Version classiqueVersion mobile

La douleur en mouvement

 | 
Pierre Beaulieu

Prise en charge physique du patient

Intégrer l’activité physique pour une gestion optimale de la fibromyalgie

Émilie Lagueux

Texte intégral

1Le syndrome de la fibromyalgie est une maladie chronique caractérisée par une douleur diffuse qui s’accompagne de fatigue, de trouble du sommeil, de changements neurocognitifs, de perturbations de l’humeur et d’autres manifestations somatiques1. En absence de traitement curatif, la prise en charge idéale devrait englober des traitements pharmacologiques et non pharmacologiques, dans un contexte d’une approche multi facettes, et ce, avec la participation active du patient, modulée par un fort locus de contrôle2. L’approche préconisée doit être personnalisée et orientée sur la réduction des symptômes et l’optimisation du fonctionnement2. Le traitement non pharmacologique pour sa part devrait comprendre un volet éducatif, une dimension psychologique et un traitement lié à l’activité physique. Dans la gestion de la fibromyalgie, il est reconnu que l’activité physique procure des bienfaits quant au bien-être global, à la capacité fonctionnelle ainsi qu’à la douleur. En fait, l’activité physique constitue le premier élément recommandé dans le cadre d’un programme thérapeutique à composantes multiples3, 4, 5.

2Dans les dernières années, de nombreuses formes d’activité physique ont été étudiées chez la population atteinte de la fibromyalgie à l’aide d’essais contrôlés randomisés de haute qualité3. L’activité physique dite traditionnelle englobe notamment l’aérobie, la musculation, les étirements, les exercices aquatiques et les programmes d’exercices mixtes.

  • 1 Activité physique d’intensité modérée : sur une échelle absolue, il s’agit d’une activité physique (...)
  • 2 Fréquence cardiaque maximale = (208-[0,7 X âge]) (Tanaka H, Monahan KD, Seals DR. Age-predicted ma (...)

3Une revue systématique récente incluant 35 essais contrôlés randomisés sur l’activité physique chez des patients atteints de la fibromyalgie rapporte qu’un programme régulier d’activité aérobique engendre une réduction de la douleur, de la fatigue et des humeurs dépressives, en plus d’améliorer la qualité de vie et la condition physique6. Cette revue souligne que pour l’obtention de bienfaits, le programme d’aérobie devrait être composé d’activité physique d’intensité modérée1 puisqu’une activité aérobique de faible intensité (< 50 % fréquence cardiaque maximale2) n’engendrerait pas d’amélioration significative. Une activité aérobique réalisée à raison de 2 ou 3 fois par semaine pendant au moins 4 à 6 semaines serait nécessaire pour l’obtention d’une réduction de symptômes6. Cette revue rapporte également que ni le programme d’exercices mixtes, comprenant l’aérobie, la musculation ou les étirements, ni les exercices aquatiques ne seraient plus efficaces que l’activité aérobique seule. Les recommandations émises pour la pratique clinique soulignent que les personnes doivent entreprendre leur activité aérobique à un niveau juste en dessous de leur capacité initiale. L’objectif étant de progressivement augmenter la durée ainsi que l’intensité de l’activité, et ce, jusqu’à ce qu’ils l’exercent, avec une intensité faible à modérée, pendant 20 à 30 minutes à raison de 2 ou 3 fois par semaine.

4Une étude récente menée par Lemos et al. recommande d’utiliser la formule de Karnoven pour prescrire une activité cardiorespiratoire pour les personnes atteintes de la fibromyalgie7. La fréquence cardiaque cible sera obtenue en multipliant la fréquence cardiaque maximale par 52 % à 60 % pour une personne sédentaire et par 75 % à 85 % pour une personne entraînée. Toutefois, il ne semble pas nécessaire d’évaluer la fréquence cardiaque pendant l’activité aérobique pour obtenir l’intensité optimale. Il est plutôt conseillé de faire preuve d’une intensité à laquelle la personne est légèrement essoufflée, mais capable de parler couramment avec une autre personne. Pour une même fréquence cardiaque, le patient atteint de la fibromyalgie aura tendance à percevoir l’effort comme étant plus intense qu’une personne non atteinte8. Par conséquent, la perception générale de l’effort qu’a le patient est plus importante que l’atteinte d’une fréquence cardiaque cible. Sur l’échelle de perception de l’effort de Borg, le patient devrait obtenir un score de 2/10 ou 3/10, ce qui correspond à un effort allant de facile à modéré9.

5Une revue systématique récemment menée sur le rôle de l’activité physique dans le traitement de la fibromyalgie qui comprenait 45 essais contrôlés randomisés soulève que la musculation est associée à des améliorations significatives du bien-être global et de la capacité physique, tandis que le programme d’exercices mixtes, incluant l’aérobie et/ou la musculation et/ou les exercices de flexibilité, a démontré des bienfaits sur la douleur et également la capacité physique10. Ces effets positifs ont aussi été obtenus avec les exercices aérobiques aquatiques6, 10, mais il semble que l’aérobie (au sol) engendre des effets supérieurs à ceux de l’exercice aérobique aquatique10.

6Dans les dernières années, des chercheurs ont étudié les effets d’un plus large éventail de formes d’activité physique tels que le Pilates, le tai-chi, le Qigong, le yoga, la marche nordique et l’usage de la plate-forme vibrante.

7En 2009, Atlan et al.11 ont étudié les effets d’un programme d’exercices de Pilates de 12 semaines chez 49 femmes atteintes de la fibromyalgie. Ils ont démontré que les exercices de Pilates procureraient un soulagement de la douleur. Par contre, les bienfaits engendrés n’ont pas perduré dans le temps principalement en raison du manque d’adhésion au traitement11. Pour sa part, le tai-chi, qui comporte un volet physique et un volet mental, convient parfaitement aux personnes atteintes de la fibromyalgie. Dans un essai contrôlé randomisé, Wang et al.12 ont rapporté une amélioration des capacités fonctionnelles et de la qualité de vie des participants aux exercices de tai-chi, et ce, au-delà des bienfaits qui sont généralement rapportés pour l’exercice et les interventions pharmacologiques. Pour la pratique du Qigong, les résultats d’un essai contrôlé randomisé mené auprès de 100 patients atteints de la fibromyalgie rapportent des améliorations significatives sur la douleur, le sommeil, la capacité physique et mentale, et cela, pour une période allant jusqu’à six mois13. En ce qui a trait à la pratique du yoga, un essai contrôlé randomisé mené chez 53 femmes atteintes de la fibromyalgie rapporte que la pratique hebdomadaire supervisée de 120 minutes de yoga pendant 8 semaines améliore significativement les symptômes et la capacité fonctionnelle14. Dans le cadre de cette étude, les femmes étaient encouragées à pratiquer le yoga à domicile à raison de 5 à 7 fois par semaine durant 20 à 40 minutes. Quant à la marche nordique, Mannerkorpi et al.15 soulignent les bienfaits mitigés d’un programme aérobique de marche nordique mené auprès de 34 femmes atteintes de la fibromyalgie. Après 15 semaines de marche nordique d’intensité modérée à élevée, réalisée 2 fois par semaine, les femmes démontraient une amélioration de leur capacité fonctionnelle, mais aucune amélioration de la sévérité de la douleur n’a été engendrée. Finalement, l’usage de la plate-forme vibrante (Biodex) représente une alternative relativement nouvelle pour améliorer l’équilibre dynamique des personnes atteintes de la fibromyalgie16.

8Les récents travaux de McLoughlin et al. indiquent que la plupart des femmes atteintes de la fibromyalgie sont moins actives physiquement que les femmes en bonne santé17. Bien que l’activité physique soit recommandée, il est souvent difficile pour les personnes atteintes de la fibromyalgie d’exercer régulièrement une activité physique afin d’en tirer profit. Pour contrer ce manque d’activité physique chez les personnes atteintes de la fibromyalgie, une équipe de recherche, via un essai contrôlé randomisé mené auprès de 84 patients, a étudié les bénéfices de l’activité physique d’intensité modérée intégrée à la vie quotidienne (par exemple, utiliser les escaliers plutôt que les ascenseurs, se stationner plus loin de sa destination pour marcher davantage). Les résultats obtenus avec l’intégration d’activité physique à la vie quotidienne démontrent que les participants du groupe expérimental ont amélioré significativement leurs capacités fonctionnelles et leur douleur18. Évalués à l’aide du podomètre, les participants du groupe expérimental ont augmenté de 54 % leur niveau d’activité physique quotidienne. Supportés par un taux d’adhésion au programme de 87 %, les auteurs rapportent que cette approche conviendrait mieux aux patients atteints de la fibromyalgie que les programmes classiques d’activité physique18. Les bienfaits ne se sont pas maintenus lors des évaluations de suivi (6 et 12 mois), mais les participants ont rapporté une plus grande amélioration de leur condition perçue19.

9La prescription d’activité physique pour cette clientèle exige du savoir-faire. Le processus doit débuter par un examen médical, comprenant le dépistage des risques cardiovasculaires. Les comorbidités communes, les troubles du sommeil, le dysfonctionnement du système autonome et les troubles de l’équilibre devraient être évalués et traités20. Lors de l’élaboration du programme d’activité physique, les caractéristiques individuelles (condition physique, capacité fonctionnelle, sévérité des symptômes) se doivent d’être considérées. Bien que les résultats les plus constants aient été démontrés pour l’aérobie et la musculation, les préférences des patients devraient guider la prescription d’activité physique. L’intensité et la durée de l’activité devraient être réduites si les symptômes s’amplifient, mais augmentées de 10 % après 2 semaines d’activité si aucun symptôme aggravant ne se manifeste.

10Il est essentiel d’aviser dès le départ la personne des éventuelles augmentations de douleur et de fatigue à court terme que procure l’activité physique, mais qu’exercée avec une intensité appropriée, les symptômes diminueront progressivement avec la pratique. Ces effets négatifs peuvent être associés à des taux élevés d’abandon. La littérature scientifique suggère qu’environ 40 % des patients atteints de la fibromyalgie affichent un niveau élevé de la peur du mouvement et par conséquent un comportement d’évitement face à l’activité physique21. Ces résultats soulignent l’importance de considérer cet aspect lors de la prescription d’activité physique.

11Promouvoir le sentiment d’efficacité personnelle est l’un des principes fortement conseillés lors de la prescription d’activité physique pour favoriser l’adhérence et réduire le taux d’abandon20. Le sentiment d’efficacité personnelle définie par Bandura constitue la croyance que possède un individu en sa capacité de réaliser avec succès une tâche, comme la participation régulière à une activité physique, ce qui le motive à s’engager dans l’action et à persévérer pour l’atteinte de l’objectif, tel que des bienfaits sur sa capacité fonctionnelle et l’amélioration des symptômes22. Pour aider les personnes atteintes de la fibromyalgie, le clinicien doit proposer un programme comprenant des objectifs précis et réalistes menant à un succès20. Il est recommandé d’éviter les activités physiques trop exigeantes qui mènent à une exacerbation des symptômes et de miser plutôt sur un départ très lent et une évolution progressive de l’activité physique. L’influence positive des pairs exerçant avec succès une activité physique et la persuasion verbale amenant la personne à croire qu’elle possède les capacités pour accomplir l’activité physique influencent positivement la construction du sentiment d’efficacité personnelle22.

12La compilation d’un journal de bord et l’usage d’un podomètre durant l’activité physique peuvent aider à structurer et motiver les personnes atteintes de la fibromyalgie23. Finalement, intégration des stratégies actives d’autogestion des symptômes et la participation à un programme d’éducation de groupe est recommandé et supporté par les lignes de pratique clinique pour la fibromyalgie2.

13Sans aucun doute, pour obtenir les bienfaits de l’activité physique, il faut s’assurer qu’elle soit pratiquée de façon régulière et à long terme. La personnalisation est un concept central dans l’accompagnement de la clientèle atteinte de la fibromyalgie. Peu importe la forme d’activité physique, elle se doit d’être réalisée lentement et progressivement. Rappelez-vous, la meilleure prescription d’activité physique sera celle qui est significative et qui procure du plaisir à la personne qui s’y adonne.

Bibliographie

Références bibliographiques

1. Mease P, Arnold LM, Choy EH et al. Fibromyalgia syndrome module at OMERACT 9: domain construct. J Rheumatol 2009; 36(10): 2318-2329.

2. Fitzcharles MA, Ste-Marie PA, Goldenberg DL et al. 2012 Canadian Guidelines for the diagnosis and management of fibromyalgia syndrome: executive summary. Pain Res Manag 2013; 18(3): 119-126.

3. Busch AJ, Webber SC, Brachaniec M et al. Exercise therapy for fibromyalgia. Curr Pain Headache Rep 2011; 15: 358-367.

4. Brosseau L, Wells GA, Tugwell P et al. Ottawa Panel evidence-based clinical practice guidelines for strengthening exercises in the management of fibromyalgia: Part 2. Phys Ther 2008; 88(7): 813-886.

5. Brosseau L, Wells GA, Tugwell P et al. Ottawa Panel evidence-based clinical practice guidelines for aerobic fitness exercises in the management of fibromyalgia: Part 1. Phys Ther 2008: 88(7); 857-871.

6. Hauser W, Kloser P, Langhorst J et al. Efficacy of different types of aerobic exercise in fibromyalgia syndrome: a systematic review and metaanalysis of randomised controlled trials. Arthritis Res Ther 2010; 12(3): R79.

7. Lemos MC, Valim V, Zandonade E et al. Intensity level for exercise training in fibromyalgia by using mathematical models. BMC Musculoskelet Disord 2010; 11: 54.

8. Nielens H, Boisset V, Masquelier E. Fitness and perceived exertion in patients with fibromyalgia syndrome. Clin J Pain 2000; 16(3): 209-213.

9. Borg GA. Psychophysical bases of perceived exertion. Med Sci Sports Exerc 1982; 14(5): 377-381.

10. Busch AJ, Overend TJ, Schachter CL. Fibromyalgia treatment: the role of exercise and physical activity. Int J Clin Rheumatol 2009; 4: 343-380.

11. Atlan L, Korkmaz N, Bingol U et al. Effect of Pilates training on people with fibromyalgia syndrome: a pilot study. Arch Phys Med Rehabil 2009; 90: 1983-1988.

12. Wang C, Schmid CH, Rones R et al. A randomized trial of tai chi for fibromyalgia. N Eng J Med 2010; 363: 743-754.

13. Lynch M, Sawynok J, Hiew C et al. A randomized controlled trial of giquong for fibromyalgia. Arthritis Res Ther 2012; 14(4): R178.

14. Carson JW, Carson KM, Jones KD et al. A pilot randomized sontrolled trial of the Yoga of awareness program in the management of fibromyalgia. Pain 2010; 151: 530-539.

15. Mannerkorpi K, Nordeman L, Cider A et al. Does moderate-to-high intensity Nordic walking improve functional capacity and pain in fibromyalgia? A prospective randomized controlled trial. Arthritis Res Ther 2010; 12(5): R189.

16. Gusi N, Parraca JA, Olivares PR et al. Tilt vibratory exercise and the dynamic balance in fibromyalgia: a randomized controlled trial. Arthritis Care Res 2010; 62: 1072-1078.

17. McLoughlin MJ, Colbert LH, Stegner AJ et al. Are women with fibromyalgia less physically active than healthy women? Med Sci Sports Exerc 2011; 43: 905-912.

18. Fontaine KR, Conn L, Claw DJ. Effects of lifestyle physical activity on perceived symptoms and physical function in adults with fibromyalgia: results of a randomized trial. Arthritis Res Ther 2010; 12: R55.

19. Fontaine KR, Conn L, Claw DJ. Effects of lifestyle physical activity in adults with fibromyalgia: results at follow-up. J Clin Rheumatol 2011; 17: 64-68.

20. Jones KD, Liptan GL. Exercise interventions in fibromyalgia: clinical applications from the evidence. Rheum Dis Clin North Am 2009; 35: 373-391.

21. Nijs J, Roussel N, Van Oosterwijck J et al. Fear of movement and avoidance behaviour toward physical activity in chronic-fatigue syndrome and fibromyalgia: state of the art and implications for clinical pratice. Clin Rheumatol 2013 ; 32(8) : 1121-1129.

22. Maïlys Rondier. « A. Bandura. Auto-efficacité. Le sentiment d’efficacité personnelle », L’orientation scolaire et professionnelle. 2004; 33/3: 475-476.

23. Tudor-Locke C, Lutes L. Why do pedometers work?: a reflection upon the factors related to successfully increasing physical activity. Sports Med 2009 ; 39 : 981-993.

Notes de fin

1 Activité physique d’intensité modérée : sur une échelle absolue, il s’agit d’une activité physique dont l’intensité est 3 à 5,9 fois supérieure à l’intensité du repos. Si l’on considère la capacité personnelle d’un individu (FC max), sur une échelle de 0 à 10, elle est généralement de 5 ou de 6 (Physical Activity Guidelines for Americans, 2008).

2 Fréquence cardiaque maximale = (208-[0,7 X âge]) (Tanaka H, Monahan KD, Seals DR. Age-predicted maximal heart rate revisited. J Am Coll Cariol. 2001 ; 34 : 153-156).

Auteur

Ergothérapeute, Candidate au doctorat en sciences cliniques, Université de Sherbrooke, Centre de recherche clinique Étienne-Le Bel du CHUS, Sherbrooke

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search