Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Grand-Louis l’innocent par Marie Le Franc1

Texte intégral

  • 1 « Grand-Louis l’Innocent — roman par Marie Le Franc », Le Canada, 23 février 1928, p. 4 ; Gloses cr (...)

Dans une lettre du 30 mai 1925, Dantin, qui venait de recevoir son dernier roman, écrivait à Marie Le Franc : « Chère Mademoiselle Le Franc, j’ai voulu prendre le plaisir de lire en entier votre volume avant de vous en remercier : et cela me permet de vous en remercier doublement. Mon impression sur votre œuvre n’a pas encore eu le temps de se préciser en phrases critiques ; mais la sensation que j’en garde est émue et délicieuse. Cette rencontre fortuite, cette attirance graduelle et secrète, cette fusion finale de deux âmes si dissemblables, apparemment si contraires, qui fait le sujet de votre œuvre, est dite avec la psychologie la plus vraie et la plus subtile, dans une ambiance de beauté et de poésie... Au milieu de cette lande déserte, presque égale en solitude à celle de l’Éden, vous refaites la genèse de l’attrait primitif qui pousse les êtres l’un vers l’autre et les unit, hommes ou atomes, en cercles fatidiques et harmonieux — Votre Ève est sans doute une femme, caractérisée et distincte, d’autant mieux dessinée qu’elle se portraitise elle-même ; mais elle est avant tout la femme ; et Grand-Louis n’a pas seulement la simplicité d’une âme incomplète ; il a la grande innocence du premier Adam, ébloui et muet devant le mystère du monde : — et leur amour devient un chant qu’on croirait apporté des âges millénaires, tant il est primitif et presque barbare. C’est cette qualité d’audace naïve, j’allais dire d’inconscience, c’est cette vérité rudimentaire et franche, allant droit au fond des instincts humains, que j’apprécie le plus dans votre livre, et c’est par là, à mon avis, qu’il touche au grand art. Il se développe en deçà des conventions, des morales figées, dans une nudité pure et biblique. La mer nue, la terre nue lui servent de cadre, et ses personnages sont dépouillés autant qu’il se peut de tout ce qui n’est pas la grande, l’éternelle nature. Le feu de leurs pensées, le déclic de leurs émotions, est presque enfantin ; le langage même leur fait défaut : ils y suppléent par le regard et par le signe. Ils ne conduisent pas leur vie : ils se laissent porter par les forces qui les entraînent : par le vent, par la vague, par la chaîne enserrante d’un amour ignoré d’eux-mêmes. Ils sont des parcelles d’univers, jouets de lois nécessaires et profondes ; et ainsi leur amour revêt le caractère fatal qui nous saisit dans la tragédie grecque, avec les charmes et la douceur en plus d’une idylle bretonne. La hantise du Non, la fascination de neiges lointaines symbolisant le brouillard glacé des amours perdues, qui poursuit Ève à travers le récit, est sans doute un hors-d’œuvre au point de vue strict de la composition littéraire, mais, en rattachant le cœur à son douloureux passé, elle explique mieux la souffrance présente et le besoin d’un nouvel appui. Elle donne lieu aussi à de belles descriptions, toutes pénétrées de l’âme des choses. — Dans Ève, la femme tourmentée à la fois par son esprit et par son cœur, cherchant dans l’ensevelissement des dunes l’inspiration paisible et le bienfaisant oubli, y retrouvant l’insatiable agitation du désir, il est facile de reconnaître Marie Le Franc : je me demande même si toute l’histoire n’est pas une page de carnet, un épisode biographique. — Et vous savez que Marie Le Franc m’est toujours apparue comme un problème infiniment curieux. Ç’a donc été pour moi un intérêt de philosophe et de chercheur d’analyser des traits nouveaux de sa physionomie dans cette semi-confession où d’autres ne verront peut-être qu’une fiction de pure fantaisie. J’y retrouve un bon nombre de lignes connues : l’aspiration mystique et intense, illimitée comme le rêve ; la passion aventureuse, courbée pourtant sous la volonté maîtresse ; — l’acuité des regrets et des souvenirs. — Mais certains autres angles se révèlent pour la première fois : j’avais cru, par exemple, à certaines de vos lettres, que vous étiez fervente catholique. Or, il ne me semble pas que votre nouveau livre soit fort orthodoxe, ni par le fond, ni par le détail... Il ignore avec un dédain superbe les traditions enracinées des morales courantes il proclame les droits supérieurs de la nature et de l’instinct ; il dit sans fausse honte, avec une franchise orientale, l’enchaînement d’heures et de jours qui amènent “l’heure” du destin ; il va même jusqu’à défier les titres de possession, supposés inaliénables, que confère le mariage légal. Voilà une Marie Le Franc bien audacieuse et passablement hérétique !... Est-ce encore une audace toute “littéraire”, ne dépassant pas les limites de l’écritoire, comme j’ai cru en découvrir parfois dans vos œuvres : — ou bien est-ce la vraie Marie Le Franc qui s’est “filmée” cette fois ? Question bien oiseuse, il est vrai, et même indiscrète, mais qui m’intrigue malgré moi... En tout cas, votre volume sera jugé par son écriture, et vous avez sans doute accepté d’avance qu’il fût dénoncé comme scandale par tout ce qu’il y a de “bien-pensants” dans la province de Québec... Je ne m’étonnerais pas de vous voir insultée au prône ; et j’ai hâte de lire ce que la Revue moderne, par exemple, trouvera à dire de vous, avec toute la bonne volonté qu’elle voudrait y mettre. Vous ne trouverez de justice que devant les critiques de France, qui savent, eux, démêler la beauté d’une œuvre, de conflits vrais ou faux avec les convictions régnantes. Quel que soit son mérite, et malgré toute la neige qui le recouvre, il n’y a rien de moins “canadien” que votre livre, et vous le saviez, n’est-ce pas ?... Il y aura au moins un Canadien, veuillez le croire, qui vous aura pleinement comprise, vous ayant précédée dans les mêmes doctrines hérétiques, qui lui valurent l’exil et la ruine totale de sa vie. Vous savez que je gâte toujours mes éloges par quelque trait désagréable. Il me semble que la figure de Grand-Louis, tout attachante qu’elle soit, ne se dégage pas avec une parfaite netteté. Un certain vague flotte sur le degré réel d’“innocence” attribué à votre héros. À certains moments, il apparaît dénué des plus élémentaires notions humaines ; à d’autres il accomplit les actes d’un être intelligent et fort. Par exemple, le langage le plus usuel lui échappe, la mémoire lui fait totalement défaut ; il reste stupéfié devant les actes les plus simples ; pourtant, c’est un marin de premier ordre ; il excelle à combiner, à exécuter, la manœuvre compliquée d’une pêche ; il se jette à la mer pour opérer un sauvetage. — Il est incapable d’apprendre à lire ; pourtant, il lit : “Ève” sur l’enveloppe — Surtout, il est assez “malin” pour dire le final “Il est l’heure”, ce qui suppose un tas d’associations raffinées... Bref, est-ce un vrai “pauvre d’esprit”, selon l’étiquette, ou seulement la victime d’une amnésie laissant intacte le jeu des facultés mentales ? Cela reste un peu incertain, et le tracé peut-être eût gagné en vigueur, même en sympathie, à pencher plus décidément d’un côté ou de l’autre. Il est vrai que, plus “innocent”, il rendait l’amour d’Ève plus invraisemblable, et que, moins “innocent”, il le rendait moins intéressant et moins rare... Et puis, si Grand-Louis a jamais existé, peut-être était-il justement comme vous l’avez peint ? La nature produit quelquefois de ces êtres embrouillés et mal définis. — Vous voyez, je vous cherche moi-même des raisons... Et pourtant, peut-être quelque chose subsiste-t-il de mon impression première... Veuillez voir dans cette longue diatribe une preuve nouvelle de l’intérêt que je porte à vos œuvres et de mon admiration pour votre talent. Vous êtes le seul auteur qui m’arrachiez encore parfois des effusions critiques : pour tous les autres je suis plus muet que Grand-Louis » (ANC).

Le 7 juin, Marie Le Franc écrit à Dantin : « Je suis bien touchée que mon livre vous fasse sortir de votre mutisme. J’ai lu votre lettre, je la relirai. Je l’ai déjà relue. J’ai admiré d’une façon un peu désintéressée, je crois, votre maîtrise à pénétrer, du dehors au dedans, une œuvre, à l’étayer, à y voir peut-être plus que l’auteur n’y a vu.

Cela est si vrai que cette lettre m’a causé une insomnie, et qu’au lieu de dormir — ce qui eût été raisonnable de faire, quand on sait que la besogne quotidienne ne vous fera pas grâce demain — j’ai ajouté quelques pages à mon Innocent, futilement, puisque le livre est fait, une sorte de chapitre où je suppose Ève se justifiant de s’attacher à une âme dont elle ne mesure pas le degré d’“innocence”, justement pour cette raison. Cette sorte d’âme est la seule qui permette cette sorte d’amour sans confins.

Cependant, au fond je suis de votre avis. Je sais, au point de vue critique, tout ce qui manque à cet Innocent, désarmé. Je ne dis pas que je l’ai fait exprès ainsi. Je n’ai rien fait exprès. Le livre s’est écrit tout seul. C’est pourquoi il s’est écrit. Je ne crois point être née romancière, c’est-à-dire bâtisseuse. J’ai vu dans mes vagabondages sur la côte, dans mon pays, la maison telle que je la décris. Je l’ai aimée tout de suite, d’un amour sans espoir. Quoiqu’elle fût vide, je sus tout de suite que jamais je n’y habiterais. Quelques jours après, l’Innocent s’est levé dans le paysage. Il a pris toute la nuit pour se constituer entièrement. Le lendemain matin, aux petites heures, je prenais le train pour m’embarquer pour le voyage de retour au Canada. Il n’y avait pas un seul détail à ajoutera l’Innocent.

Mais, vous voyez, ce n’est pas une biographie. Pourquoi dites-vous que M. L. F. [Marie Le Franc] est un être infiniment curieux ? Ne le sommes-nous pas tous ? Car c’est être infiniment curieux que de poursuivre, malgré tout, nos quêtes insatiables, sachant qu’elles ne se réaliseront pas, d’ailleurs banales, et qui n’ont aucune raison de ne pas se réaliser.

Cher Monsieur, je regrette que vous ne vouliez pas dire, publiquement, ce que vous m’avez dit privément, avec tant de substance et d’originalité de pensée indépendante de l’œuvre dont vous dîtes ces choses, et qui ne sont pour vous qu’une opportunité de les dire. Je le regrette pour vous, et un peu pour moi. Si vous saviez quelle expérience amère, quelle aventure — et mésaventure — représente la publication d’un livre, j’allais dire à Montréal. Je ne voudrais pas être injuste... » (ANC).

Après avoir pris connaissance de l’article de Dantin, au début de mars 1928, Marie Le Franc lui écrira : « J’aurais dû suivre mon impulsion et vous écrire le soir même où, revenant de la bibliothèque Fraser, je lisais à la lumière de la rue votre article du Canada que M. de Crèvecœur, le conservateur, venait de me communiquer. Je le lisais sans appréhension, avec amitié, quoique avec un peu de surprise heureuse, car vous ne m’avez pas caché que vous préférez mes vers — avec aussi un intérêt détaché de toute préoccupation personnelle, ou sinon détaché, du moins existant parallèlement. Je lisais un article où, à travers le critique, apparaissait l’écrivain. J’admirais l’équilibre, le pouvoir, la bienveillance d’un jugement qui repose, par dessous le goût littéraire, sur la compréhension de l’âme humaine. Je crois vous avoir déjà dit cela, et aussi à tort et à travers. Et puis, j’en revenais, après ces grandes, belles et fortes choses que vous avez bien voulu dire de moi au début de votre article — de ces choses qu’on ne peut lire sans un peu d’exaltation, de cette exaltation nécessaire de temps en temps, je crois, et qui produit le déclenchement dans l’œuvre d’écrire — j’en revenais, dis-je, à Grand-Louis et j’étais heureuse que vous ayez tout d’abord posé le principe qu’il veut être lu “dans un esprit de repliement intime et de détachement du monde réel”. Je suis tellement surprise, moi qui pense si peu “notaire et petits papiers”, du reproche que l’on me fait de la conclusion matérialiste de mon livre...

Comme j’ai trouvé que votre article est un des meilleurs qui aient été écrits là-dessus — et vous ne pouvez imaginer le flot mêlé d’écritures que j’ai reçues, je veux dire de critiques — je viens de l’adresser à mon éditeur en France, certaine qu’il l’intéressera » (ANC).

***

  • 2 Voir infra, p. 851

1Un livre de Mlle Le franc ne saurait être une œuvre ordinaire. On peut compter d’avance y trouver des surprises, des éblouissements. Il serait aussi impossible à cet esprit spontané, hardi, bouillonnant, de suivre les rainures communes qu’il l’est [5] à d’autres de s’en écarter. Il met sur tout ce qu’il saisit sa griffe personnelle et jalouse. Il a ce don si rare de se projeter sur les choses, de les transfuser en lui-même plutôt que de se mouler à leurs empreintes. Aux antipodes du réalisme qui se contente de noter la vie, il prétend l’inventer, la créer de nouveau par un secret de suggestion magique. Et il se trouve que ces mirages [10] reflètent quand même la vérité, éclairent l’expérience humaine, recèlent une pensée grave, font chercher et font réfléchir. Sa prose est aussi symbolique que sa poésie, et sa poésie aussi pleine d’essence que sa prose. C’est toujours la même âme2 s’épanchant sans contrainte et disant ses rêves tourmentés en modes si [15] variés, si larges, qu’à se représenter elle-même elle nous dévoile plusieurs univers. Et “c’est le même style prestigieux, ruisselant d’imagerie neuve et de fantaisie audacieuse. Tant pis si je verse dans le dithyrambe, mais j’ai besoin de professer combien j’aime cet art délicat, si pleinement lui-même, qui ne jette à l’esprit que [20] des sensations fraîches et ne l’endort jamais au ronron des phrases déjà lues. C’est un des cas où la critique, tout en gardant son droit à l’égratignement, doit commencer par un hommage.

  • 3 Marie Le Franc, Grand-Louis l’Innocent, Montréal, La Patrie, 1925, 176 p.

2Grand-Louis l’Innocent3 veut être lu dans un esprit de repliement intime et de détachement du monde réel. On ne conçoit [25] pas ce volume feuilleté en chemin de fer : il serait à goûter en aéroplane, au-dessus des nues, ou bien dans l’Océan Indien, sur une barque où l’on serait seul. Ce n’est pas qu’il contienne rien d’extravagant ou qui exige un effort mental. Sa trame est, au contraire, enfantinement simple ; mais c’est précisément [30] pourquoi il faut, pour le comprendre, fuir la clarté des lampes Mazda, le grouillement des êtres, et abstraire la pensée de ses complications factices. Comment pourrait-on, sans cela, suivre l’âme d’une femme jeune, d’une culture intense, s’éprenant d’un pauvre d’esprit et, après des péripéties à peine romanesques, se [35] livrant à lui par amour ? C’est pourtant l’aventure que nous expose Marie Le Franc, qu’elle arrive presque à nous faire accepter, qu’elle nous rend, en tout cas, palpitante et plausible. On voit assez qu’une telle donnée réclame un tact littéraire suprême, [40] serait gâtée par le moindre faux pas. Maupassant l’eût rendue cynique, Zola brutale, Bourget, quintessenciée et lourde. Marie Le Franc en fait une idylle d’instinct primitif, de séduction inconsciente, où la nature complice met en jeu le ressort des cœurs, prête aux actes sa propre nécessité et les protège de sa [45] grande paix indulgente. C’est en faisant une part maîtresse à des ambiances impalpables, à la pression de forces mystiques, que ce récit parvient à soulever son thème, à lui infuser de la dignité, même de la grandeur.

3La lande bretonne, cette dune aride qui semble être le fond [50] d’un océan tari, que l’océan enserre et assaillit sans trêve comme pour la reconquérir, offre un cadre assorti à cette oaristys étrange. De même que la flore chaude des Îles parfume l’amour de Paul et Virginie, se mêle à lui et s’identifie à son charme, la senteur saline des embruns, la mélopée des vents sauvages, pénétreront [55] le songe d’Ève et de Grand-Louis. Les granits éternels battus de vagues préhistoriques, le désert presque impropre à l’habitation humaine, lui feront un recul dans l’espace et le temps, lui verseront la poésie grave d’une légende.

4En présence de cette nudité des choses, l’âme elle-même se [60] concentre et se simplifie. Elle se dévêt des voiles pesants que les conventions, les coutumes, ont lentement amassés sur elle. Elle se libère de ses contraintes hypocrites. Elle s’étend, toute unie comme la terre qu’elle foule, et laisse passer sur elle les souffles profonds, les émotions originelles. Sa conscience n’est plus rivée [65] à la ferraille des codes : elle bat de pair avec la pulsation des vagues, et, comme elle, obéit aux forces divines. La femme du monde, savante, compliquée, artificielle, se retrouve l’Ève naïve des jours de l’Éden. Tel est le sort qui, peu à peu, s’impose à l’Ève de cette histoire. Elle a loué, sur une plage isolée et désolée, une [70] masure de pierre qui, un jour d’été, l’a séduite, mais où bientôt elle se sent opprimée, terrifiée par la solitude. Le repos qu’elle a convoité devient une lutte contre le vent, la mer, contre les esprits de la lande qui rôdent autour de ses volets, assiègent sa personnalité, veulent la réduire à leur passivité soumise. Souvent le brouillard vient la rétrécir, l’enclore davantage, et, après [75] l’abandon de l’immensité, elle connaît celui du cachot et de la tombe. Elle résiste d’abord à cet envahissement d’oubli, à cette inquiétante hypnose où son moi tend à s’abolir. Ses souvenirs arrivent en foule pour l’aider à garder la continuité de son être. Elle vient d’une terre du Nord dont la face poudrée de frimas, [80] souffletée de rafales neigeuses, lui est encore intimement présente. Elle en revoit les sentiers blancs, les aigrettes perlant à ses branches, les flocons secoués sur ses hameaux. Elle y évoque aussi des hommes froids et durs, taillés pour la chasse comme des fauves (les Canadiens se reconnaissent-ils ?) — un surtout qui lui [85] fut cruel : — et cette pointe restée dans la plaie la tient éveillée, l’empêche de céder à la dune et de mourir à son passé.

5Dans cet état presque maladif, mi-réalité et mi-songe, une apparition se dresse tout à coup. Une nuit où la tempête fait rage, où les trombes déchaînées rendent l’obscurité plus terrible, une [90] forme humaine paraît à l’huis de la masure, une main frappe pour se faire ouvrir. Ce n’est qu’une silhouette qui s’évanouit dans l’orage, mais elle revient, elle hante désormais les abords déserts, et les deux ombres, sans se connaître, se familiarisent l’une avec l’autre. Peu à peu le fantôme prend corps : c’est Grand-Louis, un [95] pauvre innocent, bien connu des gens de la plage, qui erre, cherchant son pain et son gîte. Il est jeune, il est fort ; ses yeux où passent des lueurs confuses gardent encore une beauté ; mais son intelligence est emmurée et prisonnière, sa mémoire engourdie sommeille, sa langue timide balbutie. Capable encore des [100] besognes pratiques, habile à manier une barque, à glaner les épaves que la mer rejette et à ruser avec le poisson, il s’arrête devant une pensée ; le raisonnement le plus enfantin le dépasse, les mots lui posent des énigmes indéchiffrables. Il a pourtant [105] l’instinct du cœur et sait reconnaître un bienfait ; mais ses émotions, comme ses idées, sont silencieuses et vagues. Entre lui, l’homme élémentaire, que la lande a conquis, réduit à son image, et Ève, vibrante et raffinée, il y a un abîme. Et pourtant cet abîme se rétrécit chaque jour. Car la femme s’épuise, elle [110] aussi, à lutter seule contre les fées. Les éléments la gagnent, l’unifient, éliminent son orgueil, la ramènent aux lois primitives. Par quelle évolution latente l’Innocent, recueilli par pitié chez elle, d’abord être vivant qui humanise sa solitude, puis esclave attentif qui se dévoue à ses besoins, devient le compagnon [115] inconsciemment nécessaire, enfin l’ami auquel le cœur désemparé s’attache, c’est l’intrigue à la fois naïve et hardie qui se développe, et qui n’a pour acteurs et témoins que les deux héros. Et c’est ici que l’écrivain prouve surtout sa dextérité, étaie chaque mouvement de ses supports logiques, invoque l’art des [120] transitions et des progressions ; si bien que ce conte bleu prend l’aspect d’une histoire vécue, et que, porté par son fatalisme, on se trouve prêt à entendre Grand-Louis prononcer enfin : « Il est l’heure », le mot qui, chaque soir, marque la fin de leurs veillées, mais qui prend cette fois dans sa bouche un sens émouvant et [125] nouveau.

  • 4 Prêtresse germaine qui apporta son soutien au chef batave Civilis, révolté contre les Romains, et q (...)

6Si l’on trouve, malgré tout, ce mariage un peu sommaire, on s’imagine que tout ceci se passe au temps des druides, dans une grotte proche de celle de Velléda4, avant l’ère des notaires et des petits papiers.

7[130] Et puis, il y a la manière, qui, au point de vue esthétique, ennoblit et purifie tout ; il y a la note élevée et intense, qui décourage le sourire gaulois encore plus que le moralisme. L’étude mentale serait-elle moins profonde qu’elle vaudrait par sa seule beauté plastique. Comment décrire plus brillamment [135] l’attraction qui pousse l’une vers l’autre ces âmes dissemblables :

8« Grand-Louis était comme le reflet d’un paysage renversé sur les eaux, dont on sait qu’il est vain de vouloir se rapprocher. Il mettait dans l’ambiance un mystère qu’il eût été sacrilège de chercher à pénétrer. Cette atmosphère plaisait à son esprit de femme. Elle vivait là un roman qui dépassait son attente. Il y avait [140] à ses côtés une âme aux contours si flottants et si vastes qu’elle ne les atteindrait jamais. Chaque jour renouvelait entre elle et lui la nappe inconnue, la brume impénétrable. Ils resteraient l’un pour l’autre deux étrangers. Ils se rencontreraient toujours avec ce regard neuf. Ils garderaient à leurs actions des mobiles secrets, [145] et à leurs paroles un sens imprévu. Ils ne finiraient jamais de se découvrir. Il n’y aurait pas cette lente et terrible fusion de deux personnalités. Chacun veillait sur la sienne... Ils n’étaient, durant les veillées, séparés que par une longueur de bras ; et pourtant, la distance était immense. Chacun descendait dans les dédales de [150] l’être intérieur. Chacun entendait décroître le pas de l’autre. Et chacun ressentait à se murer ainsi un sentiment de délivrance, creusait sa propre sape, attentif, l’oreille aux aguets, rassuré d’entendre, de loin en loin, le faible écho d’un effort parallèle et invisible. » [155]

9À ces paysages d’âme se joignent des échappées sur la plage bretonne dans ses modes courroucés ou tristes, des silhouettes de ses habitants, drapés dans leurs superstitions antiques : tout cela pénétré de cette intuition des êtres qui fait le charme de Loti, dans un langage qui, simple ou éclatant, est toujours distinctif et [160] inattendu.

10Je ne fais à l’auteur qu’une seule chicane, — car ce n’en est pas une de noter, çà et là, quelque touche forcée, quelque image disjointe : — la figure de Grand-Louis n’est pas entièrement d’un bloc ; elle hésite et varie au cours du volume. [165] L’innocent farouche du début n’est pas tout à fait l’homme à peine subnormal que nous révèlent les dernières pages. Son commerce avec Ève, la gymnastique mentale à laquelle celle-ci le soumet, ouvrent dans son esprit des avenues bloquées, affinent graduellement ses notions et ses habitudes. À la fin il pense, il [170] s’exprime ; on prévoit que, l’amour aidant, il deviendra d’une conversation passable. Pour cette seule parole : « Il est l’heure », il lui faut une dose de finesse qui dénote à quel point il a progressé. Mais cette « cure » en dehors des lois ordinaires n’est pas [175] pleinement convaincante : elle met dans un thème où tout est nature un élément de fantaisie. Outre que son intérêt est surtout d’ordre médical, elle affaiblit, plutôt qu’elle ne la sert, l’inspiration maîtresse du livre. On dirait que l’auteur a eu peur de sa propre création et, pour la rendre moins troublante, l’a diluée et [180] adoucie. Mais n’est-ce pas aux dépens de la belle unité, de la simplicité parfaite que réclamait une telle histoire ? L’innocent presque raisonneur ne perd-il pas une part de l’attrait qui l’avait marqué, comme l’Ursus de Victor Hugo quand sa naissance noble est connue ? Il eût mieux valu, semble-t-il, faire Grand-Louis, [185] dès l’abord, moins purement végétatif, et laisser ensuite l’aventure se dérouler à la grâce de Dieu, gardant au caractère la fixité de ses premiers traits.

  • 5 Héros et narrateur éponyme du poème d’Alphonse de Lamartine.

11Hors cela, l’œuvre est tout d’une pièce et, par sa beauté intrinsèque, par sa dignité soutenue, justifie l’audace de sa [190] conception. C’est un roman écrit par un poète, poème, au fond, plutôt que roman, à la façon de Jocelyn5.

  • 6 « Cette Marie Le Franc est un poète d’une sensitivité et d’une pénétration extraordinaires. Ce qu’e (...)

12Le Canada ne sait pas assez qu’il a, en Mlle Le Franc, une admirable artiste, qui ferait grande figure sur une scène littéraire quelconque6.

Notes de fin

1 « Grand-Louis l’Innocent — roman par Marie Le Franc », Le Canada, 23 février 1928, p. 4 ; Gloses critiques, t. I, p. 139-147.

2 Voir infra, p. 851

3 Marie Le Franc, Grand-Louis l’Innocent, Montréal, La Patrie, 1925, 176 p.

4 Prêtresse germaine qui apporta son soutien au chef batave Civilis, révolté contre les Romains, et qui mourut prisonnière à Rome.

5 Héros et narrateur éponyme du poème d’Alphonse de Lamartine.

6 « Cette Marie Le Franc est un poète d’une sensitivité et d’une pénétration extraordinaires. Ce qu’elle ne découvre pas dans la nature et dans le cœur féminin ne vaut pas la peine qu’on l’y cherche (vous reconnaissez le slang américain). Et puis, elle a une prodigalité d’expression, une façon de retourner une pensée, la même, en trente, quarante phrases, toutes distinctes, qui me rappelle positivement Victor Hugo, mais avec la subtilité remplaçant la grandiloquence... Sans mettre cette œuvre [Hélier, fils des bois (1930)], comme poésie pure et abstraction faite du sujet, beaucoup au-dessus de Grand-Louis, je la trouve fort supérieure, de toutes manières, au Poste sur la dune. Le héros Hélier s’y campe en une stature épique. Et voici encore un chef-d’œuvre à propos des choses de chez-nous qui n’est pas écrit par un de chez-nous ! Hémon, Weyer, Marie Le Franc, tous font de l’exotisme à nos dépens qui dépasse de cent coudées notre pâle régionalisme... C’est que l’âme française est plus hardie, plus libre ; qu’il lui est permis de voir tout, de creuser la vie jusqu’au fond sans se préoccuper de ce qu’il en sort. Nous avons notre vision délimitée et resserrée d’avance, avec, en plus, des lunettes obligatoires donnant à tout la même couleur » (lettre de Louis Dantin à Olivar Asselin, 12 avril 1930).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540