Version classiqueVersion mobile

Parti pris littéraire

 | 
Lise Gauvin

Chapitre 3. L’épopée du joual

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je serai d’ici ou je ne serai pas. J’écrirai joual ou je n’écrirai pas et comme à joual donné on ne regarde pas la bride... »
Gérald Godin
(« Le joual et nous », Parti pris, vol. II, no 5, p. 18)

L’erreur trop souvent commise à propos de Parti pris a été d’enfermer le groupe dans des revendications purement linguistiques. Le joual piaffant et hennissant qui soudain fit irruption sur les traces encore fraîches du Frère Untel ne manqua pas d’étonner le public lecteur du temps qui en fit son cheval de bataille. Et le spectacle alla bon train des opinions, des contre opinions, des études, des critiques et des essais sur ce périlleux sujet de la langue au Québec. Dans cette galopade effrénée on en vint, comme c’était à prévoir, à oublier le point de départ de l’aventure ; d’une conséquence (l’utilisation du joual par les écrivains) on fit un but (la littérature joualisante). Cette méprise eut la vie longue. C’est la raison pour laquelle, sans négliger cet aspect des options littéraires de...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search