Version classiqueVersion mobile

La douleur en mouvement

 | 
Pierre Beaulieu

Prise en charge physique du patient

Fibromyalgie : recommandations canadiennes

Mary-Ann Fitzcharles et Peter A. Ste-Marie

Texte intégral

1La fibromyalgie est un syndrome de douleur corporelle diffuse et chronique dont la cause n’est pas entièrement comprise à ce jour et qui affecte environ 3 % de la population générale. Reconnue comme étant incurable, la fibromyalgie est traitée avec une approche individualisée pour chaque patient ayant l’objectif d’alléger les symptômes les plus troublants qui peuvent inclure, outre la douleur, la fatigue, les troubles de sommeil et d’humeur et les difficultés cognitives, entres autres. Bien que l’arme de choix des médecins s’avère souvent être un arsenal de médicaments allant des antidépressifs aux anticonvulsivants en passant par les opiacés et autres antidouleurs, force est d’admettre que dans la majorité des cas, le soulagement provenant des thérapies pharmacologiques n’est que minime et que la plupart du temps, les effets secondaires viennent compliquer davantage un état de santé déjà fragile. Il est donc primordial de penser aux modalités non pharmacologiques, dont notamment l’activité physique. Sans se vouloir exhaustif, ce court texte vise à informer le lecteur sur les recommandations actuelles pour le traitement de la fibromyalgie tout en présentant certaines activités physiques précises qui ont été étudiées en fibromyalgie.

2La liste de traitements non pharmacologiques en fibromyalgie est assez variée et inclut les traitements complémentaires et alternatifs, l’éducation, les thérapies cognitivo-comportementales et l’activité physique de toute sorte. Bien qu’il existe une panoplie d’options, elles ont toutes un fil conducteur commun, soit le désir de faire progresser les patients d’une attitude passive vers un locus de contrôle interne où le patient devient un participant actif au maintien d’une santé optimale. Ce concept est d’ailleurs partie intégrante des Lignes directrices canadiennes 2012 pour le diagnostic et la prise en charge du syndrome de fibromyalgie (ci-après lignes directrices canadiennes), où l’on recommande que « les approches non pharmacologiques comprenant la participation active du patient, devraient faire partie intégrale du plan thérapeutique de la prise en charge de la fibromyalgie »1.

3Quelle place doivent occuper les diverses activités physiques dans le traitement de la fibromyalgie ? Les lignes directrices canadiennes recommandent que les personnes atteintes de fibromyalgie « devraient participer à un programme d’activité physique adapté de leur choix, afin de retirer les bienfaits globaux pour la santé et les répercussions possibles sur les symptômes de fibromyalgie1. » Cette recommandation ayant atteint le plus haut niveau de preuve possible quant aux standards de médecine factuelle utilisés par les auteurs des lignes directrices canadiennes, il est possible d’affirmer qu’une composante de chaque plan thérapeutique doit porter sur l’activité physique.

4Il va de soi que l’activité physique est recommandée pour tous puisqu’elle fait partie d’un style de vie sain et procure des bienfaits pour le bien-être global. D’ailleurs, l’Organisation mondiale de la Santé a élaboré une stratégie mondiale pour promouvoir les bienfaits de l’activité physique pour tous, peu importe l’âge, dans une optique d’améliorer la prévention de maladies non transmissibles et de dépression. Les patients atteints de fibromyalgie ne font pas exception et doivent eux aussi chercher à maximiser leur capacité physique.

5Contrairement à certaines craintes formulées par des patients fibromyalgiques réticents à entreprendre un programme d’activité physique, une étude récente démontre que l’activité physique ne causera pas d’exacerbation de douleur liée à la fibromyalgie2. C’est donc dire que si l’activité physique est faite de manière sécuritaire, elle ne causera pas de « dommages ». Quant au choix du type d’activité physique, ce dernier revient à chaque patient à la suite d’une discussion avec son médecin traitant, puisque les études démontrent qu’il n’y a pas véritablement de programme d’activité physique supérieur aux autres. Il revient donc au patient de se trouver une activité physique qui lui est plaisante et abordable afin de favoriser l’adhésion1.

6À l’occasion d’une revue Cochrane en 2007 incluant 34 études de types d’activités physiques étudiées en fibromyalgie, les auteurs ont conclu que l’activité aérobique supervisée est bénéfique puisqu’elle engendre une amélioration de la capacité fonctionnelle physique et un apaisement des symptômes de fibromyalgie3. Une méta-analyse de 2010 a confirmé ces bienfaits tout aussi présents en aérobie aquatique que sur terre4. La musculation avait aussi certains effets bénéfiques sur les symptômes bien que les études ne sont pas d’aussi bonne qualité3. Bien que les effets bénéfiques aient été démontrés pour ces types d’activités physiques, il est de mise de préciser que les bénéfices n’ont été mesurés que sur le court terme puisqu’il existe un manque d’études à long terme pour ces types d’intervention. Malgré ce manque de validation scientifique sur le long terme, il est intuitivement souhaitable que les patients fibromyalgiques incluent l’activité physique dans une perspective à long terme afin de maintenir une santé optimale.

7Depuis la publication des lignes directrices, de nouvelles études ont été publiées démontrant elles aussi qu’en réalité, toutes sortes de formes d’activités physiques sont bénéfiques en fibromyalgie et qu’il n’y a pas de risque de causer des torts aux patients qui s’y adonnent. Celles-ci incluent aussi des activités qui comportent une composante méditative tels le Qigong, le Tai-Chi et le Yoga. Une méta-analyse récente de ces exercices de type « médecine complémentaire et alternative » démontre que bien que les études soient de qualité modérée, on note une réduction de la douleur causée par la fibromyalgie. De plus, en fonction du manque d’effets secondaires, il n’y a pas de véritable risque d’entreprendre ce type d’activité physique.

8En conclusion, il est possible d’affirmer que tous les patients atteints de fibromyalgie devraient se trouver une activité physique plaisante pour le maintien d’une santé optimale, peu importe l’activité choisie. En lien avec les recommandations des lignes directrices canadiennes, ceci permettra au patient de devenir un participant actif dans le traitement de sa maladie. De plus, le patient pourra discuter avec son médecin dans le but de se fixer des objectifs atteignables et mesurables qui permettront de mesurer le progrès.

Bibliographie

Références bibliographiques

1. Fitzcharles M-A et al. Lignes directrices canadiennes 2012 pour le diagnostic et la prise en charge du syndrome de fibromyalgie. 2012 [cited 2013, August 6th]; Available from: http://rheum.ca/images/documents/2012CanadianFMGuidelinesFR.pdf.

2. Kaleth AS, Saha CK, Jensen MP, Slaven JE, Ang DC. Effect of moderate to vigorous physical activity on long-term clinical outcomes and pain severity in fibromyalgia. Arthritis Care Res (Hoboken) 2013; 65(8): 1211-1218.

3. Busch AJ, Barber AJ, Overend TJ, Peloso PM, Schachter CL. Exercise for treating fibromyalgia syndrome. Cochrane Database of Systematic Reviews 2007; 4: CD003786.

4. Hauser W, Klose P, Langhorst J, Moradi B, Steinbach M, Schiltenwolf M, Busch A. Efficacy of different types of aerobic exercise in fibromyalgia syndrome: a systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials. Arthritis Research & Therapy 2010 ; 12(3): R79.

Auteurs

Professeure agrégée, Département de rhumatologie, Université McGill, Montréal

Université McGill, Montréal, Québec

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search