Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmédiations

 | 
Jean-François Vallée
, 
Jean Klucinskas
, 
Gilles Dupuis

Postromantisme, baroque et spätzeit

Le fétichisme post-apocalyptique et les figurations cinématographiques de la Spätzeit

Richard Bégin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si le cinéma post-apocalyptique est un genre, il l’est dans la mesure où il est un genre éminemment composite. Chronique d’anticipation autant qu’allégorie biblique et récit d’horreur, le film dit post-apocalyptique se caractérise en effet par un mélange des genres qui le rend, à bien des égards, malaisé à définir. Ce mélange obéit néanmoins à une sempiternelle double convention qui parcourt, tel un fil conducteur, chacun des films du « genre » : l’action doit se situer au milieu des restes, décombres et autres vestiges, et le héros doit survivre à et dans ce qui relève d’un « après-coup » de grande envergure. Peu importe qu’il mette en scène un « après-coup » causé par un choc cataclysmique, un désastre atomique ou une catastrophe de nature pandémique, le film post-apocalyptique, contrairement au film catastrophe – autre sous-genre du parfois bien mal nommé cinéma de « science-fiction » –, a toujours pour espace-temps privilégié celui de l’« après » et non celui du choc en...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre