Version classiqueVersion mobile

Parti pris littéraire

 | 
Lise Gauvin

Postface. Parti pris est mort, mais la question de la langue demeure

André Major

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je dois l’avouer d’entrée de jeu, c’est sans la moindre nostalgie que je viens de relire l’étude que Lise Gauvin a consacrée aux quelques écrivains qui, au début des années 1960, s’étaient lancés avec moi dans la mêlée en affichant haut et fort leur parti pris. Quand le premier numéro de la revue Parti pris a paru, en octobre 1963, il y a donc près de cinquante ans, j’avais vingt et un ans, l’âge où on avait alors le droit de vote et celui de se saouler en toute légalité. Ce n’était pas suffisant pour les jeunes gens en colère que nous étions. Nous trouvions que l’Histoire traînait les pieds et qu’il fallait lui faire violence, même si le terrorisme ne devait guère tarder à nous apparaître comme un cul-de-sac. Il nous fallait un lieu pour le dire – une revue et une maison d’édition –, mais le dire comment ? C’est ce comment dire le réel québécois qui occupe la plus grande place dans cet ouvrage. Car la problématique de la langue, à laquelle désormais on résume l’aventure de Parti pr...

Auteur

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search