Version classiqueVersion mobile

À contre-langue et à courre d’idées

 | 
Richard Patry

I. Le vocabulaire étranger francisé

Chapitre 6. La traduction du vocabulaire anglais francisé dans l’œuvre de Jacques Ferron1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

J’ai l’impression que vous avez tort de vous en faire : toute écriture est traduction. Il faut être un peu malade pour s’y mettre, ou manquer de disposition pour la parole.
Lettre à Julien Bigras2

Le dernier chapitre de cette première partie porte sur les problèmes soulevés par la traduction des termes francisés dans l’œuvre de Jacques Ferron, surtout dans le contexte où cette traduction est faite en langue anglaise, et où l’auteur entretient une relation peu banale avec la traduction elle-même.

Jacques Ferron et la traduction

Le Ferron de « l’anglicité », dont nous avons évoqué quelques aspects dans les chapitres précédents, a été perçu par les traducteurs bien avant les lecteurs critiques ; ce qui explique sans doute en partie la fortune difficilement prévisible de l’œuvre de l’auteur en traduction anglaise : neuf ouvrages de fiction, une pièce de théâtre, plusieurs contes et textes polémiques dans une livraison spéciale de la revue Brick consacrée à l’auteur, et plu...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search