Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Préface. Jovette Bernier, Tout n’est pas dit1

Texte intégral

  • 1 « Tout n’est pas dit de Jovette Bernier », La Revue moderne, vol. 10, n° 12, octobre 1929, p. 9 ; r (...)

1« Tout n’est pas dit » : ici un titre optimiste et courageux. Il n’a rien de l’attitude blasée que prennent certains esprits « qui ont lu tous les livres » envers tout effort littéraire. C’est plutôt la devise d’une jeune confiante et forte qui explore le monde pour elle-même, certaine d’y trouver des coins inconnus, des floraisons et des gemmes nouvelles. Mlle Bernier n’est pas rebutée de voir les Muses depuis tant de siècles déverser la liqueur des mots dans le tonneau avide des rêves ; elle s’approche, curieuse ; elle offre son concours à ces Danaïdes lassées ; ardente d’espoir, elle les invite :

  • 2 Cela sert d’épigraphe au recueil. En quatrième de couverture, il est précédé d’un quatrain portant (...)

... Mes sœurs, si nous recommencions2 !

2Et cette foi, elle a raison : tout n’est pas dit. L’être est inépuisable dans ses phénomènes changeants ; la sphère de la pensée tourne en cercles toujours plus larges ; le cœur humain n’a pas connu toutes les piqûres et toutes les secousses. Chaque âme individuelle, d’ailleurs, refait en soi son univers ; elle y découvre des merveilles créées pour elle seule, ne fût-ce que le miracle de sa propre existence, de sa vie personnelle, incommunicable et unique. Ce qui a été dit avant elle, elle le fait inédit en le répétant, parce que d’abord elle le transforme et le réincarne en son sein.

3Mlle Bernier a trouvé pour ce livre de ces mots aux vibrations neuves. Ses poésies présentent des teintes, des sons, des reflets d’âme qu’elle-même a conçus ; des émotions qui, pour être largement humaines, ont pris l’empreinte particulière de son cœur, et c’est pourquoi ces rimes, au lieu d’être purement des jeux de syllabes, sont vraiment des voix et des plaintes, atteignent le caractère et la sincérité de l’art. Même quand leur résonnance n’est pas impeccable, elles portent les harmoniques secrètes qui éveillent la pensée, le songe, la sympathie. Leur ligne parfois flottante sait pourtant où elle va, conduit toujours à quelque rayon ou à quelque ombre prégnante de mystère. Je ne sais aucun autre de nos poètes, et surtout de nos poétesses, qui creuse ainsi les retraites intimes, qui mette à les ouvrir cette simplicité et cette vérité. Cette poésie, au-dessous des surfaces, cherche ce qui dans l’âme est essentiel et profond. Si elle y trouve surtout l’illusion déçue, l’amour repoussé, l’espérance haletante et la douleur maîtresse, dédaignant les fades artifices, elle décrit franchement ce qu’elle voit et ce qu’elle éprouve. Vision attristée qui peut-être n’est pas toute la vie, mais qui en reste l’élément le plus vrai et le plus lyrique. C’est de l’art palpitant que d’en saisir la beauté cruelle.

4De ces confidences murmurées s’exhalent une fantaisie subtile où le sourire croise le soupir, une tendresse largement ouverte, une fermeté stoïque aussi qui s’obstine vers un idéal trompeur. Et le tout pose les traits d’une âme résolument distincte, supérieure aux routines vulgaires et isolée dans sa vie propre, marquée à ce sceau personnel si nécessaire à toute création de l’esprit. L’on admire au surplus comme l’acuité sensitive s’y communique à la parole, quels symboles éloquents fusent de cette flamme intérieure, sans que le métier, la manière y interposent trop de grâces factices. Poésie raffinée dans son essence, presque naïve dans son expression, où abondent pourtant des touches nuancées pour les intuitions vagues, pour les demi-teintes du désir, pour tous les circuits compliqués de l’âme féminine.

  • 3 Comme l’oiseau (1926) ; voir supra, p. 307-313.

5Supérieur à un premier livre3 où pourtant perçaient de belle strophes, ce volume marque un pas vers la maturité complète ; il révèle sous un nouveau jour le talent délicat, spontané, intime, chaleureux et charmant de Mlle Bernier.

Notes de fin

1 « Tout n’est pas dit de Jovette Bernier », La Revue moderne, vol. 10, n° 12, octobre 1929, p. 9 ; repris comme préface de Tout n’est pas dit, Montréal, Éditions Édouard Garand, 1929, p. 7-13.

2 Cela sert d’épigraphe au recueil. En quatrième de couverture, il est précédé d’un quatrain portant les initiales de l’auteur : « Puis j’ai repris mon cœur avec ses infortunes, / Ses amours angoissants et ses vaines rancunes. / J’ai coupé les lambeaux qui pendaient à sa chair, / Et pour le regarder, j’eus un regard plus cher. »

3 Comme l’oiseau (1926) ; voir supra, p. 307-313.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter