Version classiqueVersion mobile

La douleur en mouvement

 | 
Pierre Beaulieu

Les patients en mouvement : témoignages

L’activité physique et le cancer

Catherine M. Sabiston et Steve Amireault

Texte intégral

1Chaque semaine, près de 450 Canadiennes reçoivent un diagnostic de cancer du sein1. Heureusement, l’efficacité croissante des techniques de dépistage et de traitements du cancer du sein se traduit en une amélioration de l’état de santé des patientes2. D’ailleurs, le taux de survie à 5 ans des femmes atteintes du cancer du sein est supérieur à 88 %1. Toutefois, les procédures chirurgicales et les traitements adjuvants (ex. : la chimiothérapie, la radiothérapie et l’hormonothérapie) de la maladie engendrent souvent des effets secondaires nuisibles pour la santé physique et mentale des patientes3-6. L’un des symptômes les plus souvent rapportés par celles-ci est la douleur. On estime qu’environ 30-60 % des survivantes au cancer du sein continueront de ressentir de la douleur à un niveau suffisamment élevé pour affecter leur qualité de vie après le traitement7, 8. Par conséquent, le traitement de la douleur chez les survivantes au cancer du sein nécessite l’action concertée du milieu scientifique et clinique.

2La proportion élevée de femmes qui ressentent de la douleur après un diagnostic de cancer est un fait préoccupant. La douleur peut nuire significativement à leur santé et à la réalisation de leurs activités quotidiennes, et ce, même après la cessation du traitement9. De plus, les survivantes au cancer du sein qui éprouvent de la douleur rapportent être plus souvent d’humeur négative10 et présentent des taux plus élevés de dépression11. Par conséquent, la douleur engendrée par la maladie peut nuire à la qualité de vie des survivantes au cancer du sein au-delà de la période de traitement. Bien que de récentes études s’intéressent à cette problématique, l’impact de la douleur sur les comportements de santé demeure méconnu. Nous proposons que la douleur est significativement reliée à la pratique de l’activité physique et aux comportements sédentaires chez les femmes survivantes au cancer du sein.

Douleur, activité physique et comportements sédentaires

3Les estimations actuelles révèlent qu’entre 50 à 80 % des survivantes au cancer du sein ne pratiquent pas assez d’activité physique pour atteindre le niveau recommandé (c. -à-d., le cumul d’au moins 150 minutes d’activité physique d’une intensité modérée ou élevée par semaine12). De plus, les comportements sédentaires (tous comportements adoptés lorsqu’en position assise ou couchée qui engendrent une faible dépense énergétique13) représentent un facteur de risque pour la santé qui est indépendant d’une faible pratique de l’activité physique14. La sédentarité a été associée à des indicateurs d’adiposité, de comorbidités et des indicateurs de santé mentale chez les survivants au cancer du côlon et du sein15, 16. Les chercheurs ont donc proposé un nouveau programme de recherche pour examiner de manière spécifique les comportements sédentaires chez les survivants au cancer15. Cela est nécessaire puisque les survivantes au cancer du sein consacrent 66 à 79 % de leur journée à des activités sédentaires17, 18.

4La douleur peut réduire la force, la vitalité, la tolérance à certaines activités et la mobilité19, ce qui peut limiter l’habileté des femmes à participer à des activités physiques. Donc, les survivantes au cancer du sein qui ressentent de la douleur peuvent éviter ou abandonner la pratique d’activité physique parce qu’elles ont peur d’accentuer leur douleur lors de l’effort physique. Ainsi, l’objectif de ce rapport de recherche consiste à examiner les associations entre la douleur, l’activité physique et les comportements sédentaires chez des survivantes au cancer du sein ayant compété leur traitement.

5Après avoir obtenu l’approbation éthique de l’Université McGill, du centre universitaire de santé McGill et de l’hôpital Royal Victoria, 199 survivantes au cancer du sein ont été recrutées. Les participantes ont répondu à une annonce publicitaire ou ont été recommandées par leur médecin oncologue. Les femmes étaient éligibles à participer à l’étude si elles étaient âgées de 18 ans et plus, si elles étaient à moins de 20 semaines de la fin de leur traitement principal pour leur premier diagnostic de cancer du sein et si elles ne présentaient pas de problèmes de santé les empêchant de pratiquer des activités physiques. Les volontaires étaient invitées à remplir un questionnaire mesurant le nombre de symptômes de doulour ressentis pendant neuf jours sur une période de six mois suivant la fin de leur traitement pour le cancer du sein. Elles devaient également porter un accéléromètre pendant 21 jours afin de mesurer l’activité physique et les comportements sédentaires. Cent soixante-dix-sept femmes (89 % de l’échantillon de départ) ont fourni des données complètes au cours des six mois de l’étude.

6Les participantes étaient âgées de 28 à 79 ans (moyenne = 54,9 ans) et 84,7 % ont rapporté être caucasiennes. Un peu plus de la moitié des femmes détenaient un diplôme universitaire (52,5 %) et près des deux tiers (62,7 %) étaient mariées ou en union de fait. Une majorité de femmes a été diagnostiquée avec un cancer du sein de stade I ou II (81,9 %) et a été diagnostiquée 10,6 mois, en moyenne, avant le début de l’étude. De plus, leurs traitements avaient été complétés 3,5 mois, en moyenne, avant le début de l’étude. Les traitements reçus incluaient la tumorectomie (60,5 %), la mastectomie simple (27,1 %) et double (15,8 %), la chimiothérapie (63,3 %), la radiothérapie (90,4 %) et l’hormonothérapie (52,5 %).

7Les participantes ont porté un accéléromètre de type GT3X (Actigraph, Pensacola, Floride) pendant trois semaines non consécutives sur une période de six mois. Le respect du port de l’accéléromètre au cours de cette période était excellent (nombre de jours médian où l’accéléromètre a été porté = 7 jours ; étendu = 4 à 7 jours). La durée quotidienne de la pratique d’activités sédentaires variait entre 475,52 à 821,87 minutes. La moyenne était de 645,59 minutes, ce qui équivaut à 77,9 % du temps d’éveil. La durée quotidienne de la pratique d’activités physiques d’intensité faible variait entre 58,98 à 426,06 minutes ; la durée moyenne était de 168,91 minutes par jours ou 10,1 % du temps d’éveil. La durée quotidienne de la pratique d’activités physiques d’intensité modérée à élevée variait entre 0,10 à 67,61 minutes. La durée moyenne était de 16,3 minutes, ce qui correspondait à 1,96 % du temps d’éveil. Un peu plus de 24 % des femmes étaient suffisamment actives pour atteindre la marque recommandée des 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée à élevée.

8Les participantes ont rapporté la présence ou non de douleurs physiques pendant neuf journées non consécutives sur une période de 6 mois. Ces douleurs étaient : douleur à l’estomac, maux de dos, douleur aux articulations, douleur lors des relations sexuelles, maux de tête et douleur à la poitrine. Plusieurs études ont révélé que ces douleurs étaient parmi les plus prévalentes chez les survivantes au cancer du sein20, 21. Ces douleurs ont été tirées du « Primary Care Evaluation of Mental Disorders screening questionnaire » (PRIME MD22). Le nombre de douleurs ressenties au cours d’une journée était sensiblement stable au cours des 9 journées de mesure. Le nombre moyen de douleurs ressenties était de 1,14 et variait de 0 à 4,3 par jour.

9Les résultats des analyses montrent qu’un nombre plus élevé de douleurs physiques était associé à un niveau de comportements sédentaires plus élevé (r = 0,15) et à un niveau significativement plus faible d’activité physique d’intensité modérée à élevée (r =-0,10). Il n’y avait pas d’association entre le nombre de douleurs physiques et la pratique d’activité physique de faible intensité. Enfin, en contrôlant pour l’effet de l’âge, le stade du cancer et le poids corporel, les femmes présentant un nombre de douleurs physiques plus élevé étaient 64 % moins susceptibles d’atteindre la marque des 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée à élevée que les femmes rapportant aucune ou peu de douleur physique.

10De façon générale, les résultats confirment nos hypothèses : la douleur est inversement associée à la pratique de l’activité physique et la douleur est directement associée à l’adoption de comportements sédentaires. La relation inverse entre la douleur et la pratique de l’activité physique observée dans cette étude a également été observée chez des patients souffrant de maux de dos23. Ce résultat est inquiétant puisque l’activité physique est reconnue pour générer de nombreux bienfaits sur la santé des survivantes au cancer du sein24, 25. Il y a deux explications possibles pour les résultats obtenus. Premièrement, l’habileté des femmes à participer à des activités physiques peut être réduite par la douleur ressentie. De fait, les résultats de travaux de recherche antérieurs suggèrent que la douleur pourrait être considérée comme une barrière à la pratique de l’activité physique20. Deuxièmement, les femmes peuvent avoir peur que l’activité physique accentue leur douleur ou cause des blessures et de nouveaux problèmes de santé. Selon le modèle d’évitement de la peur26, 27 [Traduction libre de « fear avoidance model »], les individus peuvent interpréter leur douleur comme une menace. Ainsi, par crainte d’accentuer leur douleur, les survivantes au cancer du sein peuvent éviter ou abandonner la pratique de l’activité physique. Les résultats d’études réalisées auprès de patients souffrant de maux de dos et de problèmes musculosquelettiques appuient le fait que la peur d’accentuer la douleur peut mener à l’adoption de comportements d’évitement27, 28. En somme, la peur de bouger (ou la peur du mouvement) peut expliquer la présence d’une association négative entre la douleur et l’activité physique de même qu’une association positive entre la douleur et les comportements sédentaires.

11Il est important de souligner qu’éviter ou abandonner la pratique de l’activité physique lorsque la douleur est présente n’est pas recommandé. Alors qu’une légère diminution de la pratique d’activité physique ou l’adaptation du programme d’exercices peut s’avérer nécessaire chez certains individus, éviter complètement ou abandonner la pratique de l’activité physique peut être délétère pour la santé. L’activité physique peut prévenir ou minimiser les problèmes courants de santé mentale durant la période de survie du cancer25. Également, la sédentarité est susceptible d’engendrer une diminution de la condition physique (ex. : diminution de la capacité cardiovasculaire, atrophie musculaire, perte de force musculaire et diminution de la flexibilité) ce qui peut contribuer à accentuer le nombre ou l’intensité des douleurs physiques ressenties. Par conséquent, il est important de sensibiliser les survivantes au cancer du sein au fait que l’activité physique est sécuritaire et que ses bénéfices dépassent largement les risques encourus. Il est important qu’elles ne diminuent pas de façon marquée leur pratique d’activité physique à la présence de douleurs. L’expression « on a rien sans peine » [traduction de « No Pain, No Gain »] est certainement à déconseiller. Néanmoins, un programme d’activité physique adapté en fonction des symptômes et de l’intensité des douleurs ressenties peut être suggéré afin de soulager la douleur et d’améliorer la santé mentale des femmes survivantes au cancer du sein.

Remerciements

12Nous aimerions remercier toutes les participantes pour le temps qu’elles ont consacré à l’étude. Nous aimerions aussi souligner le travail et le dévouement de Sylvie Moisan M. A., gestionnaire de projet. Cette recherche est financée par les IRSC.

Bibliographie

Références bibliographiques

1. Canadian Cancer Society (2010). General cancer statistics for 2010.

2. Jemal A, Bray F, Center MM et al. Global cancer statistics. CA Cancer J Clin 2011; 61: 69-90.

3. Arman M, Rehnsfeldt A. The hidden suffering among breast cancer patients: A qualitative metasynthesis. Qual Health Res 2003: 13: 510-527.

4. Sabiston CM, Vallance J, Brunet J. Physical Activity and Cancer Survivorship. In James Rippe [Editor] Handbook of Lifestyle Medicine 2013; pp. 419-504. Boca Raton, FLA: CRC.

5. Jung BF, Ahrendt GM, Oaklander AL et al. Neuropathic pain following breast cancer surgery: proposed classification and research update. Pain 2003; 104: 1-13.

6. Sullivan M, Thibault P, Savard A et al. Pain and Function. In M. Feuerstein (Ed.), Handbook of Cancer Survivorship (pp. 361-380): Springer, New York, 2007.

7. Gartner R, Jensen MB, Nielsen J et al. Prevalence of and factors associated with persistent pain following breast cancer surgery. J Am Med Ass 2009; 302: 1985-1992.

8. Mantyh PW. Cancer pain and its impact on diagnosis, survival and quality of life. Nat Rev Neurosci 2006; 7: 797-809.

9. Grossman SA, Nesbit SA. Cancer Pain. In: Ettinger D. S., ed. Supportive Care in Cancer Therapy. Totowa, NJ: Humana Press; 2009: 33, 46.

10. Badr H, Basen-Engquist K, Taylor CLC et al. Mood states associated with transitory physical symptoms among breast and ovarian cancer survivors. J Behav Med 2006; 29: 461-475.

11. Sabiston CM, Brunet J, Burke S. Pain, Movement, and Mind: Does Physical Activity Mediate the Relationship between Pain and Mental Health among Breast Cancer Survivors? Clinical Journal of Pain 2012; 28: 489-495.

12. Schmitz KH et al. American College of Sports Medicine roundtable on exercise guidelines for cancer survivors. Med Sci Sports Exerc 2010; 42: 1409-1426.

13. Sedentary Behavior Research Network Letter to the Editor: Standardized use of the terms « sedentary » and « sedentary behaviors ». Appl Physiol Nutr Metab 2012; 542: 540-542.

14. Owen N. Sedentary behavior: understanding and influencing adults’ prolonged sitting time. Prev Med 2012; 55: 535-539.

15. Lynch BM, Dunstan DW, Vallance JK, Owen N. Don’t take cancer sitting down: A new survivorship research agenda. Cancer 2013; 119: 1928-1935.

16. Lynch BM. Sedentary behavior and cancer: a systematic review of the literature and proposed biological mechanisms. Cancer Epidemiol Biomarkers Prevent 2010; 19: 2691-2709.

17. Lynch BM, Dunstan DW, Healy GN et al. Objectively measured physical activity and sedentary time of breast cancer survivors, and associations with adiposity: findings from NHANES (2003-2006). Cancer Causes Control 2010; 21, 283-288.

18. Sabiston CM, Brunet J, Vallance JK, Meterissian S. (Under Review). Prospective examination of objectively-assessed physical activity and sedentary time after breast cancer treatment: Sitting on the crest of the teachable moment.

19. Lin CC, Lai YL, Ward SE. Effect of cancer pain on performance status, mood states, and level of hope among Taiwanese cancer patients. J Pain Symptom Manage 2003; 25: 29-37.

20. Courneya KS, Friedenreich CM. Physical exercise and quality of life following cancer diagnosis: A literature review. Ann Behav Med 1999; 21: 171-179.

40. Hanna LR, Frist Avila P, Meteer JD et al. The effects of a comprehensive exercise program on physical function, fatigue, and mood in patients with various types of cancer. Oncol Nurs Forum 2008; 35: 461-470.

22. Spitzer RL, Williams JBW, Kroenke K et al. Utility of a new procedure for diagnosing mental disorders in primary care: the PRIME-MD 1000 Study. J Am Med Ass 1994; 272: 1749-1756.

23. Spenkelink CD, Hutten MM, Hermens JJ et al. Assessment of activities of daily living with an ambulatory monitoring system: a comparative study with patients with chronic low back pain and nonsymptomatic controls. Clin Rehabil 2002 ; 16 : 16-26.

24. Courneya KS, Mackey JR, Jones LW. Coping with cancer: Can exercise help? Phys Sportsmed 2000; 28: 49-59.

25. Sabiston CM, Brunet J. Reviewing the benefits of physical activity during cancer survivorship. Am J Lifestyle Med 2011, Doi: 10.1177/15598 27611407023.

26. Vlaeyen JW, Linton SJ. Fear-avoidance and its consequences in chronic musculoskeletal pain: a state of the art. Pain 2000; 85: 317-332.

27. Vlaeyen JW, Kole-Snijders AM, Boeren RG et al. Fear of movement/(re) injury in low back pain and its relation to behavioral performance. Pain 1995; 62: 363-372.

28. Leeuw M, Goosens ME, Linton SJ et al. The fear-avoidance model of musculoskeletal pain: current state of scientific evidence. J Behav Med 2007; 30: 77-94.

Auteurs

Professeure associée, Faculté de kinésiologie et de l’éducation physique, Université de Toronto

Stagiaire postdoctoral, Faculté de kinésiologie et de l’éducation physique, Université de Toronto

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search