Version classiqueVersion mobile

La douleur en mouvement

 | 
Pierre Beaulieu

Activité physique et douleur

Bénéfices de l’activité physique : accent sur la douleur chronique

Pierre Beaulieu

Texte intégral

« L’homme n’est jamais plus semblable à lui-même que lorsqu’il est en mouvement. »
Auguste Rodin

1Notre mode de vie moderne, caractérisé par un manque journalier d’activité physique et d’entraînement, prédispose les gens à des maladies chroniques dont les principales sont le diabète, l’obésité, l’hypertension et la maladie coronarienne (Hallal et al., 2012). L’activité physique régulière n’est pas une pratique universelle ; ainsi, 25 % des adultes aux États-Unis sont sédentaires contre 22 % au Canada et 29 % à Montréal. Par ailleurs, 40 % des personnes de plus de 65 ans sont eux aussi sédentaires.

2L’inactivité physique a été identifiée comme le 4e facteur de risque de mortalité globale dans le monde (OMS, 2010). L’étude de Lee et al. (2012) montre que le fait de traiter l’inactivité physique serait associée à un gain de l’espérance de vie de la population mondiale de 0,68 an. Ainsi, l’OMS a fait des recommandations en particulier pour les personnes âgées de 18 à 64 ans :

  • faire au moins 150 min d’activité physique en aérobie (endurance) d’intensité modérée chaque semaine ou 75 min d’exercices aérobiques vigoureux ou une combinaison des deux ;
  • l’activité aérobie doit être effectuée par périodes d’au moins 10 min ;
  • pour obtenir des bénéfices additionnels, il faudrait augmenter les activités d’intensité modérée à 300 min par semaine ou effectuer 150 min d’exercices plus intenses ou une combinaison des deux ;
  • des activités de renforcement musculaire portant sur des groupes musculaires majeurs devraient être effectuées au moins deux fois par semaine.

Bienfaits de l’activité physique en général

3Les bienfaits de l’activité physique sont multiples : entretien de la force musculaire et de la coordination des mouvements, souplesse des tendons et des ligaments, augmentation de la formation de tissu osseux (effets sur la masse, la densité et la texture des os), amélioration du transit digestif, diminution des triglycérides et de la résistance à l’insuline favorisant ainsi le maintien d’un poids idéal, amélioration du bien-être émotionnel et de l’estime de soi, de la qualité de vie liée à la santé, maintien d’un réseau social (Nino, 2013). Les effets bénéfiques de l’activité physique adaptée sur des marqueurs psychologiques concernent en particulier : une réduction de la douleur (ex. : lombalgies chroniques), une diminution de la fatigue (cancer du sein), une réduction de l’anxiété (fibromyalgie, sclérose en plaques, maladies cardiorespiratoires chroniques) et une diminution de la dépression (diabète, VIH, cancer, maladie pulmonaire chronique), une augmentation de l’estime de soi (cancer, diabète), une amélioration des fonctions mnésiques, de l’attention, des praxies, du sommeil et de la sociabilité (Nino, 2013).

4Finalement, d’autres effets issus de données probantes sont aussi décrits dans le tableau suivant.

Bénéfices pour la santé de l’activité physique chez l’adulte (modifié d’après Lee et al., 2012).

Bénéfices pour la santé de l’activité physique chez l’adulte (modifié d’après Lee et al., 2012).

Bienfaits de l’activité physique sur la douleur chronique

5Une grande partie des effets bénéfiques de l’activité physique en général (voir plus haut) vont aider à améliorer la douleur, en particulier les effets musculosquelettiques, sur l’humeur, la non-prise de poids et la condition sociale.

6Le lien entre sédentarité et douleur est intéressant à faire puisque la plupart des études indiquent que les personnes ayant des douleurs chroniques sont sédentaires ou peu actives. Intuitivement, les patients pensent que l’activité physique peut aggraver leur douleur et ils ont alors tendance à diminuer leurs activités. La prise en charge de la douleur chronique passe par une remise en activité progressive des patients avec des bénéfices à la fois sur le plan de la douleur et que sur la qualité de vie. Ainsi, la condition physique des patients souffrant de douleurs chroniques peut être améliorée par un programme d’entraînement comprenant divers types d’exercices incluant des activités d’endurance (marche, natation, vélo), de musculation spécifique, des étirements, etc. Grâce à ce programme, la reprise du travail est généralement plus rapide même s’il est vrai que la perception de la douleur par les patients (auto-évaluation) ne s’en trouve pas nécessairement modifiée.

Exemples de programme

7Un programme de marche nordique (marche avec bâtons) deux fois par semaine pendant 12 semaines chez 27 patients souffrant de cervicalgies chroniques a montré une réduction des scores de douleur et une meilleure qualité de vie (Henkel et al., 2008). Dans une autre étude randomisée chez 136 patients avec lombalgies chroniques, un programme de 8 semaines de marche nordique deux fois par semaine pendant 45 min a montré une tendance vers la réduction des lombalgies qui a été associée à une diminution de la consommation des analgésiques (Hartvigsen et al., 2010).

8En ce qui concerne les athlètes, une méta-analyse récente a analysé s’il existait des différences dans la perception de la douleur entre des athlètes et des personnes normalement actives (Tesarz et al., 2012). La perception de la douleur était différente chez les athlètes qui possédaient une tolérance augmentée à la douleur que les personnes normales ; néanmoins, aucune conclusion n’a été possible concernant le seuil de douleur.

9Il semble maintenant démontré que sur un plan pratique, le coût pour une personne de devenir active est moins important que l’achat de médicaments. De plus, le fait d’être en bonne condition physique est inversement relié à toutes les causes de mortalité. Ainsi, ces éléments font que la sous-évaluation des effets de l’activité physique et sa faible recommandation dans la prescription médicale devient pour certains inacceptable dans la pratique clinique actuelle (Hallal et Lee, 2013). C’est pourquoi ces auteurs recommandent que l’activité physique soit prescrite comme on prescrit un médicament car il s’agit alors d’une approche complémentaire, efficace, bon marché et qui présente peu d’effets indésirables. Pour ce faire, la formation des professionnels de la santé, et en particulier des médecins, doit être revue pour prendre en compte cette nécessité. En effet, peu ou pas de place est consacrée à cette problématique dans les facultés de médecine.

Bibliographie

Références bibliographiques

1. Hallal PC, Andersen LB, Bull FC et al. Global physical activity levels: surveillance progress, pitfalls, and prospects. Lancet 2012; 380: 247-257.

2. Hallal PC, Lee I-M. Prescription of physical activity: an undervalued intervention. Lancet 2013; 381: 356-357.

3. Hartvigsen J, Morso L, Bendix T, Manniche C. Supervised and nonsupervised Nordic walking in the treatment of chronic low back pain: a single blind randomized clinical trial. BMC Musculoskelet Disord 2010; 11: 30.

4. Henkel J, Bak P, Otto R, Smolenski UC. Effect of selected prevention concepts on functional health of persons with nonspecifıc chronic recurrent neck pain. Manual Med 2008; 47(1): 57-66.

5. Lee IM, Shiroma EJ, Lobelo F, Puska P, Blair SN, Katzmarzyk PT. Effect of physical inactivity on major non-communicable diseases worldwide: an analysis of burden of disease and life expectancy. Lancet 2012 ; 380 : 219-229.

6. Nino G. Bénéfices psychologiques des activités physiques adaptées dans les maladies chroniques. Science & Sport 2013, sous presse.

7. Tesarz J, Schuster AK, Hartmann M, Gerhardt A, Eich W. Pain perception in athletes compared to normally active controls: A systematic review with meta-analysis. Pain 2012; 153: 1253-1262.

8. WHO. Global recommendations on physical activity for health. Geneva: World Health Organization, 2010.

Table des illustrations

Titre Bénéfices pour la santé de l’activité physique chez l’adulte (modifié d’après Lee et al., 2012).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search