Version classiqueVersion mobile

À contre-langue et à courre d’idées

 | 
Richard Patry

II. Le discours polémique

Chapitre 8. La mondialisation avant l’heure : le devenir du français au Canada et au Québec1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

— À l’avenir c’est Sicotte, rien que Sicotte.
— Mon pauvre Henry, quel avenir as-tu ?
— Qu’on marque alors Sicotte sur ma tombe.
— Tu n’auras même pas de tombe !
Le ciel de Québec, p. 121

Nous avons vu au chapitre 1 jusqu’à quel point les deux milieux linguistiques avec lesquels Jacques Ferron a été successivement en contact après ses études de médecine ont eu un effet déterminant pour façonner sa pensée et ses positions futures concernant les questions reliées à la langue. Tout d’abord, son séjour en Gaspésie, où l’on parlait un beau français, archaïque peut-être dans certaines de ses expressions, mais intègre et conforme au génie de la langue française. Puis par la suite, son arrivée dans la région montréalaise, dans le quartier Rosement, tout d’abord, puis ensuite à Ville Jacques-Cartier, où il a subi le choc d’une langue qu’il percevait comme mêlée, pénétrée de toute part par l’anglais, découverte qui l’a plongé dans la consternation comme citoyen et dans l’inquiétude comme écrivain....

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search