Version classiqueVersion mobile

Tu seras journaliste

 | 
Germaine Guèvremont

Tu seras journaliste

Chapitre V

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Caroline n’aurait pas que l’apprentissage de son métier à faire : il lui faudrait se familiariser avec la petite ville. Dans une grande ville où l’on trouve, selon Sinclair Lewis, « la généreuse indifférence38 », on n’appartient à personne ; dans un village, on s’appartient, mais dans une petite ville, on appartient à tout le monde39. Elle avançait donc à petits pas comme quelqu’un qui cherche à tâtons son chemin dans l’obscurité.

Le typographe n’avait pas voulu laisser à d’autres le soin de dénicher la famille où Caroline logerait : ce serait chez lui, Lauréat Bonneville, pourvu qu’elle ne se montrât pas trop exigeante et qu’elle consentît à donner quelques leçons à sa fillette. Les époux Bonneville en vinrent avec Caroline à une entente qui parut avantageuse pour tout le monde.

Mariange Bonneville fut on ne peut plus émerveillée de découvrir en Caroline la jeune personne qui l’avait intéressée dans le train. De son côté, Caroline ne fut pas moins saisie de se voir installée à demeur...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search