Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Après un siècle. 1829-19291

Texte intégral

  • 1 « Littérature canadienne-française — Après cent ans — 1829-1929 », Le Canada, 3 juillet 1929, p. 4, (...)

1Ce pourrait être, en un sens large, un centenaire de la littérature canadienne que fêterait cette réunion. Un centenaire dont le point de départ serait encore voisin du néant, montrerait seulement des germes actifs et définis ; dont les limites resteraient vagues, mais cadreraient pourtant avec la ligne majeure des faits. Le bilan d’un siècle, en tout cas, prête à des retours imprévus, à des comparaisons piquantes, et il sera instructif de le tenter.

  • 2 Le journal Le Canadien, fondé en 1806 par Pierre Bédard (1763-1829). En 1810, le gouverneur Craig, (...)

2Revivons un instant l’an de grâce 1829. C’est soixante-dix ans après Wolfe, soixante-trois après le traité de Paris. La vie de notre peuple, depuis la catastrophe qui l’a séparé de la France, a été pénible et obscure. Il a fallu s’assouplir au joug étranger, s’adapter à des conditions périlleuses, louvoyer prudemment entre les soumissions permises et les résistances nécessaires. Période brouillée, incertaine, où la conscience nationale se consulte et cherche sa voie ; où le vainqueur lui-même hésite, essayant de méthodes contraires, ne sachant s’il doit nous gagner ou nous persécuter. Période, en tout cas, trop prise par les dangers présents pour faire une place bien large aux recherches, aux jeux de l’esprit. Où en sommes-nous en 1829 ? Le Canada français possède-t-il une littérature ? Il faut bien répondre que non ; — mais c’est juste l’instant où les forces s’agitent qui vont en susciter l’éveil. Jusqu’alors, il est vrai, des tentatives se sont produites. Dès l’année après la conquête, nos ancêtres ont senti d’instinct que la langue française ne serait sauvée chez leurs fils que par l’écriture ; — et ce que tout le régime français n’avait pu produire, une gazette française, surgit, par un singulier phénomène, presque en même temps que l’égide britannique. Durant les soixante ans qui suivent, d’autres feuilles se succèdent au jour : les unes simples boîtes à nouvelles, d’autres timidement politiques ; très peu, comme la Gazette littéraire et le Magazin de Québec, avec un but littéraire prédominant. Efforts remarquables sans doute comme notant l’éveil racial, l’âme soudainement consciente d’une colonie conquise ; mais pourtant mesquins en eux-mêmes, maintenus tels par une culture insuffisante et par le désarroi, l’ahurissement de la défaite. D’ailleurs, la moindre audace amène leur suppression : ce que Craig fit bien voir au Canadien de Pierre Bédard2, coupable d’avoir eu des idées sur les questions de l’heure.

  • 3 Étienne Parent (1802-1874) fut rédacteur du Canadien de 1822 à 1825, puis de 1831 à 1842.
  • 4 Isidore-Joseph Bédard (1806-1823), auteur d’un hymne national intitulé « Sol canadien, terre chérie (...)
  • 5 Michel Bibaud, (1782-1857), historien, poète et journaliste, auteur d’une Histoire du Canada en tro (...)
  • 6 Augustin-Norbert Morin (1803-1865), poète, juriste et journaliste, qui joua un rôle important dans (...)

3Mais 1829, flanqué, si on le veut, des deux années les plus voisines, c’est une étape, un point tournant. On dirait que les mêmes ferments qui produisent à cette heure en France un renouveau des idées et de l’esthétique sont en œuvre chez nous pour une poussée mentale. C’est l’année où Étienne Parent3 est admis au barreau, et le Canadien, mal défunt, s’agite déjà dans sa tombe ; — l’année où Isidore Bédard4 écrit son « Hymne national », qui, toute littérature à part, est un cri sincère et fervent, prélude de tous nos chants patriotiques ; — celle où Michel Bibaud5 complète et met en ordre les Épîtres, satires et chansons qu’il va porter à l’imprimeur, ce premier des volumes de vers publiés chez nous ; — celle où le journal La Minerve, que vient de fonder Duvernay, montre une entreprise toute moderne en étalant in extenso le discours d’ouverture de l’assemblée de Québec le lendemain même de son prononcé, exploit jusqu’alors inouï ; — celle où Norbert Morin6 prépare sa candidature et entreprend sa lutte active en défense de nos libertés. Avec Parent, Morin, Lafontaine, Papineau, celles-ci désormais, au lieu de balbutiements débiles, auront des voix articulées et fermes. 1829, c’est l’année où François-Xavier Garneau achève ses études de droit et, libre enfin pour son grand projet, médite ce voyage de recherches en Angleterre, en France, d’où sortira l’Histoire du Canada. À l’exception de Quesnel et Mermet, tous les pionniers de nos lettres sont d’ailleurs vivants et prennent part à cette renaissance. La Gazette de Québec, le Spectateur, la Bibliothèque canadienne, impriment des dissertations de Bibaud, des essais poétiques de Viger, de Turcotte, même des études critiques de Charles Mondelet sur Milton, et des nouvelles de F.-R. Auger et de Pierre Laviolette. Ébauches encore frustes, presque négligeables, mais qui pourtant atteignent un but, protègent un idéal, entretiennent le feu menacé de leur toute petite étincelle. Enfin, rappelons-nous qu’en 1829, Octave Crémazie a deux ans.

4Il nous est bon de revenir à ces origines pour admirer le courage, la foi obstinée de ces gardiens de l’âme française. Comptez tous les obstacles qui s’opposaient alors à notre développement mental, artistique surtout : l’éducation restreinte, la rareté des livres, les soucis politiques et matériels, les relations coupées avec la France. Alors ces élans empêtrés de 1829 vous paraîtront gestes de géants. Vous serez étonnés que notre culture, au lieu de sombrer tout à fait, ait survécu à un degré quelconque, soutenue par ces luttes et guidée par ces hommes. Sans tous ces bouts-rimés, sans cette prose pâle, à peine correcte, où pourtant surnageait le verbe de France, que fut devenue notre langue ? Qui l’eût sauvée des forces qui s’acharnaient à la détruire, ou de la désagrégation qui s’impose à toute chose inerte ? Mondelet, Petitclair, Turcotte, pauvres poètes : mais c’est pourtant à vous que je dois d’entendre à cette heure tout un peuple parlant français, un français plus complet et plus affiné que le vôtre ; et, en vous dédaignant un peu, de savourer les strophes habiles de Beauchemin, de Beauregard, de Chopin, d’Alfred DesRochers. Morin, Viger, même Papineau, vous pouviez n’avoir pas l’éloquence classique, mais c’est grâce à vous, qu’appuyé sur des banquettes universitaires, je déguste un discours attique de Mgr Camille Roy ou de M. Édouard Montpetit.

5Et si notre moisson littéraire est, malgré tout, restée un peu grêle, si elle n’a pas atteint une pleine et riche maturité, on se l’explique sans peine à la lumière de ces cent ans. Comment se fait-il, nous demandons-nous, que notre sol n’ait encore produit aucune œuvre de tout premier ordre, aucun de ces jets transcendants qui datent et qui s’imposent ? Comment est-ce que notre pensée, notre style, se meuvent le plus souvent dans une zone moyenne, semblent trop faibles ou trop timides pour en sortir ? qu’un rayon de nos livres, assemblé au hasard, soit rarement aussi vivant, aussi ferme d’idées, aussi neuf d’aperçus, aussi achevé de facture, qu’un rayon de livres de France ? Mais songez bien que la littérature française évolue depuis mille années, portée par le talent, l’effort, la vision nouvelle de chaque âge, guidée par la lueur intermittente des génies ; et que nous n’avons, nous, que cet humble siècle pour asseoir notre tradition. Le passé ne nous aide que peu : il nous faut porter tout le poids de nos conceptions, de nos aventures esthétiques. N’est-ce pas beaucoup que cette époque ait sauvé la langue du naufrage, l’ait gardée des attaques ouvertes et des corruptions latentes, l’ait graduellement épurée malgré cent causes de bâtardise, nous l’ait léguée enfin plus fine, plus souple, plus adéquate à la pensée qu’elle ne l’avait elle-même reçue ?

6D’ailleurs, nous n’en sommes plus au point de n’avoir à offrir pour nos lettres que de bonnes excuses. Elles sont, à l’heure présente, en pleine énergie, en plein progrès. Leur horizon, si court en 1829, s’est graduellement élargi jusqu’à enclore tous les domaines de l’activité intellectuelle. Poursuivant leur essor de 1860, elles ont produit, depuis trente ans, des écrivains, des parleurs, des livres, estimables sans restriction, dont plusieurs seraient remarqués sur n’importe quelle scène. Si Chapleau, Mercier, ou Laurier nous paraissaient jadis le symbole même de l’éloquence, nous n’avons rien à craindre pour notre bon nom oratoire quand Raoul Dandurand préside une séance de la Ligue des Nations, ou que Rodolphe Lemieux débite son cours à la Sorbonne. Un discours d’Henri Bourassa, d’Athanase David, serait écouté avec respect dans une chambre française.

7Notre journalisme est bien loin d’avoir atteint les colonnes d’Hercule. Il n’a pas encore tout le soin, la tenue, la distinction littéraire qui lui conviendraient ; son reportage surtout reste entre des mains malhabiles. Mais pourtant comparez un numéro d’hier du Canada ou du Devoir avec un numéro de l’ancienne Minerve. Non seulement les polémiques ont gagné en sérieux, en dignité, mais les idées s’expriment en un français plus aisé, plus ample ; les nouvelles elles-mêmes témoignent d’un effort pour évacuer l’anglicisme et pour traduire en langue technique toute cette machinerie qui encombre la vie moderne. Et si un article est signé Jules-Édouard Prévost, Olivar Asselin, Charles Harvey, Harry Bernard, Jean Bruchési, Omer Héroux, je suis certain d’avance que les opinions, quelles qu’elles soient, auront un vocabulaire et une phrase.

  • 7 De Lionel Groulx (voir supra, p. 887, n. 2).

8En 1829, notre histoire n’était qu’un projet dans le cerveau d’un homme. Mais ce projet réalisé en a fait fleurir d’autres et, complétant Garneau, nous avons eu Ferland, Chapais, Benjamin Suite, en des œuvres sérieuses et fouillées, qui restent pour nous des bases classiques. Puis la monographie et la biographie ont repris la tâche en sous-main, ont fait un jour plus vif sur certaines phases de nos annales, sur la vie et l’action de nos grands hommes ; et il serait très long d’énumérer tous les chapitres ainsi élucidés par des travailleurs attentifs. Dans ces dernières années, L.-O. David, Narcisse Dionne, Alfred Decelles, Ernest Myrand, Gustave Lanctôt, Henri d’Arles, Pierre-Georges Roy, E.-Z. Massicotte, l’abbé Gosselin, l’abbé Groulx, ont, en particulier, ajouté des pages de valeur à notre richesse historique. Des études, par exemple, comme La Naissance d’une race7, sont des modèles d’histoire documentée, puisée aux sources, écrite en une langue sans reproche, qui nous montrent d’un coup le chemin parcouru depuis le vieux Michel Bibaud. Affirmons-le très carrément, la collection de nos œuvres historiques forme un monument important et intrinsèquement remarquable.

9L’étude scientifique, il y a cent ans, était chez nous à peu près nulle. On en avait pourtant le goût, la curiosité, et le Répertoire de Huston contient des pages rudimentaires sur les volcans et sur les astres. Mais nous comptons en ce moment des professeurs experts dans toutes les branches de la science qui, en plus d’enseigner avec sûreté et méthode, savent écrire sur ce qu’ils enseignent : — des médecins, des légistes, des techniciens, qui honorent nos chaires d’écoles ; — des économistes comme Émile Benoist, Henry Laureys, Damien Jasmin ; — des philologues, comme Adjutor Rivard et l’abbé Étienne Blanchard ; — des naturalistes comme V.-A. Huard, C.-E. Dionne, l’abbé Ovide Brunet et le frère Marie-Victorin : tous savants dont l’érudition imposante se fond avec l’art de bien dire.

  • 8 Les Anciens Canadiens (1863), roman de Philippe Aubert de Gaspé père (1786-1871).
  • 9 Jacques et Marie, roman de Napoléon Bourassa (1827-1916), paru dans la Revue canadienne, de juillet (...)
  • 10 L’Intendant Bigot, roman de Joseph Marmette (1844-1895), paru dans L’Opinion publique, du 4 mai au (...)
  • 11 Jean Rivard, le défricheur et Jean Rivard, l’économiste, parus respectivement dans Les Soirées cana (...)
  • 12 Picounoc le Maudit (1878), roman de Pamphile LeMay (1837-1918).
  • 13 Une de perdue, deux de trouvées, roman de Pierre-Georges Boucher de Boucherville (1814-1898), paru (...)
  • 14 Joseph-Charles Taché (1821-1894) a publié, en 1861, dans Les Soirées canadiennes, Trois légendes de (...)
  • 15 Voir supra, p. 339-346. Lors de cette conférence, quelqu’un avait reproché à Dantin d’avoir « mis t (...)
  • 16 Les Chasseurs de noix. Aventures de deux coureurs de bois chez les Sauvages dans les premiers temps (...)

10Le roman, la nouvelle, n’avaient guère attiré nos placides ancêtres, voués surtout à des pensées sérieuses. Ce n’est qu’en 1860, avec la fondation du Foyer, des Soirées, de la Revue canadienne, que ces formes commencèrent à poindre en des essais d’inégal mérite. On admire à bon droit Les Anciens Canadiens8 pour la simplicité des traits, la fidélité des peintures ; il y a dans Jacques et Marie9, dans les récits de Laure Conan, des touches vécues et délicates ; mais on ne peut s’extasier, au point de vue de l’art, devant L’Intendant Bigot10, Jean Rivard11, Picounoc le Maudit12, Une de perdue, deux de trouvées13, les Légendes de Taché14 ou de l’abbé Casgrain. Ce furent pourtant les seules envolées imaginaires dont s’exaltèrent nos jeunes années. La carrière du roman chez nous ayant été si courte, il n’est pas surprenant qu’il en soit à peu près à l’état d’enfance. C’est une des provinces de nos lettres où il reste le plus à faire, où le talent trouve à creuser sur des champs presque neufs. Mais, chose étrange, nos meilleures revues n’encouragent plus, comme autrefois, la production d’œuvre indigènes ; elles sont exclusivement remplies des plus insipides spécimens de la fantaisie d’outre-mer. Ces dernières années, malgré tout, ont produit des romans où se constate un plus haut degré d’observation, de vérité humaine, avec des qualités meilleures d’agencement et d’expression. Harry Bernard, Jean-Charles Harvey, Ernest Choquette, Jules Tremblay, Robert de Roquebrune, sont des conteurs captivants, habiles. Ubald Paquin, Eugène Achard, Armand Yon, Damase Potvin, Claude Melançon, Olivier Carignan, sont des jeunes qui font leur trouée avec un entrain méritoire. Deux œuvres me semble-t-il, ont tranché dans cette liste de fiction récente : — l’une, La Pension Leblanc15, de Robert Choquette, où les recettes du roman moderne, la couleur, l’atmosphère, sont appliquées avec un art vivant ; — l’autre, tout aux antipodes, qui nous ramène plus loin que Philippe de Gaspé, qui touche aux veillées des trappeurs pour la donnée, à Mme de Genlis pour le style, qui semble un manuscrit tiré d’une armoire du xviiie siècle, mais qui pourtant donne à tel point l’illusion du vrai, montre une connaissance si complète des lieux, des mœurs, des types décrits, qui est si attachante dans le déroulement de ses gestes, que c’est, en son genre, un tour de force : je veux dire cet ouvrage peu remarqué, oublié déjà, Les Chasseurs de noix16, d’Arthur Bouchard.

11Et remarquons que notre terroir, s’il n’a encore créé aucun chef-d’œuvre à son image, en a du moins inspiré un, et que Maria Chapdelaine est le plus canadien des romans, même écrit par un Canadien de France.

  • 17 Charles Le Moyne, drame historique du frère Marie-Victorin (Conrad Kirouac), fut représenté les 13 (...)
  • 18 Voir supra, p. 320-327.
  • 19 Félix Poutré (1871) et Véronica (1890), deux œuvres dramatiques de Louis-Honoré Fréchette (1839-190 (...)
  • 20 Germain Beaulieu (1870-1944) a écrit quelques pièces de théâtre au début du siècle, dont Fascinatio (...)
  • 21 Louvigny de Montigny est l’auteur de Boules de neige, pièce en trois actes, écrite au début du sièc (...)
  • 22 Henri Letondal (1901-1955) a écrit de nombreuses pièces qui ont été interprétées par son frère et s (...)
  • 23 Monique (pseudonyme de Mme Emmanuel Persillier Benoit), auteure de plusieurs pièces de théâtre (voi (...)
  • 24 Léopold Houle (1888-1963), dramaturge et essayiste, auteur de nombreuses pièces de théâtre, dont Le (...)

12Notre champ littéraire le plus négligé, c’est assurément le théâtre. En 1829, notre avoir théâtral se composait de trois vaudevilles de Joseph Quesnel, amusants comme peuvent l’être des comédies de troisième ordre. En 1860, il s’était enrichi d’une demi-douzaine d’autres pièces où F.-G. Marchand, L.-O. David, Gérin-Lajoie, Fréchette, Pamphile Lemay, s’étaient évertués avec un succès médiocre. Que nous offre ici l’ère présente ? On voudrait parler de croissance, d’expansion magiques ; mais il faut s’en tenir à des constatations modestes. Nous avons quelques drames témoignant d’une dose de talent, d’une certaine entente de la scène : Charles Le Moyne, Peuple sans Histoire17, par le frère Marie-Victorin ; Madeleine, La Bouée, de M. Ernest Choquette18. Faut-il y joindre Véronica par l’auteur assagi de Félix Poutré19 ? Nous avons d’aimables saynètes, des levers de rideau, des comédies de genre, tentatives espacées de Germain Beaulieu20, de Louvigny de Montigny21, d’Henri Letondal22, de Mme P. Benoît23, de Léopold Houlé24 et d’autres : — mais la grande œuvre dramatique reste encore à faire, et personne, semble-t-il, ne s’empresse fort à s’y atteler. Indolence regrettable alors que le théâtre s’implante de plus en plus dans nos mœurs et trouverait pour des tableaux de la vie, de l’âme canadiennes, des auditoires avides et des interprètes exercés. Avouons qu’en ce point nous n’avons guère marché au pas et restons encore trop voisins de nos origines.

  • 25 Le R. P. Marc-Antonin Lamarche (1876-1950), directeur de la Revue dominicaine (1920-1940), auteur d (...)
  • 26 Pseudonyme d’Aegidius Fauteux (1876-1941), journaliste, essayiste, historien, conservateur de la Bi (...)
  • 27 Albert Pelletier (1896-1971) publia d’abord dans La Revue moderne dirigée par Olivar Asselin et Mad (...)
  • 28 Au sujet des « Égrappages et également du livre de Valdombre, et de tous ces “assommages” qui const (...)

13Nous avons un motif d’espoir. La critique littéraire, cette mesure du bon goût, du raffinement d’un public, ce guide qu’exigent surtout les littératures novices, a récemment élargi ses cadres, revisé ses méthodes et raffermi ses principes essentiels. Elle n’avait autrefois que deux tons alternants : la louange à outrance, et la diatribe sans merci ; — elle cherche maintenant la note juste dans le discernement et la mesure. Elle s’attachait surtout à l’écorce verbale des œuvres, à leur conformité à certains étalons admis ou à des règles inflexibles ; — elle questionne à présent leur but, leur sens intime, elle les juge d’après leurs rapports avec l’univers et la vie. L’art qu’elle exige dans les ouvrages n’est plus une simple affaire de correction, de symétrie ; elle y veut voir l’empreinte directe de l’idée ordonnée et forte. Elle cesse d’être, en un mot, grammaticale, pédagogique, pour devenir psychologique, intime, faisant mieux ressortir, en même temps que la personnalité de l’écrivain, celle du critique lui-même. L’Histoire de la littérature canadienne et les autres études de Mgr Camille Roy, les Pages de critique de Jean-Charles Harvey, certains chapitres du R. P. Lamarche25 et de l’abbé Olivier Maurault ; les chroniques littéraires de Harry Bernard, de Nemo26, de Valdombre, sont des pas dans cette direction, pèsent et mesurent les œuvres d’un esprit pondéré, ouvert. La critique acérée, qui survit avec Asselin, avec Albert Pelletier27, préférant aux sondes de Sainte-Beuve le poinçon de Barbey ou de Léon Daudet, garde quand même une fonction utile, celle de couper court aux admirations déréglées, de dégonfler les bulles sans subsistance. Ces railleurs, même sans trop de miséricorde, restent justes à leur manière, frappent d’ordinaire à bon escient, et, s’ils n’encouragent guère l’effort, enraient au moins la décadence28.

14Plus jeune encore chez nous que la critique de lettres, la critique d’art s’est développée, semble-t-il plus vite et en des avances plus brillantes. Surgie avec Ernest Gagnon, Octave Pelletier, Guillaume Couture, elle a fourni dès le début des guides sûrs et de fins modèles. Nos artistes, depuis lors, ont eu le goût de creuser les théories, les évolutions des écoles, ont su en discourir avec intérêt et intelligence. Sous la plume d’Arthur Letondal, de Frédéric Pelletier, de Léo-Pol Morin et d’autres, la critique musicale s’ébat avec une belle aisance, n’a rien à envier aux verdicts parisiens en fait d’érudition, de tact et de style. Victor Barbeau, Dominique Pelletier, Gustave Comte, apportent à leurs feuilletons dramatiques un discernement aiguisé. Et des recueils comme les Ateliers de Jean Chauvin, en commentant les créations de nos sculpteurs et de nos peintres, dénotent une entente sûre des techniques de l’art et un sens délicat de ses éléments esthétiques.

15Mais c’est en poésie surtout que nous avons marché, suivi le siècle et affirmé notre mentalité française. Ni nos luttes absorbantes, ni notre immersion dans un monde tout pratique, dominé par l’argent et activé par la machine, n’ont pu éteindre en nous l’idéal latin, le culte du symbole, l’aspiration vers la Beauté pure. Aucun des moments de ce siècle n’a été sans ses troubadours rythmant le charme du pays de Québec, ses hauts faits, ses épreuves, ses gloires patriotiques, les tâches vigoureuses de ses hommes et la grâce de ses femmes. Sans espoir de retour, ou même de renom, ils ont chanté pour s’exprimer, apaisant un instinct, fidèles à une tradition profonde. Leurs voix, éclatantes ou moyennes, ont toujours été spontanées, et par cela même éloquentes. Même les plus timides ont aidé à transmettre un message, à garder continue la chaîne des hautes pensées parmi le flot des soucis vulgaires. Et maintenant plus que jamais la poésie tente nos esprits, se réalise en formes variées et nouvelles. Après les couplets en grisaille de nos premiers bardes, qui d’ailleurs imitaient les modes fades de leur temps, après la floraison plus vive des strophes de Crémazie, Fréchette, Lemay, Beauchemin, Desaulniers, ces dernières années ont vu monter de jeunes talents, apparentés aux récentes écoles, qui ont mis dans notre chanson des notes personnelles et hardies. Pour ne parler que des vivants, et sans les nommer tous, Paul Morin a le don brillant d’une modernité qui serait classique, et d’une lyre apte à rendre tous les sons ; — René Chopin a l’éclat cinglant de l’image, la mélopée d’un rythme emporté et audacieux ; — Benjamin Michaud, le mirage d’une fantaisie chatoyante avec la grâce d’une forme aiguisée et experte ; — Germain Beaulieu saisit des choses ailées en des crayons aux lignes légères ; — Louis-Joseph Doucet emprisonne dans son vers naïf les senteurs des moissons et le profil grave des ancêtres ; — Albert Ferland dessine avec des touches soigneuses la ramure des érables et des bouleaux ; — Guy Delahaye retrace en algèbre mystique des extases rituelles et transcendantes ; — Jean Charbonneau, esprit chercheur, erre à travers les âges, prenant à chacun ses symboles ; — Édouard Chauvin fait tinter le rire d’une bohème agitée, bruyante, secrètement mélancolique ; — Albert Dreux, en plaintes lancinantes, boude la vie tout en l’appelant ; — Ernest et Jules Tremblay cueillent l’arôme des réalités humbles et le transmuent en philosophie humaine ; — Lionel Léveillé élève le refrain, le folklore, à la hauteur d’une leçon morale ; — Jean Nolin avait commencé d’exploiter une veine délicate qu’il néglige, à notre regret ; — Robert Choquette, âme cosmique et chaude, aspire les effluves du grand Pan et les exhale en tempêtes lyriques ; — Alfred DesRochers ambitionne la « poésie brutale » et s’en tient à propos à l’inspiration mâle et forte.

16Et je n’ai rien soufflé d’un cortège de muses féminines qui ont récemment envahi nos clos réservés avec des allures conquérantes, et forcé l’attention par leur psychologie subtile et par les nuances fines dont elles font miroiter l’amour. Pour deviner qu’elles sont très jeunes, il suffit de savoir qu’elles ont pour doyenne Blanche Lamontagne, l’auteur connue d’hier d’estampes si fraîchement terriennes. Et elles sont jeunes avec ardeur, avec une belle naïveté ; et elles creusent sans repos leur cœur, certaines d’en exhumer un ruissellement de trésors. Jovette-Alice Bernier, Simone Routier, Alice Lemieux, Hélène Charbonneau, Éva Senécal, Marie Ratté, Marie-Rose Turcot et d’autres, ont toutes ce caractère commun, mais elles gardent d’ailleurs leurs atomes individuels qui rendent leurs confidences distinctes et diverses. Elles s’ébattent comme elles peuvent dans l’alexandrin, dans la strophe, pas toujours avec sûreté mais du moins avec grâce, et souvent infusent à leurs mots l’intensité vive de leur songe. Cet élan féminin, presque féministe, imprimé à nos lettres n’est nullement à dédaigner et nous promet des richesses neuves. Et quand on voit une autre femme, Mlle Marguerite Taschereau, aborder la pensée philosophique en une œuvre aussi réfléchie, aussi mûre et aussi nettement frappée, que Les Pierres de mon champ, on est bien forcé d’avouer que les monopoles masculins sont de plus en plus en péril.

17Que nous suggère cette revue brève et les aperçus qu’elle nous donne sur l’histoire de ces cent années ? Les conclusions s’en tirent d’elles-mêmes. Le total qu’elles dégagent de ce premier âge de nos lettres mérite attention et respect. Jugé au point de vue du travail dépensé, de l’énergie mise à l’épreuve, ce siècle offre un effort splendide, unique peut-être dans l’histoire des races. Mesuré à ses résultats, il a sauvé la langue nationale en culbutant d’énormes barrières ; puis, dans ses productions, marqué un progrès net distribué sur une ligne très large et compté des achèvements notables en eux-mêmes.

18S’il manque à cet actif des gains encore plus élevés, des richesses fabuleuses et hypothétiques, ce n’est pas une raison pour méconnaître son poids réel et le capital qu’il nous laisse pour des entreprises plus vastes. Évitons la fatale erreur d’être satisfaits de nous-mêmes ; poursuivons des buts transcendants avec une ambition, une curiosité, une application sans limites ; mais il n’est nul besoin d’amoindrir pour cela notre présent et notre passé. L’attitude qu’il nous faut, ce n’est pas un dédain futile englobant par principe les œuvres de chez nous : c’est une sorte de modestie fière qui, en graduant leur niveau, reconnaisse leur valeur entière comme attestation nationale et comme jalons sur une route à peine commencée. La littérature canadienne est à cette heure plus étendue, plus variée, plus avancée de toutes façons qu’à aucun des moments de sa courte existence. Ce fait suffit à fonder nos espoirs, à nous raffermir à la tâche. Et des réunions comme celle-ci, en groupant tant de travailleurs actifs de la pensée française, à côté des représentants distingués de notre autre langue nationale, moins rivaux désormais qu’associés vers un but commun, montrent bien la poussée, la force accrue de la sève littéraire chez les petits-fils d’Étienne Parent et de Garneau.

19En somme, la littérature canadienne, c’est vous, messieurs, et vos frères écrivains dispersés sur ce continent. Elle n’a de vie qu’en vous, elle est ce que vous êtes ; vous la créez de vos esprits et de vos plumes. Et c’est elle-même, en ces importantes assises, qui se proclame par vos voix et vous invite à la garder vivante. Par-delà toute une ère d’efforts, vous rejoignez les fondateurs de 1829, conscients d’avoir soutenu, agrandi leur œuvre et résolus comme eux à tendre le flambeau aux jeunes phalanges qui suivront. Ne demandons au prochain siècle que de nous distancer d’autant que nous avons nous-mêmes dépassé nos points de départ ; et souhaitons que dans cent ans la convention normale des Auteurs Canadiens, qu’elle se rassemble à Vancouver ou à Québec, trace un tableau de montée constante depuis l’étape de 1929, puisse nous regarder à son tour comme des précurseurs historiques, exalter l’édifice élevé sur nos fondations, et nous traiter même d’un peu haut comme nous faisons nos humbles ancêtres.

Notes de fin

1 « Littérature canadienne-française — Après cent ans — 1829-1929 », Le Canada, 3 juillet 1929, p. 4, et 4 juillet 1929, p. 4 ; « Un siècle de littérature canadienne-française », La Revue moderne, vol. 10, n° 9, 15 juillet 1929, p. 10-11 et 55 ; Gloses critiques, t. I, p. 149-167. Le 8 juin 1929, Dantin signalait à Olivar Asselin qu’il était en train de composer « un aperçu sur la littérature canadienne pour la Convention des Auteurs Canadiens [à Halifax] ». Il ajoutait : « On m’a restreint à la littérature contemporaine, et l’étude est devenue forcément, vu sa brièveté, une nomenclature de noms. »

2 Le journal Le Canadien, fondé en 1806 par Pierre Bédard (1763-1829). En 1810, le gouverneur Craig, inquiet de son succès grandissant, ferme le journal et fait arrêter une vingtaine de ses collaborateurs.

3 Étienne Parent (1802-1874) fut rédacteur du Canadien de 1822 à 1825, puis de 1831 à 1842.

4 Isidore-Joseph Bédard (1806-1823), auteur d’un hymne national intitulé « Sol canadien, terre chérie », paru dans La Gazette de Québec en août 1827, puis sous une forme revue et corrigée en 1829.

5 Michel Bibaud, (1782-1857), historien, poète et journaliste, auteur d’une Histoire du Canada en trois volumes (1837, 1844, 1878) et du premier recueil de poésie, Épîtres, satires, chansons, épigrammes et autres pièces de vers.

6 Augustin-Norbert Morin (1803-1865), poète, juriste et journaliste, qui joua un rôle important dans l’Union des Canada et dans la rédaction des quatre-vingt-douze résolutions qu’il porta lui-même à Londres. Durant l’insurrection de 1838, il fut arrêté avec Louis-Joseph Papineau. Nommé, en 1848, président de l’Assemblée législative, il fut l’un des principaux artisans de la codification du Code civil. En 1826, il fonda La Petite Minerve, journal qui, sous la direction du nouveau propriétaire, Ludger Duvernay, devint La Minerve.

7 De Lionel Groulx (voir supra, p. 887, n. 2).

8 Les Anciens Canadiens (1863), roman de Philippe Aubert de Gaspé père (1786-1871).

9 Jacques et Marie, roman de Napoléon Bourassa (1827-1916), paru dans la Revue canadienne, de juillet 1865 à août 1866.

10 L’Intendant Bigot, roman de Joseph Marmette (1844-1895), paru dans L’Opinion publique, du 4 mai au 26 octobre 1871.

11 Jean Rivard, le défricheur et Jean Rivard, l’économiste, parus respectivement dans Les Soirées canadiennes en 1862 et dans Le Foyer canadien en 1864.

12 Picounoc le Maudit (1878), roman de Pamphile LeMay (1837-1918).

13 Une de perdue, deux de trouvées, roman de Pierre-Georges Boucher de Boucherville (1814-1898), paru dans la Revue canadienne de 1864 à 1865.

14 Joseph-Charles Taché (1821-1894) a publié, en 1861, dans Les Soirées canadiennes, Trois légendes de mon pays et Forestiers et voyageurs, qui devaient paraître en volumes en 1884.

15 Voir supra, p. 339-346. Lors de cette conférence, quelqu’un avait reproché à Dantin d’avoir « mis trop haut » La Pension Leblanc. « Mais j’ai défendu mon opinion et je la crois juste », écrira-t-il.

16 Les Chasseurs de noix. Aventures de deux coureurs de bois chez les Sauvages dans les premiers temps de la colonie (Montréal, Imprimerie populaire, 1923, 323 p.) d’Arthur Bouchard (1877-1904).

17 Charles Le Moyne, drame historique du frère Marie-Victorin (Conrad Kirouac), fut représenté les 13 et 14 mai 1910 au Collège de Longueuil. Peuple sans Histoire, fantaisie dramatique en trois actes et trois tableaux, du même auteur, fut publié en 1925.

18 Voir supra, p. 320-327.

19 Félix Poutré (1871) et Véronica (1890), deux œuvres dramatiques de Louis-Honoré Fréchette (1839-1908).

20 Germain Beaulieu (1870-1944) a écrit quelques pièces de théâtre au début du siècle, dont Fascinations, en cinq actes, parue dans l’Annuaire théâtral (1908-1909).

21 Louvigny de Montigny est l’auteur de Boules de neige, pièce en trois actes, écrite au début du siècle et qui ne fut publiée qu’en 1935.

22 Henri Letondal (1901-1955) a écrit de nombreuses pièces qui ont été interprétées par son frère et ses amis, et des créations radiophoniques. Sur Fantoches, voir supra, p. 266-268.

23 Monique (pseudonyme de Mme Emmanuel Persillier Benoit), auteure de plusieurs pièces de théâtre (voir supra, p. 190-192).

24 Léopold Houle (1888-1963), dramaturge et essayiste, auteur de nombreuses pièces de théâtre, dont Le Presbytère en fleurs (1929) et Clinique des mots (1937).

25 Le R. P. Marc-Antonin Lamarche (1876-1950), directeur de la Revue dominicaine (1920-1940), auteur de Notre vie canadienne. Études et discours (1929). À propos d’Ébauches critiques, Dantin écrivait à DesRochers : « Je l’estime sans l’avoir lu, car je sais que l’auteur a des idées justes en esthétique, et larges, relativement, en tout le reste » (lettre du 1er juin 1930).

26 Pseudonyme d’Aegidius Fauteux (1876-1941), journaliste, essayiste, historien, conservateur de la Bibliothèque municipale de Montréal.

27 Albert Pelletier (1896-1971) publia d’abord dans La Revue moderne dirigée par Olivar Asselin et Madeleine (Huguenin-Gleason), puis dans la revue Les Idées qu’il fonda en 1935. Ses essais critiques ont été rassemblés dans Carquois (1931) et dans Égrappages (1933).

28 Au sujet des « Égrappages et également du livre de Valdombre, et de tous ces “assommages” qui constituent la critique des écrivains du Canada », Dantin écrivait à DesRochers : « Mon opinion à moi est très nette, et s’affirme à chaque nouvelle élucubration de 1’“école”... La seule chose qui manque, d’après moi, à ces juges, c’est le jugement. Si cela n’est pas nécessaire, et si l’on est critique dès qu’on “n’ennuie pas”, comme le dit Olivar Asselin, alors nous avons en eux tous une collection de grands critiques. On s’ennuie rarement à des engueulades, et c’est ce qu’ils vous servent chaque jour... Il y a toute une étude des Égrappages qui fourmille dans ma tête, mais j’hésite. J’ai peur que cela n’ait l’air d’une vendetta entre Pelletier et moi ; — tandis qu’au contraire le désossement que je ferais de son livre serait la meilleure preuve d’honnêteté littéraire que j’eusse donné de ma vie... Tout serait retourné sous toutes ses faces, pesé aux balances les plus objectives, avant d’être trouvé sans fond, sans forme et sans valeur... Mais ai-je le devoir d’entreprendre cet égrappage ? » (lettre du 25 mai 1933). À Louvigny de Montigny, il ajoutait : « Je vais vous faire une confidence que je ne ferais à personne autre, car je courrais le risque de passer pour rancuneux ou jaloux, ce dont vous m’absolvez, j’espère. J’en suis venu à la conclusion raisonnée et définitive que [Pelletier] est un imbécile : qu’il n’a ni subtilité, ni logique, ni goût, et qu’en plus il écrit dans le charabia le plus infect. C’est une opinion si énorme que j’en suis effrayé moi-même ; mais c’est ma franche et irrésistible opinion, que je prouverais, s’il le fallait par une thèse en règle. Mais cela vous explique que je n’aie rien écrit sur lui que d’une manière très incidente : car comment aurais-je pu, avec mon horreur des gros mots, le traiter d’imbécile comme j’en aurais eu le devoir ? »

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540