Version classiqueVersion mobile

Comment tuer Shakespeare

 | 
Normand Chaurette

III. L’amour

Une traduction de Roméo et Juliette

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les fleurs que cultive le frère Laurent n’ont pas de nom. Elles ont néanmoins des pouvoirs que les autres herbes n’ont pas. Shakespeare utilise le mot « vertu », mais dira dans le même paragraphe que « la vertu même devient vice, étant mal appliquée, et [que] le vice est parfois ennobli par l’action ». Ces vers sont difficiles à comprendre. Le fait qu’on connaisse à l’avance l’histoire de la pièce ne les éclaire pas vraiment. La fleur censée donner, à Juliette, l’apparence de la mort plutôt que la mort elle-même sera administrée ni bien ni mal. Il ne s’agira pas, comme dans Tristan et Iseult, d’un philtre mis pour un autre ou donné par erreur. Il y aura bel et bien apparence de mort, puis réveil. Que la vraie mort advienne tout de suite après n’a qu’un lien théâtral avec l’emploi de ce philtre. Juliette mourra par le couteau. Roméo, contrairement à Juliette qui boit le breuvage inoffensif du frère Laurent, aura avalé du vrai poison. Il l’aura avalé parce qu’il ne saura pas à temps q...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search