Version classiqueVersion mobile

Parti pris littéraire

 | 
Lise Gauvin

Chapitre 2. Profession : écrivain

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’écrivain est la conscience malheureuse de la société dont il fait partie. »
GéraldGodin
(L’Âme du Canada français, 1967)

« En l’épuisant dans un article rituel, la danse des mots sur la ligne d’horizon réconcilie l’homme avec son irréalité. Dans notre pays désagrégé, je refuse l’apaisement que j’ai trop longtemps cherché dans la cérémonie bégayante de l’écriture. »
HubertAquin
(« Profession : écrivain », Parti pris, vol. I, no 4, p. 27)

L’écrivain de Parti pris, nous le savons déjà, s’accommode mal d’un certain brevet d’irresponsabilité ou d’une certaine innocence qui avaient orienté plusieurs générations précédentes vers une littérature d’évasion. Non seulement cet écrivain n’est plus celui qui, tel le Denis Boucher d’Au pied de la pente douce, rêve de promotion sociale par le biais de l’écriture, mais il est également celui qui a à définir son nouveau visage et sa condition, celui qui ne peut plus se réfugier derrière le masque de l’art pour tenter d’échapper à l’angoisse et à l’éch...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search