cœurs qui chantent sous bois, c’est la patrie encore qui inspire M. Desaulniers : la patrie nouvelle et l’ancienne, elles ne font pour lui qu’une seule France. « Canada » eût pu nous fournir, tout comme les strophes de Routhier11, un vibrant hymne national. « Mouettes de France » claironne la revanche de nos frères longtemps attendue. Enfin, dans un récit palpitant d’une flamme héroïque, les deux patries se joignent, s’enlacent, et scellent leur alliance dans le sacrifice et le sang. Et si l’on admet tout d’abord l’idéalisme transcendant et la fièvre extatique du thème, « Pour la France » est une pièce admirable, pénétrée d’essence poétique, soulevée d’une exaltation hautaine, dite en des vers où chaque mot porte juste, éveille une sensation, sonne une musique délicieuse : en somme, l’un des beaux cris qu’a suscités la dernière guerre : « Écoute », dit l’amie courageuse au fiancé qui va partir :

Écoute, l’Angelus tinte ; dans l’air léger

  • 12 « Pour la France » (op. cit., p. 177-178) : « Écoute, l’angélus tinte [...] clocher, / <4 vers> / Comme [..</4> (...)

Monte jusques à nous l’appel de ton clocher...
Comme elle vibre en ce moment, la cloche ailée !
On dirait que son âme à notre âme est mêlée
Et que, grave, elle prête à son battant d’airain
Pour raffermir nos cœurs, les accents du tocsin.
Ô cloche, par-dessus nos montagnes sauvages,
Sonne sur les cités, sonne sur les villages ;
Que ta voix, ébranlant les vieux clochers pointus,
Dresse sur leurs ergots les coqs qui se sont tus12.

  • 13 Dans une lettre du 11 janvier 1931 à Alfred DesRochers, Dantin écrit : « Voilà un poète au moins qu (...)

10Enthousiasme, harmonie, justesse, éclat discret et soutenu, balance entre la pensée et l’image, correction et grâce de la strophe, cela résume la poésie de M. Desaulniers, en fait la plus rapprochée qui soit chez nous de la grande manière lyrique. Et l’idéal qu’elle exemplifie n’a pas succombé, quoi qu’on dise, au flux des modes changeantes et à l’assaut des couches nouvelles. Cet idéal survit aux évolutions esthétiques parce qu’il naît d’instincts permanents et impérissables. Pourvu qu’il s’exprime fortement, en formules simples et directes, en une langue dégagée de caprices transitoires, il n’a guère risque de vieillir. C’est pourquoi les meilleurs poèmes de Gonzalve Desaulniers gardent encore toute leur jeunesse, celle que gardent « Le lac » et « Le cor », la jeunesse des choses toujours vraies. Nous ne saluons pas cette œuvre comme une plante d’herbier, mais comme une tige bien vivante qui, surgie de lointaines racines, s’épanouit pour nous, pare le sol que nous foulons. Ce livre13 marque à la fois une date historique pour nos lettres, date qui se placerait, en droit, entre Fréchette et Nelligan, et des heures très charmantes que les plus modernes, les plus difficiles d’entre nous passeront à le lire.

Notes de fin

1 « Préface », dans Gonzalve Desaulniers, Les Bois qui chantent, Montréal, Librairie Beauchemin, 1930, p. 9-18 ; Poètes de l’Amérique française, t. II, p. 36-46.

2 Gonzalve Desaulniers (1863-1934), avocat et juge, journaliste, directeur de la Revue canadienne (1883-1889), fondateur du journal Le National (1889), fut l’un des fondateurs de l’École littéraire de Montréal. Avant Les Bois qui chantent, il n’avait publié qu’un recueil, intitulé Pour la France (1918).

3 Petits poèmes sur deux rimes et à refrain.

4 Recueils de décisions d’anciens juriconsultes romains, faits par ordre de l’empereur Justinien (482-565).

5 Pindare (518-438 av. J.-C.), auteur d’odes triomphales, Les Épicénies, dédiées aux athlètes vainqueurs dans les Grands Jeux grecs.

6 Alphonse de Lamartine.

7 Alfred de Vigny, « Le cor » (« Dieu, que »), Poèmes antiques et modernes (1837).

8 Probablement « Le matin à La Malbaie » (op. cit., p. 163).

9 « Le silence des bois » (ibid., p. 128) : « roseaux / Ou ».

10 « Épître » (ibid., p. 51-52) : « déclives, / [...] fossés, bordés de fleurs tardives, / [...] tranquilles / [...] presqu’îles, / [...] genoux / Et ».

11 Adolphe-Basile Routhier (1839-1920), poète, dramaturge, essayiste, avocat, auteur du poème « Ô Canada », devenu l’hymne national du Canada.

12 « Pour la France » (op. cit., p. 177-178) : « Écoute, l’angélus tinte [...] clocher, / <4 vers> / Comme [...] que grave elle [...] sauvages / Sonne ».

13 Dans une lettre du 11 janvier 1931 à Alfred DesRochers, Dantin écrit : « Voilà un poète au moins qui n’a pas l’air de connaître la dèche !... Je me suis senti presque vain de voir ma prose attifée d’une si belle robe. Et les poèmes eux-mêmes y prennent une distinction aristocratique qui ne va pas mal, d’ailleurs, avec leur caractère intime. M. Désaulniers, par surcroît, m’a fait présent d’un exemplaire relié en plein cuir, avec ornement or, etc., qui a dû lui coûter des bidoux !... »

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540