Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Éva Senécal. La Course dans l’aurore1

Texte intégral

  • 1 « Chronique littéraire de Louis Dantin — La Course dans l’aurore par Mlle Éva Senécal », Le Canada, (...)

Après avoir pris connaissance du manuscrit de La Course dans l’aurore, Dantin note : « Ce que je reproche à ses strophes, c’est précisément l’absence de personnalité, de cachet distinctif, qui leur ferait passer l’âme de Mlle Senécal comme différente de toute autre âme. Les épithètes vagues, générales, molles et grises, semblent recouvrir des aspirations également vagues et trop communément humaines. L’amour, le bonheur, évidemment tout le monde en rêve, mais c’est la façon dont vous en rêvez qui compte en littérature. [...] Mlle Senécal n’est vraiment poète au sens supérieur du mot que lorsqu’elle s’éveille à elle-même, qu’elle cesse de se berner à des ronrons universels [...] mais il serait injuste de décourager son effort, elle a le fonds commun de la poésie, le cœur chaleureux, l’âme chantante » (lettre du 24 mars 1929 à Alfred DesRochers).

Le 3 juin 1929, après avoir reçu le livre, il écrit à DesRochers : « Il me fait, comme à vous, bien meilleure impression qu’au manuscrit. Seulement, est-ce bien dû à la magie typographique ? et le fait que vous avez passé une semaine à le corriger avec l’auteur n’y est-il pour rien ? — Tel qu’il est, l’ouvrage met à nu une âme passionnée, tout entière à son rêve qui l’absorbe et la désespère, et c’est bien là de l’essence de poésie, même si le flacon reste un peu commun. Il y a dans ces pièces bien plus de profondeur de sentiment, d’exaltation lyrique, que chez la plupart de nos muses féminines. C’est en cela peut-être que Mlle Senécal l’emporte, tout en restant moins haut pour la subtilité, la nuance et la grâce... »

Le 19 juillet 1929, Dantin écrit à Robert Choquette : « Je crois que Mlle Senécal a une âme tout à fait vibrante, et l’on ne peut s’empêcher, à la lire, d’éprouver quelque chose de sa chaleur, de son élan. Mais pour qui veut analyser la facture de ses vers, ils apparaissent comme un essai initial atteignant rarement la perfection plastique ; comme l’œuvre d’une novice, mais extrêmement bien douée et déjà remarquable. »

***

  • 2 Le 1er août 1929, Dantin écrit à DesRochers, au sujet de son article sur La Course dans l’aurore : (...)
  • 3 Éva Senécal (1905-1988), poétesse et romancière, collabore à La Patrie (1920-1930). En 1930, elle d (...)

1On s’imagine qu’un critique doit toujours penser la même chose2. S’il est romantique, ou classique, ou symboliste, ou dadaïste, eh bien, qu’il le soit avec consistance ; qu’il mesure les œuvres à la théorie qu’il s’est faite ; qu’il approuve celles qui s’y conforment et condamne celles qui s’en écartent. Qu’il ait des critères, des principes, qui montrent clairement, et d’avance, qu’une chose est belle ou ne l’est pas. Ce n’est pas tout à fait l’idée que je me fais de la critique. J’opine avec Sainte-Beuve qu’elle doit être un miroir capable de refléter le beau dans ses formes les plus diverses ; que l’âme du critique doit être assez fluide pour se mouler souvent à des empreintes contraires. Le critique peut avoir des opinions, des préférences, et il faut qu’il en ait ; mais dès qu’elles deviennent exclusives, elles lui ferment l’accès à tous les mondes de l’art qui ne sont pas strictement le sien et le rendent incapable d’en juger avec sympathie. Les convictions trop arrêtées arrêtent en lui la facilité de sentir. Il faut qu’il soit plutôt un récepteur, un interprète, apte à se transformer tour à tour en ce qu’il traduit. Il doit s’efforcer de comprendre tout ce qui est compréhensible et d’admirer tout ce qui émet un jet quelconque de beauté ; être prêt, au besoin, à faire céder ses doctrines au fait : — et le fait, c’est souvent que la beauté vous frappe en des poses étrangères aux règles, ou en des formules différentes de celles que vous préconisez. Vais-je me priver de savourer une belle page romantique parce que je suis, d’instinct, porté vers un art plus réel ? Vais-je dédaigner une scène touffue de Hugo, de Zola, parce que je préfère la ligne économe de Maupassant, d’Anatole France ? Ne pourrai-je aimer à la fois Gautier et Rodenbach, Rostand et Francis Jammes, ou, pour en venir au sujet, Nérée Beauchemin, par exemple, et Mlle Éva Senécal3 ?

  • 4 Éva Senécal, La Course dans l’aurore, Sherbrooke, La Tribune, 1929, 159 p.

2Ceci insinue que peut-être La Course dans l’aurore4 ne répond pas en tout à mon idéal théorique. Avec le goût un peu blasé de ceux qui ont trop lu, j’imaginerais une poésie moins effusive, dont l’idée se concentrerait sur des thèmes plus subtils et dont les ardeurs garderaient une retenue discrète ; ayant plus de dessous, de secondes intentions, de sens à deviner, de lueurs tamisées et adoucies ; — une poésie plus soucieuse de mouler la pensée en des calques définitifs ; plus réfléchie et plus ouvrée, en somme plus compliquée et plus adulte. Mais à l’instant que je le dis, j’ouvre ce livre à quelque page ardente ; je tombe sur des strophes agitées où l’âme s’épanche toute seule, bondit vers l’inconnu, magnifie en extases des songes naïfs et excessifs et gémit des souffrances que, n’ayant guère vécu, elle croit inouïes ; où elle étale sa vive jeunesse, son cœur emporté, débordant, percé déjà de déceptions et de morts pressenties. Je sens en tout cela quelque chose de frais, de printanier, de virginal ; une voix absolument sincère, dont l’éloquence vient du dedans, où le mot a jailli de la poitrine sans passer presque par l’esprit. Et je me dis, parce que j e le sens, qu’il y a là, quand même, une beauté. Je fais taire l’analyse, j’oublie pour un instant mes propres manuels ; je me laisse bercer à cette brise chargée de l’arôme des tiges folles et de celui même du cœur humain.

3Expliquerai-je pourtant en quoi cette poésie n’atteindrait pas, selon mes « règles », à l’art transcendant et final, et comment, en sortant du charme où elle m’endort, je me retrouve pensif, mais non pleinement converti ?

4Elle n’a, pour commencer, qu’un appel intellectuel assez faible et assez restreint. Il n’y faut pas chercher d’idées importantes ou profondes, de clartés sur les grands problèmes, sur les sens secrets de la vie ; pas même, comme règle, de ces concepts ingénieux où s’illumine quelque angle inaperçu des êtres. L’invention se limite à la redécouverte de choses mille fois vues, à l’expression de sentiments pour la plupart universels, simplement humains. Il ne faut pas un grand effort pour voir que la ramure est belle sous les feux du soleil couchant, ni pour sentir, quand on est jeune, la nostalgie des pays lointains, la soif d’aimer, la mélancolie de l’attente. Une poésie qui s’en tient à ces éléments n’a pas, évidemment, une grande substance mentale ; si elle excelle, ce ne peut être par la nouveauté, par le sens, par le choc qu’elle donne à l’esprit. Elle peut parler au cœur comme venant du cœur, saisir l’imagination par l’image, l’oreille par la qualité de son rythme ; mais mes principes voudraient qu’elle parlât à l’âme tout entière, qu’elle surprît par ses découvertes, par sa révélation du monde, autant que par son envol et sa flamme. Il me paraît du moins qu’une poésie qui pense et qui fait réfléchir dépasse, le reste égal, l’art purement lyrique où seules les aspirations et les émotions se traduisent. Et, posé dans ces termes, ce principe est-il contestable ?

5L’émotion, par ailleurs, est essentielle au poème : elle en est le ressort vital. Mais après tant d’années où l’âme humaine a chanté ses rêves, il ne faut pas qu’elle soit un pur et simple écho. Il faut qu’elle se distingue par quelque tour nouveau, par quelque nuance rare, par quelque souffle inattendu qui lui infuse un caractère, qui lui refasse une pointe pouvant agir sur nos sens engourdis. Le moyen pour cela ? Que le poète exhale son âme en ce qu’elle a d’exclusif, de réservé, d’individuel, plutôt qu’en ce qu’elle partage avec les âmes de tout le monde. Il n’y a pas deux cœurs, pas plus que deux feuilles d’arbre, qui se ressemblent tout à fait. Si vous tracez vos différences au lieu de vos similitudes, vous créez forcément une peinture unique, qui aura son cachet, qui saisira par des traits distincts, qui vêtira l’attrait de l’inconnu et du mystère. Le sentiment, comme l’idée, doit être original, jailli de source enclose, marqué à votre anneau, portant l’image de votre être isolé ; ne pas se contenter de couler dans le grand canal qui entraîne les soupirs de l’âme collective et moyenne. Le sentiment universel peut être plus humain, mais le sentiment personnel est plus esthétique. Autre prescription de mon code que Mlle Senécal esquive. Son émotion sans doute est bien à elle et procède de son être intime, mais elle n’offre pas, semble-t-il, l’empreinte singulière, fixée, absolue, de sa personne propre. C’est une jeune fille s’épanchant avec abandon, avec une généreuse ampleur ; pourtant les traits de sa figure morale ne se dessinent que vaguement. A-t-elle des modes, des caprices, des instants où l’extase la quitte, une nature quotidienne qui la définit et la sépare ? Cela reste un secret. Ce qu’on sent en sa voix, c’est de l’ardeur, de la mélancolie, mais en des souffles larges ayant la résonnance de l’âme humaine plutôt que le murmure articulé de lèvres de chair. D’autres muses féminines se posent nettement dans leur œuvre ; on les voit remuer, agir, elles ont une silhouette précise. Mlle Senécal se fond dans le rayon de son poème. C’est une forme flottante et mystique dont le geste seul nous atteint. Ne nous pressons pas de conclure que son art en déchoit ; mais enfin ce n’est pas l’art personnel, restreint, distinctif, que prêcherait ma théorie.

6Je prétends enfin que le mot s’identifie avec le poème ; que sans lui la pensée, l’émotion balbutient ; que c’est par lui, en somme, que la strophe s’établit, non seulement comme rythme, mais comme sens, image et symbole. Dès lors, qu’il soit choisi, exact, précis et lumineux ; que l’expression n’erre pas au hasard de l’idée : qu’elle force l’idée même à s’achever, à se poser. Que la phrase soit serrée, rapide, et que la logique transparaisse sous son harmonie. Que toute image soit juste et rare, toute épithète concrète, caractéristique de l’objet. Tout ce qui est diffus, lâche, amoindrit le vers, lui enlève quelque chose de sa valeur plastique. Ici encore cette œuvre piétine sur mes règles, les observe quand cela lui plaît. L’auteur, certes, ne manque pas du don de s’exprimer ; mais s’exprimer pour elle n’est pas un effort. Si sa pensée est vive, elle croit qu’elle se produira bien toute seule ; et cela n’arrive pas toujours. Son adjectif souvent n’est qu’un ruban accroché au nom, qu’un bloc métrique commode pour l’empaquetage de la rime. S’il est dans la ligne de son thème, elle se souciera peu qu’il soit indéfini, abstrait, approximatif, ordinaire. Le matin sera « lumineux », la brise « douce », le sillon « fertile ». Il en est qui reviennent constamment sous sa plume : « ardent », « brûlant », « enivrant », « éperdu », « doux », « clair », « joyeux », « radieux », « immense » : épithètes faciles, interchangeables, et qui servent à tout. Elle les accolera sans cure de leur affinité logique. Ce seront les saisons qui fuient, « chaudes, échevelées » ; les parterres « verts, assoupis, blancs et roses » ; la grâce « insondable et ruisselante » du jour ; le guerrier « futur, intrépide, âpre et beau » ; Phébus à la face « claire, amoureuse et sereine » ; une

  • 5 « La course dans l’aurore » (ibid., p. 17) : « C’est ta clameur farouche, aux sourdes frénésies, / (...)

Clameur farouche aux sourdes frénésies
À l’attirance ivresse, aux âpres poésies5.

7Ou bien ce sont de flagrants pléonasmes : royaumes « ensoleillés, brillants », voix « colossale, géante », la chimère « cruelle et méchante », la vie « errante et vagabonde ». Et cela ne fait pas un art attentif, révisé : cela décèle l’apprentissage, l’artiste qui n’a pas encore maîtrisé à fond la manière, le coup de pouce, ou qui, par malheur, les dédaigne.

8Que de choses il faut que j’oublie pour me livrer sans gêne à l’enchantement de cette lyre ! Eh bien, je les oublie, je vous assure ; et tels de ces morceaux qui m’agacent quand je les épluche, j’en puis goûter, les yeux fermés, la pulpe savoureuse. Il y a dans ces vers une passion, un emportement, un crépitement d’incendie auxquels on cède bon gré mal gré. Ces songes sont si gonflés de tourment humain qu’on se reprend à les rêver d’une âme rajeunie, primitive. Cette nature est si éclatante, qu’elle nous rend la surprise des bois, du soleil, des saisons. Tous les thèmes usés reverdissent en passant par une voix si jeune. L’avenir miroitant, l’enfance regrettée, l’amour, l’illusion, la mort, retrouvent leur séduction ou leur terreur. Et en cela réside la puissance de cette poésie, qu’elle ressuscite, à force de sincérité et d’intensité, ces spectacles anciens, ces sentiments universels. J e ne sais si « Le soir » est un chef-d’œuvre de langage : j’y crois voir, au contraire, toutes les fautes énoncées plus haut ; mais il est sûrement frais, vibrant, édénique ; il produit l’impression, la sensation du « premier soir ».

Le soir, doucement, s’abat sur les branches
Comme un vol errant de colombes blanches,
Et les branches ont de légers frissons,
Des tressaillements, des bruits de chansons.

C’est une langueur sourde, orientale.
Que le jour vaincu, complaisant, étale.
Le soleil descend de sa haute tour,
Encor palpitant d’un splendide amour ;

Ses rayons mourants dorent la campagne
Qui ressemble à l’âpre et tintante Espagne,
Qui s’émeut, s’agite, et semble gémir,
Pareille à l’enfant qui ne veut dormir,

Devinant qu’il est, de par la nature,
Plaisir plus charmeur, plus douce torture,
Plus exquise joie, sublime désir,
Qu’il pourrait, ce soir, peut-être saisir.

Un furtif accord tombe de la brise.
Comme d’un beau luth qui soudain se brise,
Et le jeune Espace halète, étendu
Dans les bras de l’ombre, ardent, éperdu.

  • 6 « Le soir » (ibid., p. 45-46) : « branches, / [...] orientale, / [...] campagne, / [...] Qui vibre, (...)

Par ce soir trop plein, couleur de topaze,
Être un peu de paix, rien qu’un peu d’extase,
Un peu d’ombre d’où le réel s’enfuit,
Où le rêve monte et flotte en la nuit6 !...

9Ce n’est pas d’hier que les jeunes rêvent de s’envoler, d’être ailleurs. Mais cet instinct prend chez l’auteur la force d’une obsession qui se communique (« La course dans l’aurore », « Partir », « Invitation », « Le regret », « La promesse ») :

  • 7 « Partir » (ibid., p. 23-24) : « d’aurore, / [...] Boire au Plaisir divin [...] palpiter, en son êt (...)

Partir par un beau soir, quand l’horizon se dore,
Lorsque la fleur mourante a des gloires d’aurore
Sous l’éclat transitoire et fauve du couchant ;
Avec un cœur séduit d’un jeune enchantement,
Partir, vagabonder, aller à l’aventure,
Boire au plaisir divin de la fraîche nature,
Et sentir palpiter en son être éperdu
Les ailes de l’oiseau dans l’azur suspendu !
Lorsque l’ombre et les flots clapotent dans les rades,
S’accouder lentement au bord des balustrades,
Le cœur agonisant sous le baiser du soir
Lumineux et paré comme un beau reposoir ;
Être là, pour un rien, de bonheur étourdie,
Prendre tout l’univers pour un coin d’Arcadie !
Voir s’alanguir l’espace aux parois de corail,
L’espace fabuleux, ardent comme un sérail ;
Partir, lorsque le soir à l’horizon se glisse,
Errer des jours, des mois, sur les mers, comme Ulysse
Dans l’éblouissement d’immuables étés !...
Je songe à vous, pays lointains, cieux enchantés7 !

10L’amour, après la faim, est le plus vieux besoin du monde ; mais, à lire certaines de ces strophes, on s’imagine qu’il vient de naître et mousse pour la première fois dans un cœur :

  • 8 « L’offrande » (ibid., p. 81-82) : « jour peut-être. / [...] vous : je [...] cœur, / [...] défaille (...)

Ce soir, je pense à vous que je ne connais pas,
Mais qui viendrez un jour, peut-être,
Je songe à vos regards, au doux bruit de vos pas,
À ce qui vous fera mon maître.
J’ignore tout de vous ; je ne sais votre nom,
Votre âme ni votre visage,
Et je garde pourtant, pour vous en faire don,
Mon espoir et son cher mirage.
Vous viendrez, vous serez là tout près de mon cœur
Si près que mon être en tressaille.
Je sens, en évoquant ce merveilleux bonheur,
Quelque chose en moi qui défaille8...
(« L’offrande »)

  • 9 Ralph Waldo Emerson (1803-1882), essayiste, poète et philosophe, qui souhaita réformer la société a (...)
  • 10 Lucrèce (Titus Lucretius Carus, 99-55 av. J.-C.), poète et philosophe, auteur d’un poème didactique (...)
  • 11 Le rapprochement entre Rimbaud et Pierre Quillard, poète et auteur dramatique français (1864-1912) (...)

11C’est ce sentiment frais, cette vision éblouie, qui font la poésie d’Eva Senécal excellemment lyrique et nous entraînent à son appel. Mais comme il faut qu’enfin tout se réduise à des principes, n’y en a-t-il pas un qui s’adapterait à ceci, qui contrebalancerait les autres, et qui justifierait la jouissance empirique que nous éprouvons ? Et ne serait-ce pas le suivant : Si, des trois éléments qui constituent la poésie, — la pensée, l’émotion, la forme, — il en est un qui prédomine à un degré exceptionnel, avec une richesse rare, avec un éclat supérieur, il compensera plus ou moins l’insuffisance des autres ; il lui arrivera de créer, à lui presque seul, la beauté. Ce pourra n’être pas la poésie complète, mais ce sera quand même une vraie, éloquente poésie. Cet axiome ferait pendant à celui d’Emerson9 : « Si vous faites quoi que ce soit mieux que personne autre, le monde se pressera à votre porte. » Il expliquerait assez bien les anomalies apparentes qui marquent nos admirations : comment on peut placer très haut le poème de Lucrèce10, qui est tout de pensée, mais de pensée profonde, vigoureuse, magistrale, — adorer en même temps Musset, qui est tout sentiment, mais sentiment subtil, exalté, délicat, — se délecter aux parnassistes, dont les tableaux froids se rehaussent de la splendeur plastique des mots ; trouver même sans scrupule un charme à Rimbaud, à Quillard11, purs jongleurs en syllabes, mais qui les font sonores, timbrées et éclatantes. Ainsi je puis me dire : la poésie de cette jeune fille est remarquable, parce qu’en elle l’ardeur, la spontanéité, l’absorption mystique, atteignent un niveau éminent, poussant à l’arrière-plan d’autres ingrédients de l’art. Cette idée me rassure ; j’ai une excuse légale, je pourrai admirer en paix. Et aurais-je, par hasard, trouvé la formule de l’éclectisme ?

12D’ailleurs, en généralisant, j’ai dépassé, comme c’est fatal, la mesure exacte et manqué à la pleine justice. Mlle Senécal a parfois des idées subtiles, fait jaillir parfois des symboles de ses tableaux exubérants. Cette course dans l’aurore dont elle rêve et qui la fascine, elle sait ce qu’elle recouvre et où elle conduit. Ayant dit l’attraction de ces départs splendides, de ces climats lointains et magiques, elle ajoute, nous livrant son intuition secrète :

Et mon être, enivré d’un intime transport,
Tend les mains à la Gloire, au Plaisir, à la Mort.

13Après un crayon délicat du soir envahissant la terre, cette évocation visuelle se mue en une image mentale emplie de sens intérieur :

  • 12 « Le soir et les choses » (op. cit., p. 56) : « nuit, qui ».

Seul, dans la grise nuit qui commence à descendre,
Mon cœur vit, étincelle au milieu de la cendre12.

14C’est par une autre image non seulement brillante, mais inventée, psychologique, que se clôt « Le regret », disant la déception des rêves satisfaits et le retour à l’ancien désir :

  • 13 « Le regret » (ibid., p. 122) : « vie : / [..,] ternissant l’allégresse ravie, / J’aurais [...] d’a (...)

Et pourtant, puisqu’ainsi doit être toute vie,
Le regret ternissant ce que le cœur envie,
J’aurais vu, certain soir à bien d’autres pareils,
Sous les mêmes mourants rayons du chaud soleil,
J’aurais vu, l’âme triste et de regrets saisie.
Un navire, quittant les rives de l’Asie,
Parfumé de cédrat, de myrrhe et de santal,
Et rapportant mon cœur vers mon pays natal13.

15Son sentiment n’est pas toujours général, anonyme. Elle se révèle parfois sous des profils plus personnels. Ainsi l’amour, pour la gagner, doit la prendre à son heure, à certains instants alanguis où l’âme est prête à se livrer :

  • 14 « J’ai si longtemps » (ibid., p. 95-96) : « charmé. / / <trois strophes> / / Mais ne t’en fais pas (...)

J’ai si longtemps souffert et pleuré d’être triste
Et de ne point aimer,
Que mon cœur, aujourd’hui, plus mollement résiste
À ton regard charmé...
Mais ne te fais pas gloire, en ton être agréable,
Si de toi tout m’a plu,
Car, ne l’ignore pas, seule en est responsable
L’heure où tu es venu14.

16Elle a donc ses modes, ses caprices. Malgré l’ardeur de ses attaches, elle n’est pas sûre de son cœur :

  • 15 « As-tu songé » (Ibid., p. 110) : « jour, / Je ».

Oh ! dis, lointain ami, as-tu songé qu’un jour
Je pourrais n’être plus la même,
Ne plus vouloir t’entendre et n’avoir plus d’amour,
Lorsque tu me diras : « Je t’aime15 » ?

17Elle doute encore plus de sa force à résister aux traits d’Éros. Elle se propose d’être bien sage,

  • 16 « Fantaisie » (ibid., p. 90) : « route, / [...] heureux, / Amour, ».

Mais quand la nuit frémira toute,
Qu’Éros embusqué sur la route
Guettera les couples heureux
Amour, il faudra que tu partes,
Car notre paix à tous les deux
Est un frêle château de cartes16.

18Ce sont là de ces traits où la femme se trahit sous la pythonisse. Et s’ils sont rares dans l’œuvre, ils existent pourtant. Quant à la diction de ces poèmes, il lui arrive de dépasser son étiage habituel, d’atteindre à cette forme serrée et soigneuse qui lui manque souvent. Quand elle dit que le vent du nord « brouette » des tas de neige, ce n’est pas un de ces mots lâches que je lui reproche. Quand elle envie « le repos immortel des étoiles », ce n’est pas là un adjectif commun. Quand elle peint l’insecte qui dort,

  • 17 « Heure troublante » (ibid., p. 50) : « pelouse / Pendant que, follement [...] à qui la brise le li (...)

... roulé dans un brin d’herbe de la pelouse,
Pendant que follement, un jeune dahlia
Baise la rose, à qui brise le lia17,

19ce n’est pas là une prosodie novice. Lamartine eût signé cette strophe romantique :

L’espace merveilleux sera notre domaine,
Nous aurons la splendeur et le calme des eaux ;
Nous irons, sans ennuis, où le hasard nous mène,
Et nous serons pareils à des couples d’oiseaux.

20Des pièces entières comme « Sagesse » et « Printemps » satisfont à souhait tous les principes possibles. On ne veut rien de plus vernal, de plus leste, de plus dégagé, fond et forme, que ce dernier morceau, qui a l’entrain d’une ode bachique et la musique de castagnettes agiles :

  • 18 « Printemps » (ibid., p. 48) : « et chantante ! / Que [.,.] l’alouette, / [...] Bondissants comme [ (...)

Oh ! que cette heure est troublante,
Et nue, et vive, et charmante !
Que tout est blanc, rose et vert !
Ardents, le bec grand ouvert,
La grive, le gai pivert,
Le merle gris, l’alouette
Et la stridente fauvette
Sont les joyeux soprani
De ce concert infini.
Bondissant comme des balles
Au tintement des cymbales
Qu’agite le vif printemps,
Nos cœurs fougueux, palpitants,
Chantent, sautent dans la danse,
Tambourinent en cadence,
Grisée du magique vin,
Que verse l’Éros divin18.

21Ainsi cette lyre s’impose souvent en dépit de ses fautes, mais quelquefois aussi par son art mûri et complet. Comment, dès lors, ne pas espérer de grandes choses d’un si noble talent dans son développement final ?

22Mlle Senécal, en somme, met dans la poésie canadienne une note de passion, de flamme soutenue, qu’ont touchée bien peu de nos chantres. Et dans le cercle toujours croissant de nos aèdes féminins, cette inspiration enfiévrée lui fait une place à part. Car tandis que Blanche Lamontagne trouve une émotion calme dans l’effluve des champs, de la mer ; et que Simone Routier, Jovette Bernier, puisent le sentiment dans leur cœur, mais le retracent surtout dans ses nuances fines et fugaces, celle-ci l’embrasse tout d’un bloc, fumant et consumant, nous le jette à la face comme son vent du nord brouette les tourbillons de neige. Et par là, après tout, ne s’isole-t-elle pas aussi, ne se dévoile-t-elle pas dans sa nature distincte, ne se crée-t-elle pas, comme les autres, une personnalité vivante ?

Notes de fin

1 « Chronique littéraire de Louis Dantin — La Course dans l’aurore par Mlle Éva Senécal », Le Canada, 27 août 1929, p. 4, et 31 août 1929, p. 6 ; Poètes de l’Amérique française, t. II, p. 161-179.

2 Le 1er août 1929, Dantin écrit à DesRochers, au sujet de son article sur La Course dans l’aurore : « Il rend à votre élève une si large justice qu’elle ne pourra s’empêcher d’en être contente et de me pardonner le petit chagrin qu’aura pu lui causer l’autre étude [allusion à l’article sur L’Offrande aux vierges folles, dans lequel Dantin fustigeait le jury qui avait accordé le prix d’Action intellectuelle à La Course dans l’aurore (voir supra, p. 460-464)]. Vous me direz que ces résultats paraissent contradictoires. Il est vrai que j’ai employé toute la souplesse dont je suis capable et qu’il a fallu louvoyer passablement. Mais cependant l’étude forme, je crois, un tout logique, et je n’ai même pas en à biaiser avec ma conscience littéraire. »

3 Éva Senécal (1905-1988), poétesse et romancière, collabore à La Patrie (1920-1930). En 1930, elle devient rédactrice au ministère des Affaires extérieures à Ottawa. Avant La Course dans l’aurore, elle avait publié un recueil intitulé Un peu d’angoisse... un peu de fièvre (1927). Auteure de deux romans : Dans les ombres (1931) et Mon Jacques (1933).

4 Éva Senécal, La Course dans l’aurore, Sherbrooke, La Tribune, 1929, 159 p.

5 « La course dans l’aurore » (ibid., p. 17) : « C’est ta clameur farouche, aux sourdes frénésies, / À l’attirante ivresse ».

6 « Le soir » (ibid., p. 45-46) : « branches, / [...] orientale, / [...] campagne, / [...] Qui vibre, s’émeut, et paraît gémir, / [...] dormir, / Sachant bien qu’il [...] / Plus sublime joie, haletant désir, / [...] la brise / [...] se brise / [...] Espace est tout étendu, / [...] éperdu... / [...] d’extase / [...] rêve tombe et meurt dans la nuit... »

7 « Partir » (ibid., p. 23-24) : « d’aurore, / [...] Boire au Plaisir divin [...] palpiter, en son être éperdu, / [...] soir, / [...] étourdie ; / [...] Ulysse, / [...] étés... / /Je ».

8 « L’offrande » (ibid., p. 81-82) : « jour peut-être. / [...] vous : je [...] cœur, / [...] défaille. »

9 Ralph Waldo Emerson (1803-1882), essayiste, poète et philosophe, qui souhaita réformer la société américaine en dégageant l’originalité de sa culture. Auteur de nombreux ouvrages, dont l’un resté célèbre, Les Représentants de l’humanité (1850).

10 Lucrèce (Titus Lucretius Carus, 99-55 av. J.-C.), poète et philosophe, auteur d’un poème didactique en six livres, publié par Cicéron, De Natura Rerum, où il développe les théories philosophiques de Démocrite et d’Épicure sur l’origine de l’univers.

11 Le rapprochement entre Rimbaud et Pierre Quillard, poète et auteur dramatique français (1864-1912) aujourd’hui oublié, est pour le moins inattendu. Vers 1890, le Théâtre d’art, qui servira de champ d’expériences au symbolisme, monta les drames de Quillard, La Fille aux coupés et L’Errante.

12 « Le soir et les choses » (op. cit., p. 56) : « nuit, qui ».

13 « Le regret » (ibid., p. 122) : « vie : / [..,] ternissant l’allégresse ravie, / J’aurais [...] d’autres pareil, / [...] saisie, / Un navire quittant ».

14 « J’ai si longtemps » (ibid., p. 95-96) : « charmé. / / <trois strophes> / / Mais ne t’en fais pas gloire en [...] Si tout de toi m’a plu, / Car, sache-le bien, seule, en serait responsable, / L’heure ».

15 « As-tu songé » (Ibid., p. 110) : « jour, / Je ».

16 « Fantaisie » (ibid., p. 90) : « route, / [...] heureux, / Amour, ».

17 « Heure troublante » (ibid., p. 50) : « pelouse / Pendant que, follement [...] à qui la brise le lia. »

18 « Printemps » (ibid., p. 48) : « et chantante ! / Que [.,.] l’alouette, / [...] Bondissants comme [...] cymbales, / [...] Grisés du ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540