Version classiqueVersion mobile

Cultures courtoises en mouvement

 | 
Isabelle Arseneau
, 
Francis Gingras

Discours et contre-discours de la courtoisie

Une leçon mal apprise : avatars tardifs de la courtoisie dans le Roman des fils du roi Constant

Anne Berthelot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le XIIIe siècle peut, d’un certain point de vue, être considéré comme l’époque du triomphe de la courtoisie, sous sa forme septentrionale romanesque du moins. L’un des axes principaux d’un ouvrage comme le Tristan en prose consiste en l’exploration des modalités d’une relation amoureuse dite courtoise : les deux couples Lancelot-Guenièvre et Tristan-Yseut y servent d’étalon-or de la courtoisie, et on peut considérer que par ce biais l’ensemble des conduites « courtoises », et parallèlement « discourtoises », y est répertorié avec autant de subtilité que dans le Tractatus de amore d’Andreas Capellanus1. Trop de subtilité peut-être, tant et si bien que le désenchantement ne tarde pas à se faire jour : satirisé et déconstruit de l’intérieur, le code « courtois » ne fait plus recette, en attendant que La Belle Dame sans Merci d’Alain Chartier ne prononce son arrêt de mort. Pourtant, même avant que l’on ne commence à parler de la « mort », ou du moins de l’agonie, de la courtoisie, il ap...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search