Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmédiations

 | 
Jean-François Vallée
, 
Jean Klucinskas
, 
Gilles Dupuis

Esthétique et herméneutique

Métamorphoses du portrait urbain à la fin des années 1920 : du « cinéma transversal » de Balázs au « roman-essai » musilien

Philippe Despoix

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La caméra est la muse.
Béla Balázs

Au tournant des années 1920 et 1930, le cinéma a fait l’épreuve d’une révolution technique décisive. C’est l’avènement du « sonore » qui, très rapidement, s’impose et remet en cause les conventions et les genres développés par le « muet ». Depuis le milieu des années 1920, pourtant, s’était affirmée au sein du cinéma muet une forte tendance à revendiquer sa spécificité en tant qu’art du visible. Cette orientation, qui apparaît à peu près simultanément en Allemagne, en France et en Union soviétique, opérait une rupture avec les procédés théâtraux et littéraires dominant en grande partie la production. En s’appuyant sur les acquis des techniques proprement filmiques, il s’agissait de faire du cadrage et du montage – et non du scénario – les principes formels directeurs du nouvel art.

Cette option esthétique, éminemment moderniste, fut à l’origine d’un nouveau type de film : le « portrait urbain » ou « film en coupe transversal...

Auteur

Université de Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre