Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Les débuts de l’école littéraire de Montréal1

Texte intégral

  • 1 « Les débuts de l’École Littéraire de Montréal », Le Canada, 16 octobre 1928, p. 4, et 17 octobre 1 (...)

En 1909, au moment où il l’invite à collaborer à la revue Le Terroir, Germain Beaulieu signale à Dantin que son « historique » de l’Ecole littéraire dans sa préface à Émile Nelligan et son Œuvre est « un tissu d’erreurs ». Celui-ci lui répond, le 12 avril 1909 : « J’ai écrit tout cela de la meilleure foi du monde. Personnellement, je ne savais rien de l’École, et, hormis Nelligan, ne connaissais aucun de ses membres. J’ignorais le premier mot de vos origines et de vos progrès. Tout ce que j’ai dit là-dessus, je l’ai appris dans une conversation d’une demi-heure avec Nelligan, et j’ai répété en simple perroquet tous les détails qu’il m’a fournis. Il est probable que Mr Ab der Halden les a répétés à son tour pour les avoir lus dans ma préface ; et c’est ainsi que les légendes se perpétuent ! Je regrette d’avoir induit le public en erreur, et, puisque je dois reprendre le sujet dans le Terroir, l’occasion ne serait-elle pas excellente pour remettre les choses au point ? Dites-moi donc quelque jour en quoi mon récit pèche contre l’exactitude, et je ferai mon profit de vos observations dans l’article à venir » (cité dans Louis Dantin, p. 96-97). Beaulieu lui envoie par retour du courrier les procès-verbaux des séances de l’École. Dantin lui répond, en mai : « Je vous remercie de me permettre de rectifier ainsi, à l’aide de documents authentiques, les fausses notions que, bien innocemment, je vous assure, j’ai contribué à répandre. Par ces documents il est clair que, la grande injustice de ma Préface, c’est à votre égard que je l’ai commise. Vous avez été dès le début l’âme dirigeante de l’École, et elle vous a dû ses premiers progrès, comme elle vous doit maintenant sa résurrection. Vous avez droit à une part très large dans tout récit impartial de ses origines, et ça été un véritable escamotage de la part de Nelligan de ne m’avoir pas signalé ce rôle et cette influence. Je compte remplir cette lacune dans le petit article que je vous ai promis » (ibid., p. 98-99).

***

  • 2 En 1902, dans son étude sur Nelligan parue dans Les Débats, Dantin donnait à entendre que la « supr (...)

1Il est bien reconnu que l’École Littéraire de Montréal a daté une époque dans l’évolution de la poésie canadienne. Le mouvement de 1860, avec Crémazie et Fréchette, avait emboîté, un peu en retard, les traces romantiques, élu pour ses dieux Hugo et Lamartine, alors que déjà montaient à l’horizon Leconte de Lisle, Charles Baudelaire, Sully Prudhomme et Léon Dierx. Les décades qui suivirent gardèrent cette direction, ignorant à peu près les astres nouveaux, plus encore les vagues nébuleuses qui cherchaient, au même temps, à se condenser en théories : le symbolisme, le verlainisme, leurs prophètes Mallarmé, Rimbaud, Verhaeren, Henri de Régnier. Soudain, vers 1895, quelques-uns de nos jeunes s’éveillèrent à ces voix récentes, constatèrent que notre heure retardait presque d’un demi-siècle, et, brûlant les étapes, s’élancèrent d’un bond dans les avant-gardes. De ce moment, la poésie changea chez nous de vêtements et de contours ; elle s’adapta aux modes esthétiques, proclama les dernières formules, se para de rythmes plus larges, d’assonances rajeunies. Même en se demandant si son niveau total s’en est élevé de beaucoup, il faut reconnaître qu’elle a parlé depuis un langage plus contemporain, mieux répondu aux conceptions de l’âme moderne. L’École Littéraire, issue de ces tendances, fut le ressort majeur de cette transformation. Elle groupa les enthousiasmes, organisa les tentatives éparses, et lança à l’assaut des anciennes redoutes toute une nuée d’esthètes bouillants de foi et de valeur. Ses fortunes ont, depuis, subi des oscillations diverses2. Elle a eu des périodes d’obscurcissement et d’inertie. Son influence, sinon annulée, s’est transmise parfois comme dans l’ombre. Même à présent, quoique bien vivante, elle a renoncé, semble-t-il, à l’apostolat et à la publicité. Elle constitue un cercle intime où des gens d’esprit viennent causer, goûter ensemble de belles œuvres, lire des inspirations inédites, et que la galerie laisse indifférents. De là surgit, à de longs intervalles, quelque recueil d’essais auxquels ils ont collaboré, ou plus fréquemment l’œuvre isolée d’un des membres. Et ceci est, en soi, fort bien, excellent même ; on regrette néanmoins que cette société se recrute à peine, qu’elle n’attire plus à elle la jeunesse éprise d’art qui la ramènerait à ses origines et lui infuserait une chaleur active ; qu’elle se contente de suivre une poussée qu’elle avait autrefois conduite. Il y a encore tant à faire pour la cause du beau littéraire et de sa culture parmi nous ! Elle demeure, en tout cas, une réaction utile, contre le prosaïsme ambiant ; elle nous offre l’exemple d’une fidélité de trente ans aux pures recherches intellectuelles, et elle représente un moment d’histoire qu’il est intéressant de retracer.

  • 3 C’est ce que fera, en 1935, Jean Charbonneau, l’un des fondateurs de l’École littéraire de Montréal (...)

2J’eus l’occasion de parcourir (il y a fort longtemps déjà) les comptes rendus officiels des premières séances de l’École. Les extraits que j’en fis alors forment la base des notes suivantes où se résument les faits principaux de sa fondation et de ses cinq premières années. Est-ce une indiscrétion de les révéler au public ? Il me semble que non : ces réunions, quoique privées, n’eurent aucun caractère secret. Mais en tout cas j’invoque l’excuse de l’historien et du critique, personnages indiscrets par profession. Et puis, ces documents sont tout à la louange de l’œuvre et de ses pionniers ; ils ne peuvent qu’attirer sur l’institution qui survit un intérêt qui semble languir. Je laisse à ce carnet son décousu et son style d’inventaire. Il appartient à quelque ancien de l’École elle-même d’en écrire une histoire suivie3, où l’élément humain, le souvenir et l’anecdote rendront la statistique vivante.

  • 4 Le Passe-temps du 7 décembre 1895, sous la signature d’Albert Ferland, reprenait ainsi la nouvelle  (...)
  • 5 Georges-A. Dumont fut membre de l’École littéraire de Montréal ; il a collaboré à deux reprises aux (...)

3C’est le 23 novembre 1895 que le journal La Presse annonçait la naissance de la nouvelle guilde littéraire4. Il expliquait en termes brefs son but, sa raison d’être, et transcrivait la liste entière de ses premiers membres. Cette liste nous offre un intérêt vital : c’est la tablette des « fondateurs », de ceux qui avaient conçu l’œuvre, en avaient tracé les grandes lignes, et, depuis plusieurs mois sans doute, travaillaient à la recruter. Lequel d’entre ceux-ci en eut l’inspiration première, engagea, de fait, les premières démarches ? Cela reste incertain, au milieu de souvenirs vagues et quelque peu contradictoires. Il semble que, sur ses origines, l’École ait déjà une légende. Une version que j’en ai présentée jadis a été contestée, et j’en ai depuis entendu deux autres. La suivante cependant, que j’emprunte aux Réminiscences de G.-A. Dumont5, et qui est confirmée par d’autres anciens, me paraît réunir des témoignages définitifs :

4« Un soir que Jean Charbonneau, accompagné de Paul de Martigny, revenait d’un banquet politique, ils s’arrêtèrent au restaurant Ayotte, rue Sainte-Catherine Est, rendez-vous des universitaires et des jeunes intellectuels d’alors. Tout en brûlant une cigarette, ils causèrent du banquet d’où ils revenaient, déplorant le français parlé par quelques orateurs, surtout par l’un d’entre eux, en ce temps-là fort à la mode. Ils se dirent qu’il y aurait moyen de combattre ce mauvais langage en fondant une société qui aurait pour mission de travailler à l’amélioration de la langue parlée chez nous. De la pensée à l’exécution, la distance fut courte. Dès le lendemain Jean Charbonneau, avec le concours de Louvigny de Montigny, débrouillard à cette époque comme toujours, recrutait des membres pour la future association. »

5Et ceci est, me semble-t-il, non seulement appuyé en fait, mais d’accord avec la logique des choses. Certes, on n’est pas surpris de trouver à la tète d’un pareil projet Jean Charbonneau, esprit voué aux poursuites esthétiques et de tout temps zélé pour la cause des lettres ; Paul de Martigny, dilettante raffiné, puriste et critique par instinct ; et Louvigny de Montigny, ce luron spontané, pétillant, joyeux, toujours prêt à servir quand il s’agit d’une lutte pour notre langue française.

  • 6 « Le soir venu, les drames de la vie réelle faisaient place aux pacifiques assises de l’Idée ; les (...)

6À défaut d’un local pour la première séance, ce fut de Montigny qui obtint les clefs de la cour de police où d’ordinaire siégeait son père, et, par un soir obscur, qui y introduisit ce tribunal d’un nouveau genre. Pour une fois, « les drames de la vie réelle firent place aux assises de l’idée ; les métaphores volèrent dans la salle où avaient retenti les objurgations et les amendes6 ». Ce bruit inusité attirant l’attention du poste de sergents qui occupait la pièce voisine, peu s’en fallut que la séance ne fût coupée court. Mais elle put procéder, après explication, élaborer ses plans, et donner même à l’œuvre des cadres, une organisation complète. Ce soir même, ou très peu après, Germain Beaulieu fut élu président ; Wilfrid Poitras, vice-président ; Louvigny de Montigny, secrétaire-archiviste ; Jean Charbonneau, secrétaire-correspondant ; et G.-A. Dumont, trésorier.

7L’École sait fort bien choisir en plaçant Beaulieu à sa tête ; car, artiste, érudit, mélomane et poète, c’est un esprit fin, cultivé, d’une distinction native, d’une activité persistante et calme. La carrière qu’il s’est faite a été précoce et rapide. À quatorze ans il a enseigné la musique après l’avoir apprise onze mois ; il a failli, à dix-sept ans, enseigner le latin sans l’avoir appris du tout. Il s’inscrit à l’École Normale, et, dans les loisirs que lui laisse la pédagogie, il cultive l’histoire naturelle, l’entomologie, la botanique, et devient le savant qui se révélera plus tard dans Le Monde des petits êtres. En sept mois il ingurgite assez de latin, de grec, de littérature et d’histoire pour être admis à l’étude du droit. Il conquiert ainsi la jeune fille objet de ses rêves, et sa vie se poursuit dès lors avec un nouvel aiguillon. Il se fait au barreau une place respectée, ce qui n’empêche des excursions dans le professorat, le journalisme, le théâtre, et même la sociologie pratique. Quant à la poésie, elle a été de tous ses états, de toutes ses années, parce qu’il la portait en lui-même. Est-il rien d’étonnant qu’il dirige un foyer qui saura à la fois la concentrer et la répandre ?

8Les confrères inscrits au registre sont : Paul de Martigny, Gustave Comte, Alban Germain, E.-Z. Massicotte, Jules Leclerc, Gonzalve Desaulniers, Albert Ferland et Joseph Mélançon. Ce sont, pour la plupart, des jeunes gens encore peu connus, dont quelques-uns peinent dans le journalisme, d’autres dans des bureaux d’affaires ou même dans d’humbles métiers. L’un d’entre eux, Gonzalve Desaulniers, n’est ni si obscur ni si jeune : c’est un avocat qui a fait sa marque, un poète distingué dont le nom s’associe à ceux d’Évanturel, de Gingras, de Fréchette ; mais il garde de la jeunesse tout l’élan, tout l’enthousiasme : il sera à sa place parmi cette assemblée d’éphèbes. Gustave Comte commence seulement à percer comme chroniqueur et comme critique. E.-Z. Massicotte illustre déjà d’un crayon habile des monographies historiques présageant des études de très haute valeur. Des autres on peut dire seulement qu’ils travaillent, riment par aventure, et désirent s’entr’aider dans la conquête d’idéals vaguement sentis.

9Le cahier des séances s’ouvre par la réunion du 10 septembre 1896. C’est du moins le premier cahier qui soit tombé entre mes mains. Voici donc dès l’abord dans ces comptes-rendus une lacune de près de dix mois. L’École, évidemment, s’assembla dans cet intervalle ; aurait-on négligé d’en recorder les discussions ? Les feuilles en furent-elles égarées, ou restent-elles enfouies dans quelque tiroir ? Mystère à éclaircir, et qui laisse flotter un brouillard sur ces plus anciennes origines. Ce sera, si l’on veut, l’âge mythique, qu’il faut reconstruire par l’imagination, et qu’on peut peupler à son goût d’efforts embryonnaires ou de magnifiques exploits. En attendant qu’on retrouve ces archives, il faut dater l’ère historique de ces ides de septembre, où l’on note la réélection de Germain Beaulieu à la présidence, et qui montrent une routine courante apparemment bien établie dans les procédés et les palabres. Dès cette séance on organise un système régulier de critique pour tous les travaux présentés. Chaque auteur sera épluché d’office à la séance suivante par un membre désigné au préalable. Et l’on voit par les résumés de ces critiques que les confrères avaient leur franc parler.

10La session du 24 septembre révèle un des moyens que l’Ecole avait adoptés pour encourager l’effort littéraire : l’institution d’un système de prix pour les travaux les plus méritoires. Ces prix consistaient en volumes, joignant ainsi une éducation à leur valeur de récompense. Ce soir-là, Alfred Desloges, un nouveau membre admis durant l’année, reçut Jack de Daudet pour la « meilleure nouvelle », et Jérusalem, de Loti, échut à Joseph Mélançon pour les meilleurs vers. À ce moment, le rôle des membres s’était accru, en outre, de Henry Desjardins, L.-J. Belliveau, Pierre Bédard, Charles Gill, et Arthur de Bussières. Ces deux derniers, bien originales figures, dont l’un laisse un nom dans nos lettres et l’autre dans les annales d’une bohème sans frein. Albert Laberge, qui n’est pas nommé, a pourtant figuré dans quelqu’une de ces promotions, s’il n’était de la toute première. Gill paraît avoir débuté à cette séance par la lecture d’un « Sonnet à une courtisane », et Mélançon, sa palme encore toute fraîche, déclama une « Chanson de fille », « spécimen assez bien réussi, dit le rapport, du sentiment populo-réaliste », quoi que cela puisse signifier. Germain Beaulieu y traita aussi dans une conférence de « l’utilité pour l’homme de lettres d’étudier les sciences et les arts ». « En écrivant, dit-il, il faut avoir un but, mais aussi des idées ; or, c’est ce fonds qui nous manque le plus ; l’absence d’idées, la pauvreté de l’érudition, la maigreur des connaissances générales, voilà ce qui rend faible notre littérature canadienne. » Et jamais axiome plus vrai, jamais conseil plus sage, ne furent posés devant des apprentis poètes.

11À dater de ce jour, les séances, qui jusqu’ici s’étaient tenues deux fois le mois, eurent lieu toutes les semaines. On s’assemblait tantôt à la demeure du président, tantôt chez l’un des secrétaires ou chez Alfred Desloges.

12À l’item du 1er octobre, on lit cette note discrètement sévère : « Deneault fait son entrée après plusieurs absences. » C’est la seule mention qui soit faite de M. Deneault comme confrère ; ses absences prirent sans doute la nature d’une institution. M. Mélançon récita une pièce, la « Chanson des endolories ».

13À l’item du 1er octobre, on lit cette note discrètement sévère : « Deneault fait son entrée après plusieurs absences. » C’est la seule mention qui soit faite de M. Deneault comme confrère ; ses absences prirent sans doute la nature d’une institution. M. Mélançon récita une pièce, la « Chanson des endolories ».

14C’est au sein de l’École que germa la première idée d’un monument à Crémazie. Dans la session du 8 octobre, ce projet, soulevé, obtint l’adhésion unanime. Un comité composé de MM. Beaulieu, Dumont et Desjardins fut chargé d’en faire part à M. Fréchette et de réclamer son appui.

15Les passes d’armes entre camarades sont parfois violentes. Le 5 novembre, Albert Ferland présente une dissertation esthétique sur « Le laid et le ridicule ». « On fait, dit le cahier, plusieurs remarques qui montent au nez de M. Ferland. La discussion devient si animée que M. le président doit y mettre fin. » C’est qu’Albert Ferland est un convaincu, un sincère, pour qui l’art est un sacerdoce, et qui ne badine pas avec les choses saintes. Une autre fois, c’est un membre admis le jour même qui, mécontent de la façon dont on reçoit ses rimes, donne sa démission illico et quitte la séance.

16Le 29 octobre, on inaugure un nouveau local, fourni gracieusement par les autorités de l’Université Laval, à la demande de M. H. Germain. C’est la première fois que l’École va se trouver un peu chez elle. Évidemment, elle excite déjà l’intérêt des cercles littéraires, a gagné même la bienveillance de nos plus hautes institutions.

17Le 21 décembre, M. Mélançon lit un « drame-express en cinq actes » intitulé : « Une pomme à manger ». On serait curieux de savoir quels effets dramatiques il avait tiré de cette pomme, à moins que ce ne fût la pomme d’Ève elle-même. L’auteur se révèle en tout cas, ici et ailleurs, un des travailleurs les plus assidus et les plus actifs de l’École.

18L’année 1897 voit poindre des projets mieux organisés et plus vastes. Dans la séance du 25 janvier, on décide de créer, à l’usage des confrères, des cours de sciences et de lettres qui seront répartis entre chacun d’eux, et l’on en dresse le programme suivant : — E.-Z. Massicotte, botanique ; Germain Beaulieu, histoire naturelle ; Jean Charbonneau, philosophie ; Henry Desjardins, histoire de la littérature ; Joseph Mélançon, poétique ; G.-A. Dumont, histoire du Canada, Arthur de Bussières, architecture ; Albert Ferland, esthétique. Programme, on le voit, assez étendu, visant à une culture complète, dénotant l’ardeur de savoir qui animait tous ces jeunes gens. Une lacune peut-être s’y trouve : celle d’un cours de grammaire française, de grammaire supérieure, s’entend, cette base essentielle du style qui, mieux que la rhétorique elle-même, apprend à écrire et à parler. Chaque membre avait d’ailleurs, dans cette distribution, le sujet qui lui convenait davantage, auquel son goût et ses études l’avaient le mieux préparé.

19Les cours commencent le 3 février par la conférence de M. Beaulieu sur « Les grandes divisions de l’histoire naturelle ». Henry Desjardins lui succède, et sa première leçon a pour titre : « Aperçus généraux sur la littérature ».

20Dans la séance du 10 février, un jeune homme aux traits affinés, à l’œil intelligent et clair, aux cheveux débordants, à la pose un peu solennelle, voit sa candidature admise. Plus qu’aucun autre, peut-être, par son talent et ses malheurs, il créera à l’École une renommée : c’est Émile Nelligan. Ses deux pièces, « Berceuse » et « Le voyageur », ont été acceptées à l’unanimité. Il les a déclamées, sans doute, en gestes élargis, avec un sentiment intense. Que sont devenues ces deux poésies ? Elles ne figurent pas dans la collection de ses œuvres. Les manuscrits existeraient-ils ? Où retrouver ceux de « Tristia », « Sonnet à une villageoise », « Aubade », « Sonnet hivernal », « Harem céleste », lus à des sessions subséquentes ? On aimerait à le découvrir, quoique je soupçonne ces premiers essais d’avoir été des ébauches d’apprentissage, sans valeur achevée et définitive.

21Le 25 février, Gustave Comte, apparemment adjoint à la « faculté » de l’École, discourt sur les « Préliminaires de l’histoire ». Le 3 mars, c’est Jean Charbonneau, traitant de la « Philosophie de l’idée ». Le 10 mars, Germain Beaulieu attaque l’étude des « Vertébrés » ; dans d’autres réunions il exposera des « Notions d’anthropologie » et décrira la « Vie des insectes ».

22Toute cette année s’écoule sans événement très saillant, mais occupée par ces études sérieuses, par la lecture d’essais sur des sujets divers et les passes d’idées qu’ils provoquent. Le 18 mars 1898, je constate que la liste s’est augmentée de Firmin Picard, Wilfrid Larose, J.-G. Boissonneault, J.-V. Legault, Alphonse Gingras et R. Leduc. Ce même jour, un nouvel honneur échoit à l’École Littéraire, prouvant l’intérêt grandissant que son effort excite : on annonce que la société Numismatique lui ouvre, pour ses séances, les portes du Château Ramesay. Aucun lieu pourrait-il, mieux que ces vieilles salles historiques, inspirer ces chercheurs d’un art national, faire résonner leurs phrases et leurs strophes ?

23Contraste renversant ! Le 1er avril, le trésorier, d’une voix sans doute un peu dolente, rapporte qu’il a deux dollars et quatre-vingt-treize sous en caisse ! Le souffle heureux qui enfle la voile n’a pas suffi à gonfler la bourse. L’assemblée n’en est pas extrêmement émue : elle a la belle indifférence des poètes pour le vil métal. Voulant, au contraire, s’affirmer d’un geste grandiose, elle nomme, séance tenante, un « comité de législation », dont le but, je suppose, sera de réviser ses règles. Il faut croire que ses lois ne coûtent pas autant à produire que celles de notre monde pratique.

24Une question importante s’imposait à ce comité. Fallait-il élargir le cercle de l’École, y admettre, en outre des jeunes, les littérateurs de carrière, les écrivains déjà parvenus ? Cette idée, lancée au hasard, avait déjà fait son chemin. Elle tentait, comme tout ce qui semble une croissance. En attendant, on avait offert à M. Fréchette, notre poète le plus en vue, la présidence honoraire de l’œuvre, et, par une lettre du 28 mai, il signifiait aimablement son acceptation.

  • 7 Dans une lettre à Germain Beaulieu, Dantin écrivait : « J’étais présent à la séance où [Wilfrid Lar (...)

25La séance du 10 juin fournit un incident qui met dans l’histoire de l’École un élément presque comique. M. Wilfrid Larose, un des membres nouveaux venus, avait traduit pour ses confrères un discours de Chauncey Depew, le sénateur yankee, prononcé devant les élèves du Collège Eastman de New York. Une courte introduction du traducteur lui-même commençait par ces mots : « Eastman n’était pas de ces tristes rêveurs, de ces anachronismes vivants, qui croient nécessaire de passer tous les siècles en revue avant de s’arrêter à celui où ils existent : c’était tout simplement un homme de bon sens, un homme d’affaires. » Suivait le discours, dont l’auteur, avec une sagesse toute pratique, disait les secrets d’arriver dans le monde moderne : l’entraînement spécifique pour toute besogne où l’on veut primer, l’éveil à saisir les occasions, le travail endiablé, l’économie, la tempérance, la religion, le mariage ; — le tout servi avec une certaine verve et cette bonhomie facile des gens parvenus. Ces aphorismes convenaient peut-être à une classe de commerce ; ils n’avaient qu’un défaut : par des assertions souvent directes, et par le commentaire dont les parait leur interprète, ils enseignaient le mépris de l’éducation théorique, l’inutilité de la haute culture, montraient que les hommes à millions étaient souvent des ignorants en dehors de leurs connaissances techniques, prêchaient, en un mot, la course au succès mesuré en avancement et en dollars, la conception américaine, bassement utilitaire, de la vie. Ils restaient donc très loin de toute littérature, hostiles à l’idéal et aux pures poursuites de l’esprit. Quelqu’un, semble-t-il, eût dû se lever, protester contre ces théories bourgeoises, en conflit évident avec le but même de l’École. Le compte rendu nous glace en notant qu’au contraire le discours fut « fréquemment applaudi ». Nul n’avait aperçu l’ironie d’une pareille doctrine dans une assemblée de poètes ! Ce même discours sera répété plus tard en séance publique ; il figurera dans les Soirées du Château Ramesay ; et Chauncey Depew prendra place, sans une voix contraire, parmi les prophètes et les guides de nos écrivains ! Phénomène amusant qui montre qu’une absurdité même, mise à l’abri d’un nom connu, montée avec assez d’aplomb, est parfois acceptée de confiance, avalée tout d’un trait sans même racler le sens critique7.

26Ce fut sans doute ce magistral début qui valut à M. Larose d’émerger comme vice-président à l’élection suivante. Germain Beaulieu, une fois de plus, était maintenu à la première place.

27L’École avait vécu, elle prospérait, elle commençait à rayonner. Il était temps qu’elle agrandît son influence et montrât au dehors l’œuvre accomplie. Le 14 septembre, il fut décidé de donner à l’automne une séance ouverte, où serait convié tout Montréal critique, et la préparation en commença sans plus tarder. En même temps, la question de l’extension des cadres par l’admission d’auteurs plus mûrs et déjà connus se résolvait en principe par l’affirmative. Un comité composé de MM. Desrosiers, Larose, Beaulieu et Massicotte se prononçait, le 12 octobre, en faveur du projet, M. Beaulieu émettant la seule voix dissidente. L’École, théoriquement, se trouvait transformée en Société de Gens de Lettres, ayant pour but de grouper, sans distinction, tous les écrivains de langue française du pays. Ce plan ambitieux ne paraît pas avoir eu de suite ; il n’est même pas certain qu’il fut voté par l’assemblée entière. On se demande si cette évolution eût constitué un réel progrès, si l’élément conservateur introduit par ces étrangers n’eût pas entravé cette jeunesse, restreint ses curiosités hardies. Elle avait bien le temps de s’apaiser et de vieillir !

28Le 18 novembre 1898, Germain Beaulieu, pressé par des tâches personnelles qui absorbent trop de ses loisirs, se voit forcé de donner sa démission. L’École Littéraire le regrettera : il a été son président depuis sa fondation (à moins d’un interrègne non signalé dans ces archives et qu’aurait rempli Charles Gill ?) et il l’a bien et sagement conduite. M. Wilfrid Larose est choisi pour lui succéder.

29Toutes les pensées des membres se concentrèrent dès lors sur la prochaine séance publique, dont on entendait faire une manifestation d’éclat. Elle eut lieu le 29 décembre, devant un auditoire nombreux, avec un succès distingué. Louis-Honoré Fréchette, le président d’honneur, lui apportait l’appoint et la réclame de sa renommée. Le clou de la soirée fut la lecture qu’il fit de son drame encore inédit, Véronica, et maints applaudissements accueillirent les tirades de Pietro, de la Duchesse et de Stella, faibles échos, hélas ! de la grande manière romantique. Gonzalve Desaulniers, Jean Charbonneau, Arthur de Bussières, E.-Z. Massicotte lurent aussi des essais ou des poésies. « Ce qui distingue tous ces travaux, disait La Patrie du lendemain, c’est une originalité réelle. Dans tout ce qui a été dit hier il y avait une pensée personnelle exprimée... À dater d’aujourd’hui, grâce à l’École Littéraire, les “jeunes barbares” que Buies a fouaillés sont morts. De leurs cendres est sortie une pléiade d’artistes convaincus et consciencieux. » On peut souscrire à cet éloge discret. Ces envolées d’essai pouvaient être hésitantes, se ressentir d’une formation trop courte, mais avec une belle liberté elles cherchaient, elles ouvraient une voie.

30Les confrères s’efforçaient d’ailleurs de combler leurs lacunes, et c’est un moyen admirable que leur suggéra Gonzalve Desaulniers : celui de lire chaque semaine et d’étudier en séance dix pages du dictionnaire français. Le compte-rendu constate que, le 27 janvier 1899, on discuta, comme leçon du jour, depuis le mot « acariâtre » jusqu’au mot « acéré ». Et je doute fort que cela fît dix pages ; mais aussi, dix pages, c’était trop : l’Académie ne va pas si vite en besogne.

31Le 17 février, l’École admit Hector Demers, jeune homme excellemment doué, d’une sensibilité exquise, d’un style poétique déjà ferme, mais qui devait, victime d’une destinée tragique et après une lutte pitoyable, sombrer dans le même abîme qu’Émile Nelligan. Deux « pauvres Lélians », jumeaux par le talent comme par le malheur, et dont nos muses eussent été fières. Un seul volume, Les Voix champêtres, nous reste pour attester les dons d’Hector Demers et nous faire pleurer son naufrage.

32Une deuxième séance publique, le 24 février, attira au Monument National une foule sympathique, curieuse d’entendre L.-O. David dans un discours sur Lafontaine et Papineau. On sait avec quelle chaleur le vieil historien savait parler de ces « patriotes » qu’il avait connus, de cette époque troublée dont il avait partagé les luttes. Sa conférence eut un succès d’enthousiasme qui mit un peu dans l’ombre les contributions des jeunes « écoliers », tout en rendant service à leur cause.

  • 8 Dans la même lettre à Germain Beaulieu, Dantin écrivait : « M. Larose a publié aussi les Soirées, e (...)

33Moins de deux mois après, le 7 avril, nouvelle réunion ouverte où M. Fréchette lit quelques-uns de ces contes du cru, « Coq Pomerleau », « La tête à Pitre », etc., émaillés d’une gaieté très franche, si parfois passablement fruste. Le président annonce la prochaine publication d’un volume où seront colligés les meilleurs travaux de l’École. Ce volume ne parut que l’année suivante, sous le titre de Soirées du Château Ramesay. On y trouve des essais d’à peu près tous les membres, et l’on y peut juger de la somme de promesses qu’offraient tous ces talents en herbe. Il est très peu de ces proses ou de ces rimes qui ne révèlent une âme travailleuse, le germe ou la pousse d’un écrivain. Sans être un monument, ce livre reste un jalon sur la route de nos progrès intellectuels et garde l’intérêt d’une date historique8.

34Le 26 mai, quatrième séance publique au Château Ramesay. La pièce de résistance est le fameux discours de Chauncey Depew, réchauffé pour la circonstance et aggravé de gloses étranges : « Là, s’écrie le commentateur au sujet de l’Ecole Eastman, on débarque de sur le par cœur ! » — « Que vous servirait, ajoute-t-il, d’avoir appris la splendeur de Venise au XIVe siècle, la gloire des Rôles d’Oléron et des Tables d’Amalfi, si vous deviez être aussi empêtré que le plus vulgaire ignorant, quand il s’agirait des moindres détails de la vie journalière, comme d’examiner un livre de comptes, de faire un reçu, un billet, une traite, ou de demander le paiement d’un chèque ? » — Applaudissement sur toute la ligne. — C’est à cette séance qu’Émile Nelligan apparaît pour la dernière fois. Noble comme un jeune dieu, frémissant comme une pythonisse, il lit « Le talisman », « Rêve d’artiste » et « La romance du vin ». M. Gonzalve Desaulniers, le diseur expert que l’on sait, récite sa charmante églogue : « La chevrette »

35Germain Beaulieu n’a pu rester longtemps séparé de l’École. Il y revient le 5 mai, portant, cette fois, le titre de professeur de littérature à l’académie du Plateau, et, le 1er septembre, il est choisi comme trésorier.

36Le 2 avril 1900, une dernière réunion publique est occupée en bonne partie par la lecture de félicitations reçues au sujet du nouveau volume. Signalons ici que M. Larose, par un geste cette fois esthétique et très peu eastmanesque, s’était personnellement chargé des frais de cette publication.

37Le travail attesté par cette œuvre commune semble marquer un apogée. À partir de cette date, il semble que l’énergie s’affaisse et que l’effort se ralentisse. L’assistance des membres aux séances devient très irrégulière ; ils sont le plus souvent réduits à quatre ou cinq. L’œuvre s’enfonce graduellement dans une obscurité souterraine. Je regrette de conclure ces notes sur une période de décadence, mais c’est ici que s’arrêtent les documents passés entre mes mains. Plus tard, l’École Littéraire se relèvera, se retrouvera plus active. Grâce, d’ailleurs, à l’élan qu’elle a imprimé à ses membres, ceux-ci poursuivront, comme individus, les recherches de l’art, de la poésie, de l’histoire, et leurs productions, dans les vingt-cinq années suivantes, auront dépassé la centaine. L’École Littéraire vit encore après trente-trois ans, moins militante peut-être, devenue comme une académie intime, mais protégeant néanmoins le feu sacré, et continuant d’exercer sur nos lettres une influence discrète.

Notes de fin

1 « Les débuts de l’École Littéraire de Montréal », Le Canada, 16 octobre 1928, p. 4, et 17 octobre 1928, p. 4 ; Gloses critiques, t. I, p. 179-199.

2 En 1902, dans son étude sur Nelligan parue dans Les Débats, Dantin donnait à entendre que la « suprême défaite » du poète avait marqué la fin de l’École littéraire de Montréal : « Je ne songe jamais au héros tombé sans regretter la décadence de ce cénacle d’esprits choisis. » Dans Émile Nelligan et son Œuvre (1904), il supprima le dernier paragraphe de ses commentaires sur l’École littéraire de Montréal, notamment la phrase disant : « Je n’ai pas à faire l’histoire d’une déchéance qui dure encore : il me suffit de la déplorer, en souhaitant que l’œuvre galvanise à nouveau ce qui lui reste de vie latente, et revienne à l’entrain et aux belles audaces de ses origines. » Dans un « Post-scriptum » à la « Préface » d’Émile Nelligan et son Œuvre, il ajoutait : « Je dois, pour finir, des excuses à une institution que j’ai crue morte, et qui vit. [...] Les regrets que j’exprimais à son sujet n’ont donc qu’à se changer en félicitations, et si j’ai laissé subsister plus haut mes appréciations premières, c’est pour me donner le franc plaisir de les rétracter ici » (voir ENSO, p. 103-109).

3 C’est ce que fera, en 1935, Jean Charbonneau, l’un des fondateurs de l’École littéraire de Montréal (voir supra, p. 697-702).

4 Le Passe-temps du 7 décembre 1895, sous la signature d’Albert Ferland, reprenait ainsi la nouvelle : « Un certain nombre de “Jeunes” viennent de fonder une société littéraire dont le comité de critique est composé de MM. Gonzalve Desaulniers, Albert Ferland, E. Z. Massicotte et Joseph Melançon. Le secrétaire est M. Jean Charbonneau, 249 rue Saint-Dominique, président, M. Germain Beaulieu ; vice-président, M. J. W. Poitras ; secrétaire archiviste, M. P. de Montigny, trésorier, M. W. Dumont. »

5 Georges-A. Dumont fut membre de l’École littéraire de Montréal ; il a collaboré à deux reprises aux recueils collectifs des Soirées de l’École. Dans L’École littéraire de Montréal. Réminiscences (Librairie G.-A. Dumont, 1917), il évoque les membres les plus importants, sauf Nelligan.

6 « Le soir venu, les drames de la vie réelle faisaient place aux pacifiques assises de l’Idée ; les rimes voletaient dans la salle où avaient retenti les objurgations et les amendes » (ENSO, p. 104).

7 Dans une lettre à Germain Beaulieu, Dantin écrivait : « J’étais présent à la séance où [Wilfrid Larose] lut cette pièce, et je fus stupéfié, je l’avoue, qu’il ne s’élevât pas immédiatement une protestation des rangs mêmes de vos confrères. Comment puis-je croire qu’un homme, excellent peut-être, mais si inintelligent de ce qu’est l’Art littéraire, l’auteur de ces contes vulgaires et fades que reproduisent les Soirées, ait pu faire un bien quelconque à votre œuvre en dirigeant ses destinées ? Comment ne pas frémir, au contraire, en pensant à ce que l’École serait devenue si elle avait subi longtemps cette influence ? Bref, mon cher ami, je ne voudrais faire aucune injustice à M. Larose, mais je ne suis pas bien sûr de lui devoir une réparation pour la phrase que j’ai écrite à son sujet, et, malgré moi, je pense toujours qu’il a été, inconsciemment et avec les meilleures intentions, un “mauvais génie” pour l’École » (cité dans Louis Dantin, p. 99-100).

8 Dans la même lettre à Germain Beaulieu, Dantin écrivait : « M. Larose a publié aussi les Soirées, et ce volume a son mérite ; mais le choix des morceaux est loin d’être assez mûri. L’impression qui en reste est étrangement mêlée : un homme de goût n’eût pas édité ce livre (ibid.).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter