Version classiqueVersion mobile

Tu seras journaliste

 | 
Germaine Guèvremont

Tu seras journaliste

Chapitre XV153

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ah ! la belle journée ! » se dit Caroline en franchissant le seuil de la maison. À son réveil, elle s’était pourtant juré de n’être attentive qu’au lourd programme à entreprendre, mais la pluie, au cours de la nuit, avait si bien rajeuni la verdure, dressé la tête altière des pivoines et tempéré les ardeurs du soleil, que Caroline, sans même se donner la peine de choisir le côté de l’ombre, allait, enivrée, sur la route. Au fond du paysage, le ciel se mirait dans le fleuve bordé d’un épais feuillage. « Quelle pitié, s’avouait-elle, de s’enfermer dans une boutique à respirer l’encre d’imprimerie, avec des textes incolores, quand on ne devrait avoir besoin de savoir rien de plus que la beauté du jour ! »

Elle ne pouvait s’en taire, même arrivée au journal.

— Oui, il fait beau, remarqua d’un air blasé Salvator, qui parcourait placidement la gazette du matin. Mais regardez les grands tirants blancs, vers le nord : c’est signe de pluie.

Caroline haussa les épaules.

— Comment ! reprit-il. V...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search