Version classiqueVersion mobile

Parti pris littéraire

 | 
Lise Gauvin

Chapitre 6. Le difficile accès à la parole : récits*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« On ne parle pas de Saint-Henri avec la langue du duc de Saint-Simon, »
André Major
(Parti prie, vol. I, no 8, p. 57)

« Mais il faut convenir que de tous les moyens de description (puisque jusqu’à présent la littérature s’est surtout voulu cela), l’appréhension d’un langage réel est pour l’écrivain l’acte littéraire le plus humain. »
Roland Barthes
(Le Degré zéro de l’écriture, p. 71)

À quelques années de distance, l’on s’étonne du scandale causé en son temps par la publication des premiers romans de Parti pris. Cette polémique retentissante a aujourd’hui gagné les fichiers de l’histoire littéraire au même titre que la conspiration du silence qui entoura les œuvres d’Albert, Laberge et l’excommunication qui suivit les Demi-civilisés de Jean-Charles Harvey. La querelle du joual, si elle est encore actuelle, est devenue plus avare d’anathèmes et le succès d’un Michel Tremblay témoigne que l’on1 accepte aujourd’hui sans une conscience trop lourde que les écrivains ne puissent s’instituer en...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search