Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le corps à l’épreuve du sport : entre douleur et souffrance

p. 107-116


Texte intégral

1Dans notre monde contemporain, les concepts de douleur et de souffrance évoquent à notre esprit toute une série de termes péjoratifs : mal, peine, blessure, maladie, affliction, perte, mort, etc. Cette conception principalement négative et médicalisée de la souffrance et de la douleur est cependant récente. À une autre époque, ces concepts auraient pu évoquer les termes de châtiment, passion, supplice, expiation, rédemption. Rappelons qu’en Occident, notre façon d’aborder ces vécus pénibles a été historiquement façonnée par les courants mystiques et rationalistes. Si les religions ont souvent vu dans la souffrance et la douleur une façon de gagner son salut, « une forme possible de dévotion qui rapproche de Dieu, purifie l’âme1 », d’autres ont plutôt souhaité rationaliser ces expériences, les éviter, ou s’en servir comme outil de connaissance. Ainsi, pour les stoïciens de l’Antiquité, la douleur provenait d’un désaccord entre nos désirs et le monde, et elle devait être affrontée et domptée par la raison afin que l’âme atteigne un état de détachement et de sérénité. Les hédonistes voyaient au contraire dans ces peines des soucis à éviter. Plus tard, pour les romantiques, la douleur physique ou psychique fût conçue comme une épreuve initiatique de l’existence, permettant au sujet de se révéler à lui-même. Comme le disait Musset : « L’homme est un apprenti, la douleur est son maître, et nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert ». Bien qu’on se réfère moins explicitement au dolorisme chrétien aujourd’hui, les individus puisent encore à différents degrés dans ces différents répertoires afin de donner sens à la douleur et à la souffrance, qu’elles soient conçues comme un appel rédempteur, un voyage initiatique, une épreuve de la raison, ou un simple problème médical.

Médicalisation de la douleur et de la souffrance : vers un nœud normatif ?

2Si la douleur est depuis longtemps déjà le domaine de prédilection de la médecine, la souffrance se voit aussi de plus en plus médicalisée, alors qu’on l’aborde plus fréquemment aujourd’hui par l’entremise de la psychiatrie et de la psychologie. Les souffrances psychiques seraient ainsi à juguler par l’entremise de différents traitements pharmacologiques ou psychothérapeutiques. Dans ce paradigme, la dimension subjective de la souffrance se voit parfois cantonnée au second plan, comme un effet secondaire des changements neurochimiques ou neurologiques, plus faciles à mesurer. L’accent placé sur les symptômes comportementaux ou cognitifs, au détriment de l’affect, contribue à cette éclipse des dimensions mouvantes et intangibles de l’expérience subjective. À ce titre, la bible psychiatrique – le Manuel de diagnostic psychiatrique – constitue un très bel exemple de cette volonté d’objectifier la souffrance par le biais de la classification des troubles mentaux selon différents symptômes2. La douleur et la souffrance ne peuvent être comprises hors du contexte social, culturel et politique, hors des normes identifiant les objets dignes de souffrances et les modes acceptés du « souffrir ». Meursault, dans l’Étranger de Camus, est condamné pour n’avoir pas pleuré à l’enterrement de sa mère. Pietro dans Chaos Calme de Veronesi apparaît presque « déviant » car il demeure impassible, complètement détaché de ses émotions devant la mort subite de sa femme. Par ailleurs, certains individus en quête de douleur, que ce soit par l’automutilation ou par des pratiques sadomasochistes, dérangent par leur rapport au corps atypique, et se voient possiblement diagnostiqués de troubles psychiatriques.

Douleur et souffrance : une distinction nécessaire mais imparfaite

3Qu’en est-il des sportifs qui choisissent activement d’affronter des douleurs contrôlées, mais parfois extrêmes ? Le sportif souffre-t-il ? Que peut nous apprendre son expérience sur la souffrance et la douleur de façon plus large ? Avant de nous attarder à cette question, il convient de distinguer les deux termes. Le sens commun relègue habituellement la douleur au domaine physique et la souffrance à la sphère psychique. La distinction entre douleur et souffrance est cependant plus complexe. Le philosophe Paul Ricœur clarifie ainsi cette question : « On s’accordera donc pour réserver le terme de douleur à des affects ressentis comme localisés dans des organes particuliers du corps ou dans le corps tout entier, et le terme souffrance à des affects ouverts sur la réflexivité, le langage, le rapport à soi, le rapport à autrui, le rapport au sens, au questionnement3. » Ricœur reconnaît toutefois que cette distinction est plus théorique que pratique, puisque les deux types d’expérience se chevauchent habituellement. Un mal de tête terrible nous fait souffrir ; la douleur d’avoir perdu un être cher s’inscrit dans le corps, comme amputé. Ainsi, la douleur uniquement physique demeure un cas extrême, tout comme la souffrance « pure », sans impact somatique sur le sujet. Au-delà d’une conception d’idéaux-types, Ricœur parlerait donc plutôt du « souffrir » qui se déclinerait en trois axes : l’axe soi-autrui, concernant l’altération du rapport à soi et à autrui (l’aliénation) ; l’axe de l’agir-pâtir, concernant la destruction du pouvoir d’agir du sujet, une atteinte à son intégrité (l’expérience de l’impuissance) ; et l’axe du sens. Cette approche du « souffrir » remet ainsi en question le dualisme corps/esprit, et nous incite à tenir compte de la personne dans sa globalité. C’est d’ailleurs ce que préconisent les nouvelles approches médicales en s’intéressant à la « douleur globale », qui inclue les aspects physiques et moraux4.

La souffrance et la douleur dans le sport

4La douleur et la souffrance dans le sport prennent des formes et des significations spécifiques. Soulignons d’abord que la majorité des personnes qui s’engagent dans une activité sportive récréative n’ont pas comme objectif de souffrir, mais plutôt de se mettre en forme, de perdre du poids, d’avoir du plaisir à jouer, d’être plus performant, etc. Même les athlètes compétitifs vont généralement éviter, minimiser ou gérer leurs douleurs en compétition, comme l’indiquent les recherches en sociologie du sport. S’entraîner n’est pas toujours un plaisir, mais quand ils surviennent, les désagréments sont habituellement choisis, ce qui en minimise la pénibilité. De plus, l’expérience du sportif peut être empreinte de signification, comme celle du dépassement de soi, de la discipline. Malgré cela, la blessure sportive s’impose comme une forme de violence insensée faite au corps, et la souffrance se manifeste dans le combat de résistance face à ses propres limites. Ainsi, l’athlète qui se lance dans l’épreuve physique n’est pas à l’abri de la souffrance. L’activité sportive engage dans « une lutte intime avec la souffrance et la tentation de l’abandon. Là est l’ennemie, non la douleur toujours acceptée, mais la souffrance qui ébranle les ressources de l’individu5. » Certains sportifs se distinguent à cet égard. Pour les athlètes de haut niveau qui affrontent des épreuves extrêmement pénibles, la douleur peut être non seulement acceptée comme un moindre mal, mais parfois aussi valorisée, voire recherchée. Ce serait le cas, selon Atkinson6, pour certains sportifs de haut niveau, comme les triathlètes. En effet, pour ces athlètes, leur capacité d’endurer et de savourer des épreuves leur permettrait de se distinguer physiquement, socialement et moralement du commun des mortels. Accompagné de moments d’extase, de plaisir intense, de désespoir et d’anxiété, le triathlon permettrait aux vaillants sportifs de vivre des moments d’excitation liminale tissant une communauté de « souffrants », qui ont appris à résister. Dans de tels cas, comme le souligne Le Breton, « même si la douleur est ressentie, elle est investie d’une dimension morale qui en transforme le sens et en érode la pénibilité, elle devient même un vecteur de l’expérimentation sur soi et elle est rattachée à l’immense satisfaction de l’avoir surmontée7. » Mais qu’en est-il des sportifs de tous les jours ? Qu’est-ce que leur rapport à la douleur et à la souffrance dans le sport peut nous enseigner ? Afin d’explorer ces questions, notre étude s’est penchée sur le sens que des jeunes inscrits dans un programme psychosocial donnaient à la douleur et à la souffrance dans le contexte d’une activité sportive intense.

L’expérience DesÉquilibres

5Notre recherche a été effectuée au sein de DesÉquilibres, un organisme montréalais offrant aux jeunes des programmes sportifs à vocation psychosociale, et mis en place au sein d’établissements scolaires et de centres jeunesse de la grande région de Montréal. Les trois volets du programme (sportif, pédagogique, social) se déploient sur 26 semaines et visent la promotion du bien-être des jeunes ainsi que de leur engagement social. Nous avons évalué ce programme sur une période de deux ans (entre octobre 2011 et 2013), en suivant quatre cohortes de jeunes, âgés de 12 à 18 ans. Les données que nous présentons ici résultent d’une analyse de contenu thématique concernant le volet sportif du programme. Ce dernier consiste en la réalisation de trois entraînements collectifs par semaine et de trois défis sportifs collectifs : 1) marcher 20 kilomètres la nuit dans le bois ; 2) parcourir 150 kilomètres en vélo en deux jours ; 3) courir à relais 250 kilomètres en 24 heures, sans interruption, à la fin de la période d’entraînement8.

Souffrance et douleur : entre épreuve solidifiante du soi et ouverture

6Deux dimensions majeures ont émergé de nos analyses. La première est le sens spécifique et positif que prend la douleur en tant qu’épreuve, lorsque celle-ci résulte d’un processus engendré par l’individu lui-même. La seconde a trait à la dimension collective et socialisante permise par cette souffrance activement surmontée à la fois pour soi et pour le groupe. D’abord, pour les jeunes de DesÉquilibres, la douleur et la souffrance sont apparues comme des occasions de se définir plus solidement, en rencontrant des défis, en résistant, en « tenant bon », et en repoussant leurs limites. Ainsi, pour certains jeunes interrogés, la douleur est synonyme de dépassement et de persévérance :

< Quelle est ta définition de l’endurance ? > Toujours endurer la douleur [...] Toujours ignorer la douleur, courir [...] toujours continuer à courir encore plus, surmonter les défis, c’est pour ça que tu surmontes la douleur.

< (À propos de la course à relais) Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il y avait de difficile ? > [...] C’était long, fatiguant [...]. C’était vraiment quelque chose de dur. [...] < Pourquoi t’as pas abandonné ? > C’était comme s’il y avait une petite voix qui me disait faudrait pas arrêter maintenant parce que t’as déjà fait un long parcours avec DesÉquilibres avec le premier défi, deuxième défi. C’est là, (lors du) [...] troisième défi que la petite voix était vraiment présente.

7Pour plusieurs jeunes, la douleur offre la conscience aiguisée de leur corps et l’opportunité de mesurer ses possibilités et ses limites, de révéler ses contours. La dimension recherchée et contrôlée de la douleur contribue à sa dimension positive. Le jeune sportif est un agent de cette rencontre éprouvante avec son corps, ce qui minimise l’aliénation et l’impuissance du « souffrir », décrites par Ricœur. De plus, lorsque la douleur n’est pas subie mais consentie, voire recherchée dans l’activité physique du sujet, celui-ci lui donne un sens tout particulier : « Quand le corps devient ennemi de toute progression, l’acteur compose avec sa douleur. [...] L’adversaire à dépasser ou le record à battre nomme la souffrance à atteindre et à surmonter dans le même mouvement9 ». La douleur devient ainsi synonyme d’un travail accompli, d’une performance réalisée, d’un dépassement de soi.

8La seconde dimension résulte du fait que la douleur des jeunes sportifs participant à la recherche est une douleur partagée, permettant de remporter un défi collectif. Ainsi, dans ce cas spécifique, loin d’isoler le sujet, de le replier sur lui-même, la douleur physique - du moins tant qu’elle est affrontée avec succès - peut également être vectrice d’entraide, de solidarité, et d’un sentiment d’appartenance important :

Pis tout le monde descendait de l’autobus et ils t’encourageaient [...] Je commençais à ralentir, puis il [son ami] a dit comme ça : « Non tu peux pas ralentir, tu dois continuer, on y va, j’suis là pour toi ». Y’avait eu un moment aussi que mes yeux ont gelé, j’pouvais pas voir, j’voyais trouble puis, il [son ami] m’a tenu, pis il m’a dit [...] : « on y va, on est presque arrivé, l’autobus est tout près pis, le prochain coureur nous attend ». Pis, il courait avec moi [...] parce qu’il m’aidait, pis les personnes m’encourageaient. [...] J’ai fait un effort vraiment pour ouvrir mes yeux, pour courir.

< Comment DesÉquilibres a fait pour qu’il y ait un bel esprit d’équipe ? > [...] Je pense que [...] les jeux nous ont beaucoup rapprochés, pis le fait que [...] les autres souffraient pis [...] qu’ils [les participants avec plus de facilité dans l’activité physique] venaient nous aider genre, [...] ils venaient nous aider. C’est ça que j’ai vraiment aimé.

9Les jeunes participant aux programmes de DesÉquilibres relatent ainsi comment l’épreuve partagée peut constituer une occasion de rencontrer l’autre. Il convient de rappeler que de telles activités peuvent aussi soulever des tensions, de l’anxiété et de l’hostilité dans la compétition, ainsi que des sentiments d’échec et de honte. Toutefois, dans un contexte où l’exploit est choisi par les membres du groupe et affronté collectivement, le sport peut offrir une opportunité de communitas, un temps pour s’entraider et pour tisser des liens avec un groupe social. Ainsi, malgré la solitude qu’elle implique, même la douleur physique peut potentiellement rassembler.

La souffrance du sportif : une ouverture possible à soi et à l’autre ?

10Ainsi, les souffrances, les douleurs ne sont pas uniquement péjoratives. Lorsqu’elles sont choisies, elles peuvent être empreintes de sens positif si elles font partie d’un processus spécifique qui fait sens pour l’individu. Dans le cas des jeunes de DesÉquilibres, elles sont une porte ouverte pour laisser l’autre entrer. Pour ces jeunes comme pour les sportifs de haut niveau qui cheminent à la crête du seuil tolérable de la souffrance, il est possible de faire de ce voyage un périple initiatique, un exploit spartiate, ou une exploration de soi sur un mode propice. En effet, « [L]a douleur est toujours une altération de soi, elle fait devenir autre et inscrit l’individu en porte à faux avec son existence antérieure. Elle le révèle, pour le meilleur ou pour le pire, à des ressources propres dont il ignorait l’existence10. » Ainsi, la souffrance et la douleur touchent non seulement le corps, mais la personne dans sa totalité. On ne souffre jamais en dehors du sens que les individus et les collectivités donnent aux épreuves subies. Bien qu’on constate la diminution du sentiment de religiosité dans certains pays occidentaux et que la douleur ait perdu sa portée mystique, on relève dans les récits des sportifs, comme des jeunes de DesÉquilibres, une certaine quête de sens.

Aspects conclusifs

11Alors que la sécularisation des modes du « souffrir » est parfois analysée en termes négatifs, comme une perte de signification ou comme une diminution du seuil de tolérance, il nous semble plutôt que ce changement signe la transformation des répertoires possibles pour donner sens à ces expériences. La médicalisation de la douleur et de la souffrance colore nos modes d’appréhension, mais laisse place à d’autres alternatives. Pour les sportifs et les jeunes ayant eu la possibilité de participer aux programmes offerts par DesÉquilibres, la douleur et la souffrance se racontent notamment sur le mode du dépassement de soi, de la transcendance, d’une tension entre l’affirmation d’un soi résistant et celle d’un rapport à l’autre solidaire. Finalement, leurs expériences nous rappellent la dimension inexorable de la souffrance, qui continue de nous interroger : Pourquoi accepte-t-on de souffrir ? Quels sens peut-on donner à la douleur aujourd’hui ?

Notes de bas de page

1 Le Breton, David, Anthropologie de la douleur, Paris, Éditions Métailié, 2006, p. 90.

2 Moreau, Nicolas, État dépressif et temporalité. Contribution à la sociologie de la santé mentale, Montréal, Liber, 2009.

3 Ricœur, Paul, « La souffrance n’est pas la douleur », Autrement, vol. 142, 1994, p. 59.

4 Vinit, Florence, Moreau, Nicolas et Moreau, Daniel, « Les visages de la douleur : vers une prise en charge globale de la plainte », dans Moreau, Nicolas et Katharine Larose-Hébert (dir.), La souffrance à l’épreuve de la pensée, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2013, p. 65-75.

5 Le Breton, David, « Douleur et sens : les modulations de la souffrance », e-mémoires de l’Académie Nationale de Chirurgie, vol. 10, no 2, 2011, p. 65.

6 Atkinson, Michael, « Triathlon, suffering and exciting significance », Leisure Studies, vol. 27, no 2, 2008, p. 165-180.

7 Le Breton, David, « Douleur et sens : les modulations de la souffrance », e-mémoires de l’Académie Nationale de Chirurgie, vol. 10, no 2, 2011, p. 66.

8 Le lecteur désirant plus de détails en ce qui concerne les programmes de cet organisme ou les aspects méthodologiques de cette recherche peut consulter le rapport de recherche suivant : Moreau, Nicolas, Molgat, Marc, Plante, Catherine, Parlavecchio, Luc, Cosset, Anaïs, Chanteau, Olivier et Maryse Benoît, « Projet de recherche action 2010-2012. DesÉquilibres : les éléments d’une alternative », Rapport de recherche, Gouvernement du Québec (Ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation), Montréal, 2013.

9 Le Breton, David, Anthropologie de la douleur, Paris, Éditions Métailié, 2006, p. 204-205.

10 Le Breton, David, « Douleur et sens : les modulations de la souffrance », e-mémoires de l’Académie nationale de chirurgie, vol. 10, no 2, 2011, p. 67.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.