Version classiqueVersion mobile

La douleur en mouvement

 | 
Pierre Beaulieu

Introduction

Pierre Beaulieu

Texte intégral

1Tour à tour symptôme, syndrome, maladie, la douleur chronique reste un phénomène encore mal élucidé et trop souvent encore difficilement contrôlé. À ce titre, on se référera non pas à une mais plutôt à des douleurs, non pas à une mais bien à des stratégies de prise en charge.

2Entamée à l’occasion d’un premier colloque en 2007, puis d’un deuxième en 2010, la réflexion se poursuit, s’approfondit et se complète avec la rencontre d’aujourd’hui. Le paradigme adopté reste le même, centré sur le patient et reconnaissant de son savoir, intégratif des contributions scientifiques des nombreuses disciplines concernées (sciences naturelles et sciences humaines).

3Dans l’actuel domaine scientifique de la douleur, relativement peu de place est faite à des disciplines comme la physiothérapie, l’ergothérapie, ou la kinésiologie. Il s’agit ainsi de repenser la prise en charge de la douleur par une posture clinique où s’invite formellement la pratique d’une activité physique régulière et encadrée. Sous ce jour, les acteurs de champs disciplinaires différents et les patients sont invités à faire le point sur la compréhension du phénomène de la douleur chronique, à traiter d’aspects rarement abordés dans ce domaine, à questionner nos approches cliniques et à jeter les bases de nouvelles avenues de recherche.

Les thèmes du colloque

4Pour répondre à l’objectif global de cette rencontre, celui de l’éclairage de l’activité physique et de ses effets sur la douleur chronique et dans sa prise en charge, quatre thématiques seront abordées :

Activité physique et douleur

5En premier lieu, il sera question de présenter les bases physiologiques de l’activité physique comme support à l’ensemble du colloque et de là, démontrer les bienfaits de l’activité physique sur la prise en charge de la douleur. Des résultats d’études expérimentales (animales) et humaines viendront compléter et illustrer ces données. Cette première partie se terminera par une revue de l’importance de l’activité physique en réadaptation fonctionnelle chez des patients atteints de maladies ou handicaps chroniques incapacitants.

Prise en charge physique du patient qui souffre de douleur chronique

6Cette session portera sur la prise en charge par l’activité physique de patients qui souffrent de lombalgies chroniques et de fibromyalgie. Les lombalgies chroniques sont extrêmement fréquentes dans notre société et représentent, de loin, le principal motif de consultations en douleur chronique. La fibromyalgie, bien que d’occurrence plus modeste, revêt pour sa part des spécificités qui méritent une attention toute particulière. L’importance de l’activité physique dans ce contexte sera présentée en insistant sur le rôle primordial des physiothérapeutes et des ergothérapeutes pour accompagner de tels patients.

Image du corps chez le patient qui souffre de douleur chronique

7La représentation psychique et mentale du corps chez le patient qui souffre de douleur chronique est vraisemblablement une source de conflits qui doivent être identifiés et résolus afin de permettre une prise en charge optimale de la douleur. Ainsi, dans cette session, les aspects psychosomatiques et psychanalytiques du corps et de la douleur seront abordés par des spécialistes de cette problématique. Enfin, de considération plus large et pour une mise en contexte de la thématique, les aspects sociologiques de l’image du corps au sein de notre société seront considérés.

Les patients en mouvement : témoignages

8Cette session sera consacrée aux témoignages de patients. Dans un premier temps, le rôle destructeur de la douleur chronique sera illustré dans toutes les dimensions de la vie de la personne (physique, psychologique, familiale, sociale, etc.). Dans un deuxième temps, seront envisagés, à travers trois situations concrètes, différents cheminements et initiatives personnelles de prise en charge de la douleur grâce à l’activité physique et le sport : l’influence des gestes quotidiens sur le corps ; le déroulement d’une grossesse avec la pratique de l’activité physique régulière en lieu et place du médicament ; la préparation physique et mentale préalable à une intervention chirurgicale. Un propos sur l’implication des patients dans le traitement de leur maladie et leur responsabilisation clôturera la session.

9Résultats d’études, opinions d’experts, témoignages de patients : de plus en plus de données convergent en faveur de la reconnaissance des effets bénéfiques de l’activité physique et du sport non seulement pour le traitement de la douleur, mais aussi dans les nombreux autres aspects de la vie du sujet, l’un influençant l’autre. Dès lors, il s’agit de faire de la pratique régulière et encadrée de l’activité physique une prescription formelle, qui devra s’intégrer dans la réalité de la prise en charge des patients souffrant de douleur chronique. Une meilleure information des patients et une formation spécifique des professionnels de la santé sont alors prônées… et la dimension politique de telles mesures (accessibilité, santé publique, diversification des services) ouvre un nouveau pan de la problématique qui pourrait bien faire l’objet d’un prochain colloque !

Remerciements

10Michelle Pimont, pour relecture et inspiration.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search