Version classiqueVersion mobile

À contre-langue et à courre d’idées

 | 
Richard Patry

II. Le discours polémique

Chapitre 11. La métaphysique d’un « mécréant » : Le Père et le Fils dans l’œuvre de Jacques Ferron1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La seule façon d’être digne de Dieu, c’est de le respecter dans les pauvres gens qui souvent comprennent tout de travers.
Le Saint-Élias

Jacques Ferron est né en 1921, a grandi dans une famille de notables de Louiseville et a reçu l’éducation chrétienne du Québec traditionnel de son époque2. En dépit de cet héritage familial et culturel, il se présente le plus souvent dans son œuvre comme un « mécréant » (1969, p. 29 ; 1975, p. 44 ; 1981, p. 69), et parfois même comme un « athée » (1973, p. 144 ; 1987, p. 61), ce qui constitue manifestement l’expression d’une volonté de rupture avec les origines. C’est cependant par rapport à son œuvre que ces auto-qualifications sont les plus intéressantes, comme des signes énigmatiques parsemés dans la trame d’un discours fictionnel et polémique où Dieu semble matière incoercible.

En effet, rares sont les écrivains québécois de l’après-guerre qui ont consacré une place aussi importante à la discussion des questions entourant la foi dans leur œuvre. ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search