Version classiqueVersion mobile

Comment tuer Shakespeare

 | 
Normand Chaurette

III. L’amour

Une traduction du Songe d’une nuit d’été

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

J’avais tout mis en place pour qu’il m’apparaisse, ce dieu des Indes, page d’Orient, fils du Bengale, enfant du Boâ, âme de Chaloukya, Shakespeare dit encore : the lattest sleep of India, sleeve of India, Little changelin boy, the spice Indian, my young Squire…

Ce jeune écuyer, déjà invincible dans le ventre d’une adoratrice de Titania, reine des fées, allait naître sur un rivage avant d’être recueilli par cette dernière.

J’avais tout mis en place pour qu’il daigne se montrer. Disposition neutre de mon esprit, éclairage feutré, deux textes en élisabéthain du Songe : le premier in-quarto de 1600, et le manuscrit pirate de 1623. Entre les deux, un espace vide où j’imaginais qu’il m’apparaîtrait sous la forme de son choix. Je respectais ce choix au point de chasser violemment de mon imagination toute apparence concrète qui aurait figé ce dieu fugace en un fétiche immuable.

Il ne se montra jamais. À force de l’attendre, et de l’attendre encore, je n’avais pas vu le temps se déployer. Une s...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search