Version classiqueVersion mobile

Tu seras journaliste

 | 
Germaine Guèvremont

Tu seras journaliste

Chapitre XII123

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Caroline ne ferma pas l’œil de la nuit : la crainte d’avoir commis quelque maladresse dans la préparation de sa première nouvelle la tint éveillée jusqu’à la pointe du jour. Quelques heures d’un sommeil agité ne l’aidèrent en aucune façon à se calmer.

Dès qu’au tournant de la montée, la locomotive jeta un premier coup de sifflet annonçant l’approche du train de Montréal, Caroline s’élança vers le bureau de poste. Très émue, elle dut s’arrêter sur le bord du trottoir et ne vit même pas la neige, fine et régulière, qui rosissait sous un soleil argenté.

L’Anse-à-Pécot, tantôt une ville endormie, s’éveillait en sursaut. Les yeux des maisons s’ouvraient ; les rideaux, paupières des fenêtres, se soulevaient. De tous les coins de rues et des cours émergeaient soit des hommes affairés, des femmes curieuses qui hâtaient le pas ou des flâneurs, âmes en peine qui, pour tromper le temps, suivaient les autres à pieds traînants. Une fois de plus, l’événement quotidien se renouvelait : le train de M...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search