Version classiqueVersion mobile

Tu seras journaliste

 | 
Germaine Guèvremont

Tu seras journaliste

Chapitre XIX180

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Par un matin de janvier grisonnant et doux, Caroline se trouva à Montréal sur le quai de la gare. Étourdie par le bruit et le mouvement qui maintenant lui étaient étrangers, elle avançait d’un pas hésitant parmi les gens pressés et les voitures de bagages que les falots éclairaient d’une lumière triste.

Elle entra dans la gare, un moment, pour reprendre haleine. Une chaleur écœurante y stagnait. Dans la horde anonyme des voyageurs, Caroline vit deux enfants pauvrement vêtus qui sommeillaient sur les banquettes ; une vieille femme édentée veillait sur eux. D’autres, des hommes jeunes encore, mais la figure usée par une vie dure, attendaient, sans hâte et sans regret, en pleine résignation à leur sort, le moment du départ, tout en surveillant le havresac déposé à l’écart. Un pareil spectacle pesa sur l’esprit de Caroline. Elle se hâta de sortir. Au-dehors le ciel était bas. L’air, quoique plus respirable, traînait un relent d’essence. Elle se sentit soudainement envahie de tristesse de...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search