Version classiqueVersion mobile

Tu seras journaliste

 | 
Germaine Guèvremont

Un sauvage ne rit pas

La découverte de Sorel en 19261

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si j’ai fixé l’année de la découverte de Sorel à 1926, ce n’est pas, croyez-moi, que je projette de déformer l’histoire du Canada. La guerre, il me semble, s’est suffisamment occupée de changer la géographie, depuis quatre ans.

Ce n’est pas non plus que j’aie l’ambition de frustrer Jacques Cartier d’une part de sa réputation de découvreur. Car l’on sait que le navigateur malouin fut le premier homme blanc à pénétrer en ces terres ; il y passa exactement le 28 septembre 1535. Neuf jours auparavant, accompagné de sa suite et d’une cinquantaine de marins, il avait fait voile « avec bon vent » pour Hochelaga, à bord de l’Émerillon et de deux barques. Mais arrivé à la tête du lac Saint-Pierre, ne voyant pas jour de sortir de l’archipel, il dut y laisser son galion et continuer le voyage en barque, jusqu’à une rivière en face de cinq ou six belles îles, donc jusqu’à l’endroit où s’élève aujourd’hui la ville de Sorel. Dans ses relations, il rapporte qu’il y vit les plus beaux arbres du mond...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search