Version classiqueVersion mobile

Transmédiations

 | 
Jean-François Vallée
, 
Jean Klucinskas
, 
Gilles Dupuis

Philosophie et littérature comparée

Langue(s) et littérature comme marqueurs identitaires dans la littérature québécoise contemporaine

Peter Klaus

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on intègre la littérature québécoise dans les littératures issues de la colonisation et si par conséquent on la met au même niveau que les littératures dites postcoloniales, on découvre nombre de parallèles entre ces littératures, ce qui, à première vue, n’est peut-être pas trop sur prenant1. Un aspect banal, ou peu s’en faut, est le problème de la langue, de la langue française dans notre cas. Lorsqu’on jette un regard comparatiste sur deux littératures issues de la colonisation française, l’algérienne et la québécoise2, on est étonné de voir, malgré les différences et les divergences historico-politiques évidentes, que la fonction de la langue, des langues, et leur valorisation socioculturelle et socioéconomique comportent des traits comparables assez surprenants. Une première approche pourrait se dessiner dans un livre bien particulier : Lettres parisiennes. Autopsie de l’exil3. Les auteures sont Leïla Sebbar, née en Algérie de mère française et de père algérien, et...

Auteur

Freie Universität (Berlin)

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search