Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Brièvetés par l’abbé Olivier Maurault1

Texte intégral

  • 1 « Brièvetés par M. Olivier Maurault, p.s.s. », Le Canada, 22 mars 1928, p. 4 ; Gloses critiques, t. (...)
  • 2 Olivier Maurault (1886-1968) fut professeur au Collège de Montréal (1913-1915) puis curé de la paro (...)
  • 3 Olivier Maurault, Brièvetés, Montréal, Éditions du Mercure, 1928, 269 p.

1M. Maurault2, curé de la plus importante et de la plus affairée de nos paroisses, est en même temps un homme de lettres au sens complet et savoureux du mot. J’imagine que si sa mission plus haute ne l’avait pas conquis d’abord, les poursuites esthétiques eussent capté toutes ses énergies. Elles restent pour lui comme une vocation secondaire. S’il ne peut leur donner que des bribes de son temps et de ses pensées, l’écrivain chez lui, l’homme de goût, laissent pourtant quelquefois percer le bout de la plume. À défaut de longues entreprises, que sans doute il rêve et médite, il nous offre aujourd’hui ces Brièvetés3, où il a recueilli des jets rapides, des impressions de circonstance, des réflexions sommaires sur des sujets d’art et de critique.

2Dans une première partie se groupent des propos oratoires semés au fil de l’occasion, destinés la plupart à présenter à leur auditoire, ou à remercier, après coup, des prêcheurs, des conférenciers, des artistes, à ouvrir des sessions d’idées ou des assemblées charitables. On sait ce que ces paroles fugitives réclament de tact, d’à-propos et de finesse. C’est un genre très à part ; d’excellents orateurs y échouent parfois. Il y faut comme un don de grâce naturelle et d’élégance. Il faut y éviter toute solennité, toute grandiloquence : que l’idée y pétille sans s’élever en flammes trop hautes et que le mot y garde une discrétion de bonne tenue. Elles veulent, dans leur naturel même, certaine cérémonie, qui apparie leur geste au pas mesuré d’une pavane. Il faut qu’elles émoustillent, qu’elles fassent sourire et qu’elles fassent applaudir. Les ex-tempore de M. Maurault réunissent tous ces caractères et sont bien près d’être des modèles. Qu’il lance le nouveau prédicateur, qu’il loue le professeur qui vient de discourir, l’exécutant qui fut le clou de la soirée ; qu’il fasse la réclame aux « balais, brosses et vadrouilles », soutiens de l’école des aveugles ; il trouve toujours le mot heureux, le compliment sobre, l’allusion délicate. Il mêle à ses éloges des souvenirs personnels qui les relèvent. Il sait de plus parler à chacun dans sa langue, que ce soit celle du dévouement, de l’histoire, des lettres ou de la musique, se montrer lui-même au courant de l’archive récemment fouillée ou de la dernière symphonie. De là vient que ces énoncés, d’une portée en soi transitoire, gardent leur charme à la lecture et laissent dans l’esprit des notions utiles.

  • 4 Religieux français qui prêcha la première croisade.

3Un seul de ces discours donne une note plus haute : l’allocution à nos conscrits prêts à s’embarquer, emportés, un peu ahuris, dans le torrent de la grande guerre. Même ici, on trouve la mesure qui manquait si souvent à ces effusions. L’orateur ne prend pas, devant ces jeunes soldats, des attitudes de Pierre l’Ermite4. Il leur rappelle les luttes de leur race, l’hérédité qui les prépare à l’héroïsme ; mais il sait que cet héroïsme restera sans éclat et sans récompense. Et il a le courage de leur faire regarder la mort comme l’issue probable de leur aventure. « Et vous enfin, messieurs, que nous ne reverrons plus... » C’est net, ç’en est presque cruel ; mais l’accent, je suppose, dénotait la pitié latente. Ce n’était pas l’instant de leur prêcher le pacifisme. S’il les revoyait aujourd’hui (hélas ! ceux qui restent) il leur dirait sans doute qu’ils ont pris part à une mêlée nécessaire, mais lamentable, dont l’origine fut criminelle, la poursuite barbare, et dont les conséquences atroces pèseront longtemps sur le monde : — vertige que la conscience exècre, que le Christ eût maudit ; — dont leurs bras et leur cervelle devront s’employer désormais à rendre impossible le retour. Ces « grandes leçons » elles-mêmes que l’armée devait leur donner, cet accroît « d’endurance, d’honneur et de discipline » qu’il leur prédisait, il les verrait peut-être comme de tristes illusions. Bien peu sont revenus meilleurs de la boue des tranchées : le grand nombre en a rapporté, non seulement la ruine physique, mais le pessimisme et la confusion morale.

  • 5 Maurice Constantin-Weyer (1881-1964), romancier et journaliste français qui, après avoir vécu au Ma (...)
  • 6 Revue artistique, fondée en 1918, qui prônait la liberté de l’art. Elle ne parut qu’une année.

4La seconde partie du volume s’intitule : « Notes de Critique ». M. Maurault y apprécie des auteurs et des livres, y discute des idées, des points historiques, mais surtout des valeurs et des théories littéraires. Quand on songe de quelles restrictions, légitimes sans doute, mais étrangères aux lois artistiques, un prêtre est retenu quand il aborde les matières d’art, on ne peut qu’admirer la largeur relative et l’équité de ces jugements. On sent l’esprit ouvert à la beauté sous toutes ses formes, et assez étendu pour les accueillir toutes. Il comprend que toute la splendeur n’est pas isolée sur une pointe, qu’elle s’épanche et circule, qu’elle peut éclater même en des rayons hétérodoxes ; — bien différent de ce farouche moraliste qui niait récemment qu’il y eût, qu’il pût y avoir, « des bandits pittoresques et de belles courtisanes ». Il admire Weyer5 pour son style, tout en le blâmant de sa paillardise. Il demeure indulgent pour les fantaisies du Nigog6. Jusque dans les idées il admet quelque dose de liberté, de hardiesse. Sans rien céder de ses principes, il ne les dresse pas à tout carrefour comme des épouvantails et des barrages. Au lieu d’exagérer les oppositions, il les atténue. Sa pensée n’offre pas les contours anguleux et rêches qu’on associe avec les esprits dogmatiques, rivés à d’inflexibles formules. Elle est ferme et souple en même temps. Sa plume n’a rien du sabre ou du boutoir : c’est la plume d’un homme cultivé, mais en même temps bien élevé, d’une modestie séante, qui ne croit pas que toutes ses paroles doivent être prises pour des oracles.

5Ces études, sans doute, étant si condensées, ne sont guère creusées ni profondes. M. Maurault a bien autre affaire que de s’atteler à la critique comme à un labeur. Ce sont des notes de première lecture, des réactions de premier choc. On en goûte néanmoins la pénétration sympathique, le goût expert, les verdicts sages, s’exprimant en français très pur. Celle sur le poète Charles Gill, par exception plus développée, prouve que l’auteur, s’il le voulait, saurait pousser une analyse, traiter à fond un cas littéraire. Quelques autres, au contraire, sont si écourtées qu’elles deviennent forcément superficielles et vagues. Que peut-on bien dire en deux pages qui imprime une idée ou qui explique une œuvre ? Je ne puis m’empêcher de croire qu’un petit nombre de ces dernières eût pu être élagué avec avantage.

6La note sur « La critique » pose les principes qui guident l’auteur, à égale distance, comme c’est juste, de l’encensement bénévole et de l’éreintement de parti pris. Il oublie un troisième abus que l’on pourrait joindre à ceux-ci : la « critique de néant », faite de lieux communs et de platitudes, qui se paie d’à-peu-près, de formules toutes faites, de termes généraux, de comparaisons lointaines, sans atteindre jamais le noyau, la substance d’une œuvre ; qui, pour commenter un sonnet, évoque les minarets du Caire, les vases d’Alexandrie, les vierges de Rembrandt et les sonates de Beethoven, au lieu d’en discuter l’inspiration et la facture. La plus facile, la plus nulle, et peut-être la plus ordinaire de toutes. M. Maurault, il faut le dire, réalise une méthode tout autre. Avant tout il cherche à comprendre, à saisir un écrit par son sommet et par sa base ; ce qu’il en dit, par suite, a toujours un sens défini, une raison d’être et une portée.

  • 7 À propos de Miscellanées d’Henri d’Arles, voir supra, p. 303-306. L’article d’Olivier Maurault port (...)

7Une ou deux de ses conclusions me paraissent prêter à dispute. Je partage son estime, mais non pas son admiration, pour les productions d’Henri d’Arles7. Il signale à bon droit leurs formes gracieuses, mais ne leur manque-t-il pas souvent le dessous, la moelle intime ? Celle-ci n’est-elle pas un peu anémique, sans assez de vitamines et de calories ? Ce sont, si je vois bien, des conceptions moyennes rendues frappantes surtout par les titres ornés, les bois artistiques, les marges généreuses et le papier vergé. Même ces Laudes symboliques, que sont-elles qu’un pastiche des « lapidaria » et des « viridaria » sans nombre que nous a légués le moyen âge ? Et puis, cette couronne académique, vraiment n’en abuse-t-il pas un peu et n’en abuse-t-on pas pour lui ? Il n’apparaît nulle part sans cette palme au front. Ne devrait-on pas reconnaître que l’Institut, en honorant certains des nôtres, récompense beaucoup plus leur but patriotique, l’aide qu’ils apportent à l’influence française, que la merveille même de leur œuvre ? On n’eût jamais songé à primer ces ouvrages, ou la moitié d’entre eux, s’ils eussent vu le jour en France. Telles de ces distinctions furent même, oserai-je dire, une insulte à notre culture et à notre aptitude à nous juger nous-mêmes. Et il est regrettable que des questions d’art soient mesurées ainsi à des critériums politiques ou nationaux. Il faudrait prier ces messieurs de nous aider à former notre goût, à corriger nos fautes, au lieu de nous induire en des illusions ridicules ; de ne pas nous traiter comme des élèves inférieurs qu’on amuse par des prix d’encouragement et d’effort. Mais M. d’Arles, lui, prend tout cela si au sérieux ! Il n’est pas seulement couronné en permanence, il est « lauréat », comme s’il y avait eu un concours, une joute, dont il fut déclaré vainqueur. C’est bien le cas de répéter : Vanitas vanitatum !

8Je m’étonne encore que l’auteur se fasse l’écho, même affaibli, de certaines objections étranges contre le livre de Louis Hémon. Je conçois que des chambres de commerce y regrettent l’absence de données sur les ressources du Canada, ses « pouvoirs d’eau », et ses moulins à pulpe, la largeur de ses routes et de ses trottoirs. Mais cela touche-t-il, même de loin, la valeur esthétique de l’œuvre ? N’est-ce pas ravaler la critique à des proportions bien mesquines que d’en faire la servante de ces soucis économiques ? Qu’importe que des étrangers ignorants « nous prennent tous pour des bûcherons » si nous devons à cette erreur un poème d’une telle envergure ? La Péribonka, il est vrai, n’est qu’un coin de notre pays, mais c’est celui que Louis Hémon a vu, auquel il s’est restreint, qu’il ressuscite avec vérité et magie. Ce n’était pas un agent d’immigration, c’était un artiste ; il n’avait pas à empiler les sept provinces dans son paysage. À ce compte Pierre Loti serait à blâmer d’avoir écrit L’Inde sans les Anglais, où les fabriques de Calcutta sont radicalement ignorées. Cette histoire se passerait-elle dans une contrée purement mythique qu’elle resterait une toile superbe de la tâche et de la mélancolie humaines, une de ces éclaircies profondes sur le secret des humbles vies. Mais, en fait, son exactitude vivante, dans les limites qu’elle s’est posées, forme un cadre à son art exquis. Et la « réputation de la région », loin de souffrir de ce roman, a volé, grâce à lui, à travers le monde. C’est un bien mince détail que d’avoir négligé « la cordiale gaieté qui règne, l’hiver, dans nos campagnes ». N’y a-t-il pas partout des familles, par goût plus encloses, qui partagent peu ces réjouissances ? Puis, la scène du dîner chez Mme Larouche, celle du crieur et de ses enchères, sont, il me semble, assez joyeuses. Le curé est-il « vrai » ou non ? Ma foi, il est très sûr que Maria eût rencontré chez le curé de Notre-Dame et chez la plupart de nos prêtres plus de vision et de sympathie ; mais on peut fort bien concevoir un pasteur de l’ancienne école, de nature et de formation austères, peu féru sur les choses du cœur, héritier de quelque tradition janséniste, qui ait traité cet amour terrestre, et devenu un peu morbide, exactement comme fait celui-ci. Et il n’est pas du tout requis que ce portrait s’adapte à une figure connue : ceci est un roman, à qui il est loisible de choisir ses traits où il veut. En somme, je ne crois pas qu’il puisse y avoir, à l’égard de Maria Chapdelaine, beaucoup d’épithètes excessives, et si c’est un « cas psychopathique » que d’en faire un chef-d’œuvre, je demande mon entrée à l’hôpital.

9Ce qui précède montre à quel point M. Maurault sait rendre sa pensée plausible, puisqu’on éprouve du goût même à le contredire. Tant d’autres ne vous font pas penser, bien moins discuter !

10Les Brièvetés sont une collection aimable, qu’on feuillette sans fatigue, et d’où jaillissent spontanément des aperçus lucides et des remarques instructives. Elles ne donnent pas de leçons savantes, qui courraient risque d’être lourdes ; mais elles insinuent l’attrait du beau, de la culture mentale, et d’une religion qui leur ferait place. Et elles nous donnent, malgré tout, une excellente leçon de français.

Notes de fin

1 « Brièvetés par M. Olivier Maurault, p.s.s. », Le Canada, 22 mars 1928, p. 4 ; Gloses critiques, t. I, p. 65-74.

2 Olivier Maurault (1886-1968) fut professeur au Collège de Montréal (1913-1915) puis curé de la paroisse Saint-Jacques (1915-1924) et de la paroisse Notre-Dame (1926-1929), et recteur de l’Université de Montréal (1934-1955). Auteur d’ouvrages d’histoire : Marges d’histoire : Montréal (1929) ; Marges d’histoire : L’An au Canada (1929) ; Notre-Dame de Montréal (1929).

3 Olivier Maurault, Brièvetés, Montréal, Éditions du Mercure, 1928, 269 p.

4 Religieux français qui prêcha la première croisade.

5 Maurice Constantin-Weyer (1881-1964), romancier et journaliste français qui, après avoir vécu au Manitoba, décrit dans ses livres la vie dure et parfois dramatique des pionniers dans l’Ouest canadien. Le plus connu de ses romans est Un homme se penche sur son passé, qui remporta le prix Concourt en 1928. Dantin fait ici allusion à « une œuvre où l’érotisme occupe une place maîtresse et tout à fait exorbitante ; une tragédie où la passade revient avec la régularité d’un chœur grec » (lettre de Louis Dantin à Olivar Asselin, 1er janvier 1926).

6 Revue artistique, fondée en 1918, qui prônait la liberté de l’art. Elle ne parut qu’une année.

7 À propos de Miscellanées d’Henri d’Arles, voir supra, p. 303-306. L’article d’Olivier Maurault porte sur un recueil d’essais critiques, Laudes (Paris, Lefebvre, 1925).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter