Version classiqueVersion mobile

Tu seras journaliste

 | 
Germaine Guèvremont

Tu seras journaliste

Chapitre XVII167

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avec les derniers beaux jours, l’air devint si doux qu’on aurait dit qu’il s’affinait à dessein avant de prendre le goût fin de l’hiver. Quand un automne royal eut prodigué l’or et la pourpre à tous les bois des environs, ce fut au tour de Lauréat de devenir rêveur. Tard dans la soirée, adossé au peuplier dont un vent léger déplissait la soie des feuilles, il s’acharnait à fumer ou bien il écorçait hart sur hart tout en humant avec délice le brûlé des terres proches. Son esprit était ailleurs : il se voyait à l’affût, à la chasse. N’eut été l’imprudente promesse qu’il avait faite à Mariange de ne plus retourner à la chasse, après avoir payé l’amende pour avoir chassé avec des canards en vie168, il y serait à l’instant même.

Mariange qui le voyait errer comme une âme en peine affectait de ne pas s’apercevoir de ses allées et venues. Caroline s’en étonna.

— Vous ne trouvez pas, madame Bonneville, que votre mari a l’air mal en train ces jours-ci ?

— Je connais sa maladie, mademoiselle, co...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search