Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Notre littérature aux yeux d’un Canadien anglais – An Outline of Canadian Literature par Lorne Pierce1

Texte intégral

  • 1 « An Outline of Canadian Literature par Lomé Pierce », Le Canada, 8 mai 1928, p. 4 ; Gloses critiqu (...)
  • 2 Dans une lettre du 22 février 1928, Dantin écrivait à Olivar Asselin : « Je songeais justement ces (...)
  • 3 Lorne Pierce (1890-1961), écrivain et ministre méthodiste, dirigea pendant quarante ans la maison d (...)

1Le titre anglais de ce volume ne doit pas nous tromper sur son intérêt et son importance pour nous2. Cet aperçu historique et critique ne concerne pas uniquement les lettres anglaises ; il présente une synthèse complète de la création littéraire dans notre pays, aussi bien dans la langue de Champlain que dans celle de Wolfe. Nos écrivains dans tous les genres y occupent une très large place. Et c’est une nouveauté, en même temps qu’un geste équitable et fraternel, que d’avoir joint ainsi dans une même étude, tracé parallèlement avec un soin égal, les deux formes d’expression qui ont traduit l’âme canadienne. De tels ouvrages servent un but admirable et contribuent directement à détruire les distances et les préjugés qui nous désunissent. Ils créent entre nous ce respect qui est la base de toute entente. Ils nous montrent comment deux races vivant côte à côte peuvent creuser chacune leur sillon, évoluer selon leur génie propre, et produire des œuvres diverses qui pourtant se rejoignent dans la poursuite de l’idéal et la sincérité de l’effort. Que M. Lorne Pierce3 ait voulu pour son livre ce résultat, c’est ce qu’il affirme lui-même en termes empreints de largeur et de bienveillance : « Nous avons sûrement, dit-il, tous les éléments d’où peuvent surgir une grande tradition et un grand peuple. Il peut sembler à première vue que la géographie et la diversité de nos langages leur opposent un obstacle permanent et définitif ; mais il n’en est rien. Notre pays s’est constitué, a grandi par degrés lents et naturels. Les unités qui le composent ne sont entrées dans la confédération qu’à mesure qu’elles y étaient préparées, et l’esprit de patriotisme, la conscience nationale, se sont accrus avec chaque addition nouvelle. Il y aura toujours la barrière de nos montagnes et de nos lacs, et les intérêts sectionnels qu’elle dresse ; mais il est déjà clair que nos destinées sont inséparables. Comment, dès lors, acquerrons-nous une cohésion plus forte ? Ce sera par l’étude intense de notre histoire, de ses événements et de ses héros, mais aussi par un intérêt plus vif envers notre littérature nationale. C’est par elle que s’exprime l’âme du Canada : elle forme la grande route, large et unie, qui dépassera les bornes étroites, et produira la seule entente cordiale durable. »

  • 4 Pseudonyme de Victor Barbeau, critique, journaliste, essayiste et professeur montréalais qui avait (...)

2Cet ouvrage a, pour nous Français, un avantage plus spécial : il nous découvre ce que nos voisins pensent de nous. C’est toujours une révélation utile de se voir par les yeux d’autrui. Nous apercevons dans ces pages nos historiens, nos poètes, jugés du dehors, avec un désintéressement complet, une objectivité passive, sans soupçon possible de jalousie ou de complaisance. Ceci extériorise et clarifie pour nous un tableau que sa proximité peut rendre confus. Les contours de notre achèvement littéraire s’en détachent avec une surprenante netteté, comme dans le cristal d’une lentille. D’abord ce fait patent, dont certains d’entre nous semblent encore douter : l’existence dans Québec d’une littérature distincte, produit du sol et de ses fils, reflétant les aspects de notre caractère et de notre culture française. Nul ne peut voir, page après page, défiler cette masse d’écrivains, cette procession d’ouvrages de toutes les catégories connues, sans admettre qu’un tel ensemble, quel qu’en puisse être le niveau, implique et constitue une autonomie littéraire. Ce n’est pas seulement la fiction, la poésie, qui comptent par centaines leurs représentants ; — ces formes auxquelles on restreint trop la notion de littérature n’en sont, en fait, que des provinces ; — mais c’est la religion, l’histoire, la biographie, la politique, la sociologie et la science : ce sont tous les domaines auxquels s’applique l’esprit humain. Que, dans l’espace d’un siècle, une colonie vaincue, infime en nombre et en ressources, forcée à une lutte incessante contre la glèbe et l’homme hostiles, ait gardé à ce point la vie de l’esprit, ait conservé sa langue en la purifiant peu à peu, ait produit une telle somme de labeur intellectuel, c’est quelque chose, sans doute, qui mérite mieux que le dédain : c’est plutôt une merveille d’énergie et de survivance. Il est trop aisé d’amoindrir la qualité de ce résultat, de l’écarter en bloc comme inférieur, médiocre. Mais prenons garde que ces mots sont ambigus et imprécis. Inférieur à quoi ? médiocre en regard de quels termes ? Si l’on veut dire que notre effort n’a pas encore survolé les cimes, signaler dans nos œuvres l’absence du génie, c’est d’une vérité puérile, tant elle est patente ; mais a-t-elle rien qui doive surprendre ? Rabaisser, d’autre part, la valeur réelle et certaine d’une quantité de ces écrits, nier le talent, le sérieux, dont ils portent la marque, serait positivement injuste. Une littérature qui, en cent ans, a produit des historiens comme Garneau, Ferland, Suite, Chapais, l’abbé Gosselin, l’abbé Groulx ; des journalistes comme Étienne Parent, Louis Dessaulles, Hector Fabre, Trudel, Tardivel, Bourassa, Fournier, Asselin ; des chroniqueurs comme Arthur Buies, des conférenciers comme Édouard Montpetit ; des critiques d’art comme Ernest Gagnon, Léo-Pol Morin, Jean Chauvin, Frédéric Pelletier ; des critiques de lettres comme « Turc4 » ; des raconteurs comme de Gaspé, Chauveau, et ce tout jeune Robert Choquette ; des poètes comme Lemay, Fréchette, Beauchemin, Nelligan, Lozeau, Michaud, Chopin, Morin, Beauregard ; des pastellistes de la nature comme Faucher de Saint-Maurice et le Frère Marie-Victorin : une telle littérature n’a pas, après tout, à demander grâce. Les cinquante-deux années de la Revue canadienne l’établiraient à elles toutes seules et lui conquerraient le respect. Elle a pu demeurer moyenne sans être pour cela négligeable ou nulle. Les nations, d’ailleurs, ne se nourrissent pas que de chefs-d’œuvre. Leur pain quotidien, c’est la pensée qui s’inspire de leur vie réelle, qu’elles peuvent saisir et s’assimiler. La récurrence du génie est aussi rare que celle des comètes. L’idéal esthétique n’est jamais atteint. Si une littérature s’adapte à la mentalité d’un peuple, s’égale à ses aspirations, en domine le niveau sans pourtant le perdre de vue et tend à l’attirer au sien, elle a rempli sa mission ethnique et n’a besoin d’aucune excuse. Qu’elle connaisse ses limites pour chercher à les dépasser, c’est une humilité nécessaire ; mais elle est loin de cette humilité qui la ferait se méconnaître elle-même.

3M. Lorne Pierce ne doute nullement, lui, de nos lettres françaises, pas plus de leur passé que de leur avenir, et il les évalue sans excès comme sans injustice. Il en suppute d’abord la richesse numérique en des statistiques pressées et exactes. Il groupe en autant de chapitres les auteurs relevant de chacun des genres littéraires. Des notes biographiques élucident leur carrière, et se complètent de jugements sur leur talent et sur leur influence. Il va même chercher dans nos origines les jalons précurseurs de notre développement natif. Il énumère les œuvres de nos fondateurs et de nos pionniers : Jacques Cartier, Lescarbot, Champlain, les Jésuites, le P. Leclercq, La Salle, Marquette, Charlevoix, Hennepin ; toute une littérature formant base à la nôtre et qu’on pourrait, sans grand paradoxe, compter comme en faisant partie. Ces premiers immigrants ne furent-ils pas vrais Canadiens ? Si leurs exploits sont notre histoire, qui empêche leurs écrits de nous appartenir ? Ainsi vue dans son unité, notre évolution littéraire prend une perspective grandiose : elle embrasse quatre siècles, elle s’infuse à toute notre vie. On est fier de trouver le germe de notre poésie dans les rimes archaïques des Muses de la Nouvelle-France, imprimées en l’an 1609 ; celui de notre théâtre dans un drame que jouèrent, vers le même temps, des amateurs de Port-Royal. De Ducreux à Bibaud il n’y a qu’une barrière d’années. On constate surtout que Durham, ou un autre, nous reprochant de « n’avoir pas d’histoire », montrait une ignorance absurde ; car est-il une nation ayant eu, dès son berceau même, un tel trésor d’archives et de chroniques ?

4Le résumé de M. Pierce dénote de très sérieuses recherches, et sa critique témoigne d’un goût judicieux et sûr. À peine pourrait-on signaler quelques fautes d’omission ou quelques verdicts discutables. Il est inconcevable que Nérée Beauchemin, Eudore Évanturel, n’aient pas une seule mention auprès de Chapman qu’ils dépassent ; qu’Albert Lozeau et Émile Nelligan figurent comme seuls représentants de l’École Littéraire, qui compte plus d’une douzaine de poètes très dignes de remarque. Ces deux élus, je crois, profitent quelque peu, comme Gilbert, de leur halo de « poètes malheureux ». Jugée à son mérite, leur poésie commande-t-elle une si exclusive préférence ? Si l’on veut descendre aux vétilles, les Croquis laurentiens et les Rapaillages se sont glissés parmi les « romans », et il est dit que nos auteurs excellent surtout dans la critique.

5On se plaît à voir Louis Hémon nommé dans ce volume, quoiqu’avec la réserve qu’il ne fut nôtre qu’en passant ; et c’est dommage que cette restriction s’impose ; sinon, on ne pourrait plus nous narguer de n’avoir jamais produit de chef-d’œuvre.

6Les lettres canadiennes-anglaises sont traitées, tout naturellement, avec la même érudition, le même soin, une sympathie encore plus intime, et nous apportent sur le sujet des notions nécessaires et qui nous manquent le plus souvent. Grâce à elles, Parker, Kirby, Drummond, Sangster, Lighthall, Roberts, Mair, Cameron, Carman, deviennent autre chose que des noms. Nous suivons, à côté du nôtre, un mouvement intellectuel marqué d’œuvres solides et brillantes. Nous apprenons à admirer ce que la vie pratique de nos concitoyens leur laisse de liberté pour l’étude de l’histoire, les rêves de la fiction et les envolées de la lyre. Nous les rencontrons, sur ce terrain large, dans une passion égale du beau.

7Le livre de M. Pierce, outre son mérite intrinsèque, est une œuvre d’estime mutuelle et de bonne entente. Il démontre à nouveau, par une réalité palpable, que « l’Art n’a pas de patrie » ; ou plutôt que, chez nous, deux arts distincts d’inspiration, d’esprit et de formules, peuvent avoir une patrie commune.

Notes de fin

1 « An Outline of Canadian Literature par Lomé Pierce », Le Canada, 8 mai 1928, p. 4 ; Gloses critiques, t. I, p. 47-54.

2 Dans une lettre du 22 février 1928, Dantin écrivait à Olivar Asselin : « Je songeais justement ces jours-ci, en lisant l’Outline of Canadian Literature de Lorne Pierce, qu’il nous manquait une anthologie de nos prosateurs canadiens-français sur le modèle de celle des poètes à laquelle vous avez collaboré [voir supra, p. 127-143] et que vous seriez justement l’homme à nous donner une pareille œuvre. Je ne connais personne, pour ma part, à qui je la confierais plus volontiers, et avec plus de garanties d’intelligence et de goût. Pourquoi, en vérité, ne l’entreprendriez-vous pas ? Je suis sûr que Carrier l’accepterait d’emblée, et la publierait à ses frais, si vous le préfériez ainsi. Cet ouvrage de Lorne Pierce a achevé de me convaincre d’une vérité que je soupçonnais déjà : c’est que notre dédain en bloc pour nos achèvements intellectuels est positivement injuste, et qu’après tout, la “médiocrité” de notre littérature n’est qu’un mot sans son défini, flottant aussi bien au-dessus qu’en dessous de la ligne moyenne, et qui recouvre tout ce qu’on veut — Garneau, Suite, l’abbé Gosselin, l’abbé Groulx ; Lemay, Fréchette, Beauregard ; Édouard Montpetit et le F. Marie-Victorin, sans parler de tant d’autres ; si “médiocres” que cela ? Croit-on que tout ce qui se publie en cent ans en France ou en Allemagne est un chef-d’œuvre ? — En prose surtout, je crois qu’une anthologie de nos auteurs réunirait dans tous les genres des pages vraiment littéraires et qui ne feraient honte à personne. Puisque les étrangers nous respectent et nous prennent au sérieux, quelle grâce avons-nous de nous mépriser tant nous-mêmes ? Je ne perds pas l’espoir de voir quelque jour un pendant, ordonné par vous, à l’Anthologie des poètes, et ce sera une œuvre à nous ouvrir les yeux sur notre passé déjà oublié... »

3 Lorne Pierce (1890-1961), écrivain et ministre méthodiste, dirigea pendant quarante ans la maison d’édition Ryerson.

4 Pseudonyme de Victor Barbeau, critique, journaliste, essayiste et professeur montréalais qui avait lancé en octobre 1921 Les Cahiers de Turc.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter