Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Alfred DesRochers. L’offrande aux vierges folles1

Texto completo

  • 1 « L’Offrande aux vierges folles d’Alfred Desrochers », Le Canada, 20 août 1929, p. 4 ; repris dans (...)

En décembre 1928, Alfred DesRochers adresse à Dantin un exemplaire de L’Offrande aux vierges folles dans l’espoir de susciter en retour une recension qui le lancera dans le monde des lettres. Dantin, par retour du courrier, lui écrit : « Ce ne sont pas des vers ordinaires que vous m’avez envoyés. J’ai pris bien du temps à vous le dire, mais je vous le dis enfin avec un sentiment de très vive admiration pour votre talent poétique ; c’est émotion qu’il faudrait dire plutôt car vos vers sont si pleins des élans, des frémissements, des attaches, des tristesses de l’âme, que c’est le cœur qu’ils atteignent d’abord avant de s’imposer à l’esprit. Votre poésie a sa source, non pas dans des mousses de surface, mais dans les filons souterrains, dans les caves secrètes de notre plus minime nature : elle a plus qu’une beauté plastique, elle a du sens, du mysticisme, et (parce qu’à creuser la vie on atteint surtout la douleur), une sorte de profondeur navrante. Ceux qui vous apparentent à Leconte de Lisle se trompent fort, il me semble : ils ne voient dans vos vers que leur structure précise, leur éclat sobre, leur noblesse hautaine. Mais comme l’esprit est différent, et comme votre art, au fond, a peu en commun avec l’“art impossible” !... C’est Sully Prudhomme plutôt, qui a pu vous souffler sa sensibilité délicate et sa mélancolie. Mais la vôtre a quelque chose de plus lancinant et de plus aigu. Et ainsi, ce qui est excellent, vous êtes surtout vous-même. Votre diction même ne dérive nettement d’aucune influence unique. Elle se tient par des traits propres et personnels, par une science du mot et de l’image qui lui appartient tout à fait. Je ne vous dirai pas que vos strophes n’ont aucune faiblesse de détail, aucune imperfection d’expression ou de rythme ; mais ces fautes sont noyées dans une masse de vers superbes et éclatants qui, décidément, mènent la marche du livre... Ainsi, très sincèrement, je puis avoir le plaisir de vous féliciter, et de vous encourager fort à écouter vos voix intimes chaque fois qu’elles vous parleront poésie... Je suis actuellement enterré sous un monceau d’œuvres qui attendent de moi des critiques ; mais rien ne me serait plus agréable que d’étudier votre volume pour les lecteurs du Canada, et j’espère bien pouvoir le faire quand je me serai dépêtré un peu. Je vous remercie, en tout cas, de m’avoir fait lire une œuvre extrêmement intéressante et habile, qui vous place à un rang distingué parmi nos poètes jeunes et vieux... » (lettre du 21 décembre 1928).

Dantin ajoute cependant en post-scriptum : « Il me semble qu’en un point de votre pièce « Nocturne », l’anatomie et la géographie sont aux prises dans une passe plutôt compliquée : “Nous nous allongerons, épaule contre épaule, / Sur le dos, mais le front tourné vers le Levant.” Comment diable, quand on est sur le dos, peut-on avoir le front tourné ailleurs qu’au ciel sans risquer un sérieux torticolis ! »

C’est le début d’un échange épistolaire qui va s’échelonner sur une dizaine d’années (avec une interruption de 1935 à 1938 et une brève reprise en 1939).

Le 22 juillet 1929, Dantin confie à DesRochers : « En relisant vos Vierges Folles, je me crus comme un devoir d’attirer sur elles l’attention, et de dire au grand jour tout le bien que j’en pense. J’aime assez le rôle de lanceur de mérites incompris. J’ai “lancé” jadis Nelligan ; — puis Alphonse Beauregard ; — un peu, je crois, Mlle Le Franc. Je serais enchanté d’avoir une part quelconque à vous faire remarquer et reconnaître. J’ai donc commencé (dans le loisir un peu meilleur que me laissent mes vacances) une critique de vos poésies que publiera le Canada, si je puis la finir. Je mets toujours des si à mes promesses, car j’ai une santé misérable et ne sais jamais par avance ce que me réserve le lendemain. Mais enfin j’ai déjà écrit une huitaine de pages, ce qui est moitié à peu près, et je vais m’essayer au reste, cela dût-il être mon dernier effort... Et, moi qui suis très calme, je me surprends à être à votre égard presque dithyrambique !... »

Dantin fait parvenir son article au directeur du Canada dès la fin de juillet. Comme il n’a pas le courage de le recopier à l’intention de DesRochers, le 27 juillet 1929, il lui envoie « à déchiffrer » le brouillon de son texte : « Si vous avez jamais pensé que mes écritures étaient des improvisations, ce chiffon vous fera rapidement changer d’avis. Je vous avoue que je fais de la prose absolument comme je ferais des vers, avec le même souci d’attraper le mot juste et les mêmes nécessaires tâtonnements. J’aurais honte de montrer ce fœtus à d’autres qu’à vous-même, s’il ne vous intéressait directement. Et je ne sais si vous pourrez y débrouiller rien de sensé et de suivi. Vous en verrez assez pour vous rendre compte du bien que je dis de votre œuvre — et pour constater qu’à cette occasion j’ai mis les pieds dans plusieurs plats, — mais il vaut mieux parfois manquer de tact que manquer de franchise. Je suppose que la Tribune voudra reproduire cette critique. »

Le 29 juillet, DesRochers exprime sa reconnaissance à Dantin : « Je vous avoue franchement que vous dites plus de bien de mon œuvre que j’en pense moi-même. C’est probablement à cause de mon manque de confiance en moi-même que le silence s’est fait assez général autour de mon livre. Je ne l’ai édité qu’en plaquette et à 150 exemplaires, croyant, d’après mon expérience, que ce nombre était amplement suffisant aux personnes qu’il pourrait intéresser. Je ne l’ai pas mis en librairie, excepté durant trois semaines à Sherbrooke. Les résultats ont été merveilleux. Cinq personnes l’ont acheté. Ce voyant, comme je suis un peu révolutionnaire dans mes idées et que j’estime qu’un écrivain doit au moins rentrer dans ses déboursés, quand il publie un livre, j’en ai mis dans ma serviette suffisamment pour payer mes frais d’impression et je les ai colportés à mes fournisseurs. Mes activités commerciales se sont arrêtées là. J’en ai envoyé un exemplaire à tous les journaux français de la province à peu près. J’en ai retiré une collection de coq-à-l’âne éblouissante. Tout ce qu’on a convenu d’appeler la critique officielle, sauf Albert Pelletier, dans la Revue moderne [mars 1929], et vous-même, n’en a soufflé mot. Harvey m’a écrit, en m’adressant son Homme qui va... pour me dire qu’il aimait bien mes vers et qu’il attendait un autre volume de moi pour dire que je valais mieux que Louis-Joseph Doucet (dernière manière).

Ni Mgr Roy, ni le père Lamarche, ni celui-ci, ni celui-là, à qui j’avais envoyé mon livre n’en ont parlé. Le bon père Lamarche ayant dit à Simone Routier qu’il s’étonnait de mon absence au concours David, j’ai pris le ton le plus frais que j’ai pu pour lui dire que je trouvais raisonnable de lui avoir fourni une occasion de voter contre moi, je lui disais aussi mon opinion de l’impartialité des critiques métropolitains. Ça l’a tellement soulevé que ça m’en a fait rire aux larmes de lire sa réponse. [...] Je vous dirai que si je suis un écrivain ayant la même conception de la poésie que vous, c’est que j’ai appris à écrire beaucoup en lisant les critiques que vous donniez à la Revue moderne, du temps qu’elle était une revue littéraire. Je vous ai déjà dit que je n’avais pas de cours classique, ou mieux que je n’avais fait que trois ans : éléments, syntaxe, méthode. Et si je n’ai pas, comme tant d’autres, publié un épais volume où pratiquement tout est mauvais, c’est grâce à ma pauvreté qui m’en a empêché, quand j’avais une vingtaine d’années.

C’est alors qu’apparaissaient vos critiques et les coups de gueule d’Asselin. Il me souvient d’un éreintement des Études de Marguerite Taschereau, comme si c’était d’hier. Le coup de patte que vous donnez en passant à cette chère Eva Senécal m’y fait penser encore plus. Vous allez acquérir la réputation d’être un démolisseur de piliers de la société, avec ces attaques contre le respectable jury d’Action intellectuelle. »

***

  • 2 Alfred DesRochers (1901-1978), journaliste et poète, fonde, en 1927, à Coaticook, l’hebdomadaire L’ (...)

1Voici un jeune poète2 qui se fait de la poésie la conception que j’en ai moi-même. Il la voit, il la sent comme une exaltation intime, comme la surprise de l’âme en présence du monde, comme une effluve de pensées hautes et d’émotions intenses, comme un élan vers la Beauté, comme un soupir exhalé vers le [5] Rêve ; mais il ne commet pas l’erreur de la placer toute en cela. Il sait qu’à ce stage primitif elle n’est qu’en puissance et en germe ; qu’il faut, pour nous atteindre, qu’elle s’exprime par des signes et des symboles ; que c’est le langage seul qui, en fait, la réalise. Il comprend que le mot n’est pas pour la pensée un manteau, une [10] parure quelconque : que c’est sa forme, son corps même, la pensée mise au jour, devenue physique et vivante ; qu’en suscitant le mot logique, expressif, évocateur, c’est la pensée même qu’il projette, qu’il précise, qu’il resserre, qu’il fait resplendir. Il ne sépare donc pas le concept mental de son verbe : il les poursuit [15] ensemble et de ces deux atomes agissant l’un sur l’autre il cherche à dégager la formule adéquate qui les fusionne dans l’unité. Ce n’est pas tout : le vers, par tradition lointaine correspondant à un primordial instinct, est soumis à des lois musicales et rythmiques. Il faut qu’il soit un chant, une mélopée [20] aux mesures fixes, captivant l’oreille par des sons accordés à son sens secret. Ce n’est donc pas le mot seulement, c’est la syllabe même qui importe : c’est elle qui, par ses résonnances et ses agencements, fournit au vers son organisme, lui donne son tintement modulé et harmonieux. Ainsi chaque élément, [25] même le plus menu, joue dans le vers un rôle défini, réclame un travail, une poursuite. Il faut les saisir tous et les grouper en ordre, si l’on veut que la poésie prenne la valeur d’un art, soit autre chose qu’un balbutiement vague, qu’un bêlement naïf [30] vers des lunes indistinctes. Voilà pourquoi une strophe est une œuvre difficile au même titre qu’un buste ou qu’une coupe ; il y faut du métier, de l’application, de l’expérience ; aucune somme de bonne volonté et d’instinct fruste n’y suffit. Et c’est aussi pourquoi tant d’« âmes poétiques » ne sont toute leur vie que [35] cela, et n’arrivent à brouter qu’aux premières pentes de l’Hélicon. Elles se font l’illusion de croire que sentir c’est chanter, qu’on est poète parce qu’on voit, qu’on frissonne ou qu’on aime. Mais c’est là tout au plus une poésie personnelle, enclose, et dont le monde ne profite pas. Être poète pour soi, c’est chose bien [40] différente de l’être pour les autres.

  • 3 Alfred DesRochers, L’Offrande aux vierges folles, Sherbrooke, s. é., 1928, 60 p.

2Cette erreur n’est pas celle de M. DesRochers. Il cultive la bonne théorie et, ayant le talent qu’il faut, il la justifie par son œuvre. L’Offrande aux vierges folles3 me paraît un exemple de cette poésie aspirant à être complète et y réussissant par l’attention et [45] le travail. Il y règne une juste balance entre la pensée, l’émotion, l’image, le vocable et le rythme. Elle dénote un soin, une recherche, qui n’étouffent nullement la spontanéité, l’envol. On n’y trouve guère de ces lâchetés de tissu, de ces bavardages diluant l’idée, de ces faciles à-peu-près remplaçant la justesse des images et [50] des épithètes. Elle a les souffles spirituels qui font la poésie vivante, avec des formes qui la moulent en une beauté graphique et sobre. Elle a des plaintes aiguës et des sonorités habiles ; elle est lyrique et plastique à la fois. Et si parfois elle manque à cet idéal exquis et ardu, ce n’est jamais pour ne l’avoir pas cherché.

3[55] C’est là, me direz-vous, le programme d’une école : il y en a d’autres. Sans doute il y a des révoltes contre la tyrannie des formules ; il y a des caprices fugitifs dans des littératures lassées. Certaines aventures fantastiques capturent la mode pour un temps, parviennent à démolir certains pans trop vieillis des [60] murailles littéraires. Elles arrivent même à surprendre des aspects subtils et lointains du monde et de l’âme et à éveiller des sensations rares dans nos nerfs languides et blasés. Mais l’esprit en revient toujours à ses goûts d’ordre et de logique. Ces pousses irrégulières s’élaguent d’elles-mêmes très vite, laissant tout au [65] plus dans le tronc quelque courant de sève nouvelle. Ce qui surnage dans le naufrage de tous les « ismes » passagers, ce sont les œuvres où la tradition poétique a persévéré, refleuri, où la pensée normale, mais succulente, mais forte, s’est incarnée dans une forme experte. On parlera dans cinq cents ans de Vigny, de [70] Hugo et peut-être d’Henri de Régnier ; mais qui se souviendra de Gustave Kahn et de Jean Cocteau ?

4M. DesRochers veut de même faire œuvre qui compte : c’est pourquoi il travaille sur un marbre dur et dédaigne les besognes aisées. Il souffre, nous dit-il, de n’être pas l’ascète voué tout [75] entier à son art, d’avoir la distraction de vivre quand son mirage l’appelle et le poursuit. Mais la vie, par ailleurs, l’enveloppe de son flot puissant, et il en vient à regretter les durs labeurs que l’art impose. Ces deux tourments contraires s’expriment en deux sonnets où se révèlent bien la psychologie aiguisée et le style [80] serré du poète.

Je connais les douleurs des mères sans leur joie,
Car de lointains aïeux en mon être exalté
Ont semé le désir de l’immortalité,
Et j’ai ce rêve fou que l’avenir me voie. [85]

Mais le parfum qui sort de la rose ou la soie
Abolit la chanson que je voudrais chanter :
La gloire est chose vaine aux soirs lents de l’été
Quand une vierge rêve et que le ciel rougeoie.

  • 4 « Grandiloquence » (ibid., p. 25) : aïeux, en mon être exalté, / [...] immortalité, / [...] l’été, (...)

Et je regarde choir les heures et les jours [90]
Dans le gouffre des ans, futiles, sans recours,
Pêle-mêle, parmi d’insipides romances,
Tandis que, malheureux quels que soient les séjours,
Dans mon esprit épique, habité de démences,
[95] Je sens le remuement de poèmes immenses4.
(« Grandiloquence »)

Qui nous rendra la nuit molle de Sybaris,
Cette nuit pacifique où, sur un lit de roses,
La chair d’un torse souple et libre de névroses
[100] S’endormait aux rumeurs du vent dans les iris ?

Semblables au Malais qui joue avec son kriss,
Nous lançons nos désirs vers les apothéoses,
Et ce vouloir nous lie à des œuvres moroses
Quand aux jardins en fleurs se promène Cypris.

[105] Nos membres sont pareils aux tristes artisans
Qui, sans laisser de noms sur ces granits puissants,
Bâtirent les palais d’Ecbatane et de Suze ;

  • 5 « La pitié de la chair » (ibid., p. 11) : « pacifique, où [...] “kriss”, / [...] moroses, / [...] a (...)

Pour l’esprit, maître dur, dans un labeur ingrat
Sans espoir de repos ou de salaire s’use
[110] La chair, la pauvre chair, dont rien ne restera5.
(« La pitié de la chair »)

5On reconnaît la strophe concentrée, héraldique, d’un disciple de Leconte de Lisle, mais ce n’est pas celle d’un suivant ou d’un page. Si ces rimes ont la cassure nette et la ligne arrêtée du vers [115] parnassien, elles n’en ont pas la sécheresse, le timbre métallique, le ciselage à froid. On y sent, par delà la symétrie sobre, la passion, la mélancolie. C’est en cela qu’Alfred DesRochers se prouve éclectique et distinct, ne cédant à aucune formule le droit d’entraver son âme personnelle, prétendant chanter sa chanson [120] telle qu’il la conçoit et la veut. Même sa vision de la nature n’est pas la contemplation impassible et bouddhiste des Poèmes barbares. Elle se transmue souvent en protestation, en souffrance. S’il sait poser un paysage en tons réels et éclatants, il en exprime aussi le symbolisme, le sens mystique, parfois comme une [125] atmosphère qui vous frôle à peine, parfois comme une philosophie directe. Et notons que ce sens, il a creusé pour le découvrir, que ce n’est pas celui qui s’impose tout seul et qui crève les yeux.

Une atmosphère grise enveloppe la terre
Et donne au paysage une figure austère ; [130]
Une égale rousseur a terni le gazon ;

Dans le brouillard lointain, échancrant l’horizon,
Les grands morts, en ce jour lourd et sombre d’octobre,
Ont l’air de rois déchus qui meurent dans l’opprobre.

Mais voici que soudain un rayon de soleil, [135]
Comme un œil qui regarde après un long sommeil,
Se faufile à travers un fouillis de nuées
Et s’en vient éclairer des branches dénuées
Qui végètent au fond boueux d’un petit val.

  • 6 « Paysage d’automne » (ibid., p. 21) : « gazon. / [...] nuées, / [...] autour, il ».

L’existence ressemble à ce jour automnal : [140]
La joie et le bonheur, soleil des cieux intimes,
Ne réchauffent souvent que des vallons infimes,
Tandis que tout autour il est de fiers sommets
Où leur chaude clarté ne se pose jamais6.

6Mais il faudrait, pour bien saisir ce que cette muse a de [145] subjectif et d’ardent, lire en entier cette ode bouillante disant la fuite du poète vers les solitudes vierges où s’abolira la mémoire des trahisons, où l’homme reprendra la vigueur, la liberté de son être sauvage. Il y a là comme un enivrement, comme une soif de révolte. [150]

Ce que je veux subir, c’est une douleur neuve :
Je veux savoir les maux physiques, et l’effroi
De voir les chiens rageurs aboyer contre moi ;
Je veux connaître enfin la fatigue des membres ;
Ne plus humer l’odeur capiteuse des chambres [155]

Où se meurt une rose auprès de fards séchés ;
Je veux vivre la vie âpre des DesRochers,
L’existence remplie et dure des ancêtres,
Qui, tout le jour ployés à leurs travaux champêtres,
S’endormaient, quand venait l’obscurité, si las [160]
Que la foudre éclatant ne les réveillait pas !
(« Désespérance romantique »)

7Voilà, certes, de la poésie virile et rugueuse, où rien plus ne se sent des fadeurs du boudoir, où bouillonne le ferment d’un atavisme comprimé qui veut faire sauter ses entraves. Et, malgré [165] la diction toujours soignée, méticuleuse, c’est aussi loin de Leconte de Lisle que Verhaeren l’est d’André Chénier.

8Pourtant cet homme des bois revient au sentiment charmeur, se reprend à ses pièges, et trouve, ici encore, le moyen d’être très [170] vibrant sans cesser d’être artiste. Ses hymnes à la femme rendent des notes non seulement émues, mais fines et délicates. Seulement sa langueur est toujours hantée de quelque ombre imminente ou de quelque souci subtil. C’est le fantôme des heures trop brèves emportées vers leur fin ; c’est l’impuissance [175] de fondre en soi toute la substance de ce qu’on aime ; ou encore c’est la lutte entre l’âme cherchant une autre âme et la chair esclave du désir.

Je ne voudrais aimer en vous que ce « vous » même,
L’être vers qui longtemps clamèrent tous mes vœux,
[180] Cette immatérielle ardeur de vos grands yeux,
Et cette voix qui dit, sans l’oser dire : « J’aime ».

Mais toute votre chair de marbre ensanglanté
Oppose à mon vouloir la beauté de ses formes,
Et mon corps est pareil à une branche d’orme
[185] Que tordrait par plaisir une enfant, en été.
(« Pour elles toutes »)

9C’est quelquefois aussi le dégoût des prunelles menteuses, la méfiance d’un cœur déçu où vacille la foi à l’amour (« Les yeux »). Mais rien ne dépasse dans son œuvre la tristesse caressée, [190] morbide, et décidément romantique de cette « Élégie pour ses mains », où l’ossature du squelette transparaît sous les doigts rosés, qu’on baise avec terreur, les sachant voués à la mort, et pour lesquels on pleure la souillure des tâches vulgaires. Morceau qui me rappelle, par son acuité, un poème de Félix [195] Jeantet, « Les yeux de velours », que je crois un des plus navrants, des plus hallucinants, que connaisse la langue française :

Ô mort fatale écrite en ces yeux que j’aimais,
Une angoisse me hante :
Si c’était toi, secrètement, qui me charmais,
[200] Mort dormant sous leur eau dormante ?

..........................................................................

Ah ! follement, oui follement, sans rien prévoir,
Mes baisers extatiques,
Loin de le détester, cherchaient le spectre noir,
En leurs langueurs énigmatiques ;

Et toujours, dans les nuits, je me repentirai, [205]
Toi qui dors sous le chêne,
D’avoir obscurément en toi-même adoré
Le charme de ta mort prochaine.

10Ainsi, il faut reconnaître à M. DesRochers toutes les gammes de l’émotion poétique, la vivacité, la chaleur, qui le placent [210] parmi les « sentimentaux ». Et pourtant il ne s’oublie pas, il ne se lâche jamais sans bride. Il garde dans ses crises la retenue, le sangfroid artistiques. Son vers, chargé de vapeur concentrée, va le train assuré, égal, d’une locomotive. Il cisèle patiemment et diligemment ses blocs de dynamite. Et quand il veut être [215] objectif, vraiment de Lislesque, il n’a qu’à rester ce qu’il est pour produire des laques raffinées, attentives et minutieuses :

L’ours saisit au passage un arbuste et le mord ;
Après l’avoir flairé, retourne un arbre mort
D’un coup de patte lent où sa puissance éclate ; [220]

  • 7 « Paysage sylvestre » (ibid., p. 16) : « mort, / [...] lorsque pour [...] impudents, / [...] ».

Et lorsque, pour gober les cousins impudents
Il entr’ouvre sa gueule, on dirait que ses dents
Sont faites des rayons de sa langue écarlate7.

11Ce qui est observé, mesuré, discret, en même temps qu’imagé et pictural. Et puisque chez lui ces formules s’adaptent aussi bien [225] à toute l’étendue des suggestions poétiques, n’en ressort-il pas finalement ce que j’ai appelé une poésie complète, ou quelque chose qui s’en rapproche et qui est sur le bon chemin ?

  • 8 Dans une lettre du 20 novembre 1929 à Alfred DesRochers, Dantin disait trouver à Robert Choquette u (...)

12Je suis obligé de conclure, et je le fais sans honte, que M. DesRochers est un de nos meilleurs poètes. Peu importe [230] qu’il soit inconnu et jeune : il s’est hissé déjà, par le talent et l’exercice, à un rang distingué où il n’a guère que des égaux. Comme Alphonse Beauregard, qu’il remémore par plus d’un trait, il sait faire parler à la strophe un langage d’idées réfléchies et malgré tout étincelantes ; et s’il creuse moins que son émule, [235] il s’enlève avec plus d’élan. Comme Paul Morin, René Chopin, il a le culte des belles formes ; et, parfois moins brillant que ceux-ci, il est peut-être plus profond. On peut moins bien le comparer avec Robert Choquette8 : ici ce sont des divergences de [240] conception et de méthode ; ce peut être seulement l’égalité dans le contraste. Il n’a, d’ailleurs, dit que son premier mot. Je sais qu’il a des ambitions larges : qu’il voudrait inventer une poésie terrienne plus véridique, plus proche de la terre, que celle à laquelle on nous a habitués ; qu’il médite un poème géologique où se [245] chanteraient l’éclosion, les convulsions énormes, toute la préhistoire titanique des montagnes des Cantons de l’Est. Ces sujets sont dignes de sa muse et la feront peut-être monter encore plus haut. Mais il a exploité déjà une veine riche et rare, que l’on ne voudrait pas le voir délaisser tout à fait. Et l’on s’étonne qu’un tel [250] début n’ait pas été plus remarqué. N’est-il pas étrange, par exemple, que, dans des concours littéraires, on préfère à une œuvre aussi mûre et aussi adroite des tentatives novices, méritoires sans doute, mais n’ayant guère pour elles qu’un lyrisme brûlant, sans assez de fond, de technique ? Est-ce [255] encourager sagement la lyre canadienne, la diriger dans de bonnes voies, que de couronner l’ébauché, l’imparfait, plutôt que l’art soigneux et habile ? L’écueil de notre poésie, sa faiblesse fatale, n’ont-ils pas é té de tout temps cette pâleur d’invention et cette nonchalance de langage qu’on porte au pinacle, qu’on [260] paraît poser en modèle ? Je soupçonne que les juges, préoccupés d’orthodoxie, ont été effrayés par le titre du livre. L’Offrande aux vierges folles, cela rend, en effet, un son quelque peu hérétique. Et le premier sonnet exprime le regret vague de belles fortunes manquées dans une attente trop fidèle. Mais qui ne voit que ce [265] sont là des modes fugaces de l’âme, qu’on exprime parce qu’on les ressent, mais dont on n’entend pas faire une morale pratique ? Il ne faudrait pas prendre des boutades pour des thèses. Et puis, ce titre n’est qu’un trompe-l’œil, ne résumant en rien l’esprit général du volume. Si les juges l’ont lu jusqu’au bout, ils n’y ont rien trouvé qui pût blesser une vierge sage ; ils ont vu qu’il se clôt [270] sur des aspirations mystiques aussi humbles qu’une page du second Verlaine. Il serait regrettable, d’ailleurs, que l’orthodoxie dût compter si fort dans des questions avant tout esthétiques. En mêlant à ce point à des jugements d’art des éléments qui leur sont étrangers, on enlèverait aux verdicts toute autorité, toute [275] valeur. Il vaudrait mieux alors, au lieu de joutes de poésie, en instituer de catéchisme. Et l’on irait très loin en suivant la logique de ce procédé. Il en résulterait que si Victor Hugo, prosodiste incroyant, concourait avec la Sœur Marie-Sylvia, ce serait la Sœur Marie-Sylvia qui décrocherait le prix. [280]

13Les défauts de M. Alfred DesRochers sont pour la plupart des beautés qu’il n’a pas poussées assez loin, des élans arrêtés en route, des formes qu’il a voulu parfaites mais qui ont failli sur un point ; conséquences nécessaires, en somme, de la limitation humaine. C’est par rare distraction qu’il est incorrect. Il s’empêtre [285] pourtant deux fois dans les morasses du subjonctif. Voici un cas qui ne le voudrait pas :

  • 9 « Acrostiche » (op. cit., p. 16) : « taise, / [...] ».

Un souvenir de vous persiste dans mon cœur,
L’emplissant d’une voix qui jamais ne se taise9 ;

14et en voici un autre qui le réclamerait : [290]

  • 10 DesRochers maintiendra cette leçon dans l’édition de 1930, mais la corrigera dans l’édition de 1974 (...)

Et pourtant, bien qu’alors l’un à l’autre nous crûmes10.

15Il faudrait « nous crussions », ce qui serait une autre horreur. Il me paraît encore que le distique suivant délimite une posture étrange et décidément incommode ;

  • 11 « Nocturne » (op. cit., p. 18) : « épaule / Sur ».

Nous nous allongerons, épaule contre épaule, [295]
Sur le dos, mais le front tourné vers le Levant11.

  • 12 « La plainte de la Danaïde » : « De leur irrasatiable amphore ». Dans les éditions subséquentes, le (...)

16Le mot « irrassasiable », enfin, est par lui-même assez osé sans qu’on l’aggrave d’une faute d’orthographe12.

17Quand on ne trouve que ces vétilles à relever dans un volume, on peut se compter satisfait. [300]

18La région de Sherbrooke, que nous avons crue dominée par l’influence d’une autre race, est en passe de s’ériger en centre de culture française. Avec Alfred DesRochers, Jovette-Alice Bernier, Éva Senécal, Myriel Gendreau et le reste, tous groupés plus ou [305] moins autour du journal La Tribune, il se forme là-bas un noyau d’artistes qui, si on n’y prend garde, rendront bientôt jaloux Montréal et Québec. Mais c’est là une utile et saine compétition. En plaçant les Cantons de l’Est sur notre carte littéraire, ces écrivains n’honorent pas seulement la petite patrie : ils créent un [310] courant neuf d’action et de sève dans la vie intellectuelle de notre province.

19À la fin de mars 1929, en réponse à une lettre de DesRochers qui se plaignait du choix des cinq membres du jury au concours littéraire auquel il avait postulé, Dantin lui écrivait : « Je vais hasarder un choix d’essai, encore restreignant à affirmer, par le respect qu’on doit aux grands hommes, qu’ils furent imbéciles au moins cette fois... Je suis sûr qu’Albert Ferland est du nombre ; il me faut supposer, par l’estime que j’ai pour Morin et le P. Lamarche, que les deux autres furent Englebert Gallèze et l’ecclésiastique Anonyme... Vous me direz si je me trompe ! Et pourquoi, en tout cas, deux ecclésiastiques dans un jury de cette nature ? Ces gens ont le devoir d’apporter dans leurs jugements des préoccupations morales qui n’ont rien à voir avec l’art : pourquoi les atteler à cette corvée ? Ils voudraient être justes qu’ils ne le pourraient pas : ou bien alors il faut que ce soient de ces prêtres aux idées très larges, avec des âmes d’artistes, prêts à commettre de quasi-apostasies par amour du Beau... »

20Le 5 avril DesRochers lui apprenait, pour son « édification », que « les imbéciles » qui avaient préféré La Course dans l’aurore à Tout n’est pas dit et à L’Offrande aux vierges folles étaient : « MM. Paul Morin, auteur du Paon d’émail et des Poèmes de cendre et d’or ; Lionel Léveillé (Englebert Gallèze) “claire-fontainiste”, Albert Ferland, le P. Lamarche et un autre ecclésiastique » dont il avait oublié le nom. Et il ajoutait : « Je viens de me faire jouer un autre coup de cochon (cette expression est du meilleur journalisme) par la Société des Poètes, dont je suis deuxième vice-président. On a lancé un concours pour une médaille donnée par le Lieutenant-gouverneur. Au lieu de fixer un nombre de vers, on fixe un nombre de pages, de sorte qu’avec près de 900 vers en 60 pages, je suis hors concours, tandis qu’un volume de 100 pages contenant 400 ou 500 vers peut remporter le prix... Encourageons l’industrie nationale du papier et la fraternité des imprimeurs, si l’on veut être écrivain. »

21Le 11 avril, DesRochers ajoutait, au sujet du jury de l’A.C.J.C. : « Le R. P. Lamarche a écrit à Jovette pour lui dire qu’elle avait été battue par une voix et qu’il avait voté pour elle. M. Paul Morin, au cours d’un dîner avec Mlle Senécal, lui a assuré qu’elle avait son vote. Il nous faut “spéculer” pour connaître l’opinion des autres. À mon avis, Ferland et Léveillé se sont ralliés à Morin et les deux juges ecclésiastiques ont voté pour Jovette. Ce qui me porte à croire que notre clergé, en fin de compte, n’est peut-être pas aussi bête qu’on pense. Quant à moi, ma participation à ce concours sert d’épouvantail aux jeunes. Le R. P. Lamarche a grondé Simone Routier de ses idées avancées et lui a dit qu’elle était en train de faire comme DesRochers... qui regrettait sa jeunesse trop sage... si ce n’est pas monstrueux, aurait-il dit. »

22Le passage qui va de « N’est-il pas » (l. 250) à la fin du paragraphe (l. 280) sera jugé « scabreux » par DesRochers, qui demandera à Dantin la permission de le retrancher dans La Tribune : « Et à propos de ce passage incriminé, bien qu’il me plaise souverainement, je me demande si vous avez bien fait de l’écrire. Le nom des participants au concours d’Action intellectuelle est gardé secret et nul autre que moi et les personnes à qui j’ai dit que je concourrais, savons que j’y ai pris part. Je ne sais si vous avez, dans votre copie définitive, mentionné qu’il s’agissait du concours de l’A.C.J.C, et non du prix David, où je n’étais pas concurrent. Dans ce que vous appelez votre brouillon, il me semble que les susceptibles lauréates du prix David pourraient être blessées. »

23Dans sa lettre du 15 août 1929, Dantin répond à DesRochers : « Vous avez dû recevoir les épreuves de mon étude critique sur votre Offrande, cette fois sous une forme compréhensible, et constaté que j’ai édulcoré un peu mes allusions à ce “concours”. Il se pourra néanmoins que Mlle Senécal en éprouve un dépit momentané, mais je ne vois pas comment d’autres s’en pourraient froisser : — on doit savoir que vous n’avez pas concouru pour le prix David. Et Mlle Senécal elle-même sera, je crois, pacifiée par l’article bien élogieux sur son livre qui suivra de près la critique du vôtre dans le Canada ».

24Les remarques de Dantin devaient effectivement froisser quelques susceptibilités. Louvigny de Montigny, qui avait été cette année-là l’un des membres du jury du prix David, se promettait, si jamais Dantin revenait s’installer au pays, de l’« attraper » pour l’attrapade qu’il avait servie à ce jury pour ne pas avoir fait meilleur cas du recueil d’Éva Senécal, La Course dans l’aurore : « C’est épatant qu’un critique avisé comme vous l’êtes puisse parfois tomber dans les patates ! », lui écrivait-il le 22 octobre 1929. Il lui signalait dans cette même lettre que le concours de 1930 serait ouvert à la critique et que plusieurs des jurés avaient exprimé le regret que Dantin fût domicilié aux États-Unis, sans quoi il aurait eu toutes les chances de décrocher le prix.

Notas finales

1 « L’Offrande aux vierges folles d’Alfred Desrochers », Le Canada, 20 août 1929, p. 4 ; repris dans La Tribune, 29 août 1929, p. 4 ; Poètes de l’Amérique française, t. II, p. 98-114.

2 Alfred DesRochers (1901-1978), journaliste et poète, fonde, en 1927, à Coaticook, l’hebdomadaire L’Étoile de l’Est dont il assume la direction jusqu’en 1928. De 1925 à 1941, il collabore à La Tribune de Sherbrooke ; de 1942 à 1946, il est soldat ; puis, de 1947 à 1952, traducteur au Parlement d’Ottawa.

3 Alfred DesRochers, L’Offrande aux vierges folles, Sherbrooke, s. é., 1928, 60 p.

4 « Grandiloquence » (ibid., p. 25) : aïeux, en mon être exalté, / [...] immortalité, / [...] l’été, / [...] jours, / [...] malheureux, quels ».

5 « La pitié de la chair » (ibid., p. 11) : « pacifique, où [...] “kriss”, / [...] moroses, / [...] artisans, / [...] ingrat, / [...] salaire, s’use ».

6 « Paysage d’automne » (ibid., p. 21) : « gazon. / [...] nuées, / [...] autour, il ».

7 « Paysage sylvestre » (ibid., p. 16) : « mort, / [...] lorsque pour [...] impudents, / [...] ».

8 Dans une lettre du 20 novembre 1929 à Alfred DesRochers, Dantin disait trouver à Robert Choquette une « infériorité fatale » : « Il ne réfléchit pas ; il ne pense pas ; il suit les rainures banales sans jamais un saut de côté, les parant seulement de lueurs étincelantes et multicolores... » Le 1er juin 1930, il écrira à DesRochers : « Et pourquoi, en passant, voulez-vous que Mgr Roy ou moi-même admettions votre “infériorité” en regard de Robert Choquette ? C’est là une question nullement claire, ni toute simple à trancher. Il faudrait, pour bien la résoudre, s’entendre tout d’abord sur tous les éléments qui constituent la poésie, et vous comparer l’un à l’autre sur chacun de ces éléments. On trouverait alors que l’un de vous l’emporte en ceci, l’autre en cela, et il n’est pas très sûr qu’en fin de compte le plus grand nombre de “points” ne serait pas de votre côté. Choquette dominerait par l’enthousiasme, par l’ardeur lyrique, par la fraîcheur d’expressions et d’images dans les sujets qui lui sont assortis, par la grâce délicate, presque féminine de ses vers ; mais vous l’emporteriez d’emblée par la vigueur de la pensée, par la logique du développement, par la psychologie des peintures d’âme, par la profondeur de l’émotion, par le sens intime des images et leur éclat par le dedans. Il faudrait en revenir à se demander : “Qu’est-ce qui vaut mieux, le lyrisme pur, ou le lyrisme revêtant l’idée ? L’émotion intuitive, presque inconsciente, ou l’émotion qui se connaît et qui s’exprime en se restreignant ?” — Pour moi la réponse ne fait pas de doute : le lyrisme pur est charmant comme le chant des oiseaux ; mais la poésie pensée, réfléchie, soufferte, est la poésie de l’âme humaine. Et quant aux questions de pure forme, je ne vois pas que votre syntaxe ou votre métrique soient moins correctes ou moins plastiques que celles de Choquette. En somme, il y a des vers de votre confrère que vous ne pourriez peut-être écrire, ou que vous n’aviez pas l’instinct d’écrire, et il y en a nombre des vôtres qu’il ne pourrait écrire non plus. C’est, entre vous, une division de tendances, de système, qui empêche qu’on ne vous compare absolument : c’est la grande division des esprits humain qui règne depuis Platon et Aristote, et qui classe en deux camps les poètes comme les philosophes, sans que la querelle soit à la veille de se vider. Il est sûr en tout cas que le meilleur parti est de suivre ses propres goûts, et de ne pas se laisser prendre à imiter ceux du voisin. Ayez assez de confiance en vous-même pour croire qu’en vous efforçant, en vous perfectionnant dans votre matière, vous resterez pleinement l’égal de Choquette dans la sienne, et que les deux manières se valent, à tout le moins. »

9 « Acrostiche » (op. cit., p. 16) : « taise, / [...] ».

10 DesRochers maintiendra cette leçon dans l’édition de 1930, mais la corrigera dans l’édition de 1974 : « Et pourtant, bien qu’alors nous crussions l’un à l’autre » (« Élégie pour ses mains », À l’ombre de l’Orford précédé de L’Offrande aux vierges folles, édition critique par Richard Giguère, Presses de l’Université de Montréal, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1993, p. 127).

11 « Nocturne » (op. cit., p. 18) : « épaule / Sur ».

12 « La plainte de la Danaïde » : « De leur irrasatiable amphore ». Dans les éditions subséquentes, le vers se lira : « De leur insatiable amphore » (op. cit., p. 105).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540