Version classiqueVersion mobile

À contre-langue et à courre d’idées

 | 
Richard Patry

II. Le discours polémique

Chapitre 7. Jacques Ferron au carrefour des débats d’idées

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On ne ment jamais autant qu’avant les élections pendant la guerre et après la chasse.
Georges Clémenceau

La littérature, la pratique de la médecine et l’engagement socio-politique constituent le triple encrier dans lequel Jacques Ferron n’a eu cesse de tremper sa plume tout au long de sa carrière d’écrivain. Pour lui, la fiction n’était concevable que comme prolongement du vécu dans lequel il baignait, le sien et celui d’autrui. Les Contes (1968b), son œuvre de fiction la plus achevée, est une entreprise où l’imaginaire n’a certes pas fait défaut à l’acte de création artistique, mais où cependant, la finalité manifeste a toujours été de réinvestir malicieusement, et parfois sournoisement, le réel.

Jacques Ferron est également connu pour son théâtre et ses récits plus élaborés, notamment, Le ciel de Québec (1969) et L’amélanchier (1970). Il l’est cependant beaucoup moins, et gagnerait à l’être, pour tout un pan de son œuvre se situant dans le genre de l’écriture polémique. Il ne faut d’...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search