Version classiqueVersion mobile

Parti pris littéraire

 | 
Lise Gauvin

Chapitre 5. Un pays à mettre au monde : poèmes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ô jour, fable à réinventer
Nous ne fûmes jamais du jour. »
Paul Chamberland
(Terre Québec, p. 18)

« Ubi bene, ibi patria
En réalité la patrie est aussi là où l’on est très mal. »
Ilya Ehrenbourg
(Cité par Jacques Brault, « Suite fraternelle », Parti pris, vol. I, no 2, novembre 1963, p. 39)

« La poésie n’a pas d’âge mais elle est toujours d’une époque », disait un jour Gaston Miron. La poésie québécoise, encore plus qu’une autre, se lit sous l’éclairage de ces temps de l’histoire qu’elle a souvent voulu rejeter. Fréchette le romantique, Nelligan le rêveur, Morin l’esthète, Saint-Denys Garneau le solitaire, sauraient-ils s’entendre pleinement, malgré la variété des interprétations possibles, sans référence au contexte de l’heure ? Les œuvres récentes, et celles de Parti pris tout spécialement, s’inscrivent dans ce mouvement alterné d’affirmation et de révolte qui a marqué le Québec des années 60.

En 1958, des textes réunis sous le litre la Poésie et nous reprennent les paroles prononcées l’...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search