Version classiqueVersion mobile

Comment tuer Shakespeare

 | 
Normand Chaurette

IV. La mère

Une traduction du Conte d’hiver

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Trahisons sans nombre, sans adjectif assez percutant pour en décrire l’horreur, apothéoses du rejet, précipitations d’innocents dans la mort, métamorphoses de cruautés en prouesses fabuleuses, accomplies par des personnages animés de vertu, au nom de laquelle ils font acte de grandeur dans le châtiment.

Il aura passé à l’éternité, le poète phénoménal, dans une sorte de félicité immuable, en se gavant, au surplus, d’un insigne bonheur d’artiste, pour avoir pris le risque d’être allé trop loin, et d’en être revenu.

J’ai peut-être axé le plus gros de mes réflexions sur les embûches et les exigences que comporte le fait d’aborder, de vouloir tuer, de traduire et d’aimer Shakespeare. Il y aurait beaucoup à dire sur l’aspect gratifiant que j’ai toujours ressenti à côtoyer une écriture jamais dépourvue d’inspiration, des œuvres presque toujours accomplies dans un même souffle du début à la fin, portées par le même vent, que ce soit brise de pays chaud ou typhons de régions accablées.

Il exist...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search