Version classiqueVersion mobile

Comment tuer Shakespeare

 | 
Normand Chaurette

I. Les amants

Une traduction de Richard III

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En haut de l’escalier, un portique débouchait sur une plage éblouissante, aussi longue que large. Si large qu’on ne pouvait pas voir où commençait l’océan. L’horizon n’était fait que de sable et de soleil.

La clarté acheva de rendre à mon héros ressuscité ce qu’il lui fallait d’énergie pour s’incarner dans un corps délié. Il se mit à courir pour épancher un surcroît de bonne humeur. Il m’apparut que son boitillement provenait d’une excroissance de son pied droit, probablement d’origine congénitale. La malformation à la base de son mollet, à peine visible quand il marchait, grossissait quand l’homme allait au pas de course, et elle donnait l’impression de s’étirer jusque dans son épaule. Richard gambadait avec d’audacieuses torsions dans les airs, comme un cheval qui s’écarte du sol pour éviter de piétiner son ombre.

Quand il revint, j’avais alors devant moi un homme ragaillardi, avec quelque chose de cruel dans le regard. Il fixait un point extrêmement précis à l’horizon. Comme si cet...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search