Version classiqueVersion mobile

La douleur en mouvement

 | 
Pierre Beaulieu

Prise en charge physique du patient

Rôle de l’ergothérapeute

Marie-Josée Gobeil

Texte intégral

1Ergothérapie, la thérapie par l’activité (Ergon en grec). Mais au-delà de mettre les gens en action, certaines spécificités caractérisent le travail de l’ergothérapeute auprès d’une clientèle présentant de la douleur chronique.

2La douleur chronique a cette particularité d’avoir un retentissement sur plusieurs sphères de la vie de la personne, ce qui justifie l’approche thérapeutique très holistique qu’offre l’ergothérapie. En effet, par ses approches cliniques, l’ergothérapeute en douleur chronique s’intéresse à la globalité de la personne, afin de lui permettre d’acquérir autonomie et sentiment d’efficacité dans la gestion de cette condition chronique pour la réalisation de ses habitudes de vie et rôles sociaux significatifs. Ainsi, les diverses interventions offertes par ce professionnel s’adresseront tant à la personne aux prises avec cette douleur persistante qu’à son environnement physique, social ou de travail.

3À travers la modalité thérapeutique de choix de l’ergothérapeute qu’est la mise en situation encadrée, ce professionnel abordera 5 grands axes d’interventions pour faire face à la douleur chronique, soit :

  • l’enseignement ;
  • l’entraînement et la supervision de la modification de comportements ;
  • le développement des capacités physiques ;
  • le soutien psychologique dans l’activité ;
  • la recherche d’un équilibre fonctionnel et occupationnel.

Enseignement

4L’une des pierres angulaires de l’intervention auprès de la clientèle en douleur chronique est l’enseignement et le réconfort. À la lumière de la connaissance qu’a l’ergothérapeute de la condition documentée du client et du phénomène de la douleur chronique, il permettra au client de concevoir sa condition aux niveaux :

  • de la pathologie en présence ;
  • d’une meilleure compréhension du phénomène de la douleur chronique incluant les différents éléments tant physiques que psychologiques intervenants dans ce phénomène ;
  • d’une bonne compréhension du phénomène de peur/évitement (Vlaeyen et Linton, 2000) que l’on retrouve fréquemment en douleur chronique ;
  • d’une bonne compréhension des grands principes à privilégier pour favoriser une gestion efficace de sa condition, tant au niveau des postures à adopter considérant sa pathologie et du principe d’analyse de l’activité et de gradation de celle-ci que d’une saine gestion pendant l’activité ;
  • de la découverte d’une conscience de l’impact de ses attitudes face à la douleur (comportements douloureux) sur son environnement, et de son pouvoir d’agir à ce niveau.

Modification de comportements

5En présence de douleur chronique, l’analyse du comportement de la personne atteinte est importante. En effet, grâce à l’observation du client en action, il devient possible d’identifier la présence de mauvais patrons de mouvements qui contribuent à la persistance de la douleur, la présence de comportements ayant pour but d’exprimer la douleur (comportements douloureux), l’utilisation ou non de comportements appropriés visant la gestion de la douleur ou l’adoption de positions antalgiques, etc. L’observation du client dans l’activité nous permettra également d’identifier son style de gestion de sa condition, soit un cycle d’hyper-à hypo-activité, un cycle peur-évitement, la présence de catastrophisme, etc. Ainsi, à partir de l’analyse de ces différents éléments, l’ergothérapeute travaillera avec la personne à reconnaître les différents comportements à corriger et proposera un programme gradué de mise en situation permettant l’entraînement encadré à la modification de ces comportements, modifications qui auront un impact sur la gestion des symptômes et sur l’amélioration du niveau fonctionnel.

Développement des capacités physiques

6À travers l’analyse de la situation du client, l’ergothérapeute identifiera aussi l’écart entre son profil actuel de capacités et les exigences pour la reprise des habitudes de vie ciblées. Ainsi, à partir de cette analyse, ce professionnel élaborera un programme gradué de développement des capacités qu’il intégrera dans des activités significatives afin de permettre à la personne de progresser et d’appliquer en même temps, dans une vision très globale et fonctionnelle, tout l’enseignement reçu. Ces mises en situation en milieu clinique puis en milieu réel permettront donc la modification de comportements et de patrons de mouvements, l’application de moyens de gestion pendant l’activité, le développement de capacités et un travail psychologique entourant la reprise de l’activité. En effet, l’une des particularités du rôle de l’ergothérapeute est qu’il pourra graduer son intervention en passant de la mise en situation en milieu clinique à des mises en situation supervisées en milieu réel. Le milieu réel nous apporte généralement une panoplie d’informations nouvelles auxquelles nous n’aurions pas accès autrement que par l’observation, par ce professionnel, du client en interaction avec son environnement tant domiciliaire, social que de travail.

Soutien psychologique dans l’activité

7Dans cette reprise graduée d’activité, diverses émotions, anticipations et doutes se manifestent. Ainsi, l’ergothérapeute sera en mesure de travailler ces éléments liés à la personne, à l’activité ou à son contexte dans l’environnement afin de lui permettre de cheminer vers un mieux-être et de développer un sentiment d’efficacité personnelle par rapport à sa situation.

Vers un équilibre occupationnel

8Tout ce travail conjoint du client et de l’ergothérapeute se fera dans une étroite communication et une rétroaction continue, afin de permettre à la personne atteinte de douleur chronique de retrouver un équilibre entre ses capacités et les demandes de son environnement. L’ergothérapeute pourra ainsi documenter, lors de l’atteinte d’un plateau de récupération, le profil résiduel du client, et le mettre en relation avec l’analyse faite des exigences des rôles à accomplir. L’ergothérapeute tâchera également de dégager une marge de manœuvre entre les exigences et les capacités, afin de mettre en place les conditions favorables pour une reprise d’activité sécuritaire et durable.

9Lorsqu’un déséquilibre persiste, l’ergothérapeute tentera de proposer des modifications de l’environnement (aides techniques, aménagement du poste de travail, réaménagement des tâches domiciliaires ou au travail, etc.) pour retrouver l’équilibre. Lorsqu’il sera devenu impossible d’accomplir certains rôles, l’ergothérapeute pourra participer à l’élaboration d’un nouveau projet pour retrouver un équilibre occupationnel satisfaisant.

10L’ergothérapeute en douleur chronique joue donc un rôle significatif auprès de cette clientèle. Néanmoins, tel qu’il est énoncé dans les lignes directrices émises par l’Agence d’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé du Québec dans son rapport sur la prise en charge de la douleur chronique (non cancéreuse), on recommande une prise en charge interdisciplinaire où travailleront de concert médecin, psychologue, physiothérapeute et ergothérapeute pour le bien-être de cette clientèle. En effet, au-delà du rôle de l’ergothérapeute dans la prise en charge du patient atteint de douleur chronique, il y a son rôle en tant que collègue qui contribue à la complémentarité professionnelle et à la synergie d’un vrai travail interdisciplinaire au profit du client.

Bibliographie

Références bibliographiques

1. Agences d’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé (AETMIS). Document sur la prise en charge de la douleur chronique (non cancéreuse), Organisation des services de santé, Québec, mai 2006 : vol. 2, no 4.

2. Bouvrette-Leblanc L. Ergothérapie et douleur chronique. Dans Faire équipe face à la douleur chronique (2010), Les Productions Odon.

3. Kennedy L, Craik J, Brown C, Chakavarti A, Gupta A, Klassen B. Pain Management and occupational therapy. Professional Issue Forum 2011 ; CAOT conference, Saskatoon, SK, June 16, 2011.

4. Klinger L, Klassen B. Que fait l’ergothérapeute pour une personne aux prises avec une douleur chronique ? Actualités Ergothérapeutiques 2012; vol. 14.5: 6-7.

5. Rochman DL, Kennedy-Spaien E. Chronic pain management: approaches and tools for Occupational Therapy. OT Practice 2007; July 30, 9-15.

6. Skjutar A, Schult ML, Christensson K, Mullersdorf M. Indicators of need for occupational therapy in patients with chronic pain: Occupational therapists’ focus groups. Occup Ther Int 2009; 17: 93-103.

7. Vlaeyen J, Linton S. Fear-avoidance and its consequences in chronic musculoskeletal pain: a state of the art. Pain 2000 ; 85 : 317-332.

Auteur

Ergothérapeute, Coordonnatrice clinique, Programme d’expertise de réadaptation en douleur chronique, Institut de réadaptation en déficience physique de Québec

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search